Des atteintes et attentats aux moeurs en droit civil et pénal et des outrages aux bonnes moeurs: prévus et punis par les lois du 29 juillet 1881 et 2 août 1882. Étude philosophique, litéraire, artistique et juridique ...

Couverture
Marescq et cie, 1894 - 72 pages

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 13 - La publication ou reproduction de nouvelles fausses, de pièces fabriquées, falsifiées ou mensongèrement attribuées à des tiers, sera punie d'un emprisonnement d'un mois à un an et d'une amende de 50...
Page 12 - Quiconque , soit par des discours , des cris ou menaces proférés dans des lieux ou réunions publics , soit par des écrits , des imprimés , des dessins , des gravures , des peintures ou- emblèmes vendus ou distribués, mis. en vente, ou exposés dans des lieux ou réunions publics , soit par des placards et affiches exposés aux regards du public, aura provoqué l'auteur ou les auteurs de toute action qualifiée crime ou délit à la commettre, sera réputé complice et puni comme tel.
Page 4 - Sera puni de la même peine l'attentat à la pudeur commis par tout ascendant sur la personne d'un mineur, même âgé de plus de treize ans, mais non émancipé par le mariage.
Page 12 - ... sur la voie publique ou dans les lieux publics, d'écrits, d'imprimés autres que le livre (!), d'affiches, dessins, gravures, peintures, emblèmes ou images obscènes.
Page 31 - Attendu qu'il n'est pas permis, sous prétexte de peinture de caractère ou de couleur locale, de reproduire dans leurs écarts, les faits, dits et gestes des personnages qu'un écrivain s'est donné mission de peindre ; qu'un pareil système appliqué aux œuvres de l'esprit aussi bien qu'aux productions des beauxarts conduirait à un réalisme qui serait la négation du beau et du bon...
Page 32 - La législation, en un mot, a bien le même centre que la morale, mais elle n'a pas la même circonférence.
Page 47 - N'est-ce pas une farce que cette étude continue et exclusive de la fonction du cerveau, sous le prétexte que le cerveau est l'organe noble?.. La pensée, la pensée, eh! tonnerre de Dieu! la pensée est le produit du corps entier. Faites donc penser un cerveau tout seul, voyez donc ce que devient la noblesse du cerveau, quand le ventre est malade!..
Page 35 - ... d'un Dieu vengeur et rémunérateur du juste et de l'injuste, du vice et de la vertu, sans le respect pour les auteurs de ses jours et pour la vieillesse, sans la tendresse pour les enfants, sans le dévouement au prince, sans l'amour de la patrie, sans toutes les vertus enfin qu'on trouve chez tous les peuples, et faute desquelles tous les peuples sont condamnés à périr.
Page 28 - ... car si une bonne fois nous consentions à faire le silence, à laisser sur ces infamies le voile qui devrait les recouvrir, si l'assassin savait que son crime sera expié comme il a été commis, dans la honte et dans l'ombre, peut-être ne s'exalterait-il pas tant; peut-être reculerait-il devant l'acte odieux qu'il va accomplir. Au contraire, habitué à lire chaque jour les horribles détails dont les journaux sont remplis, familiarisé avec le sang, avec le meurtre...
Page 27 - C'est déplorable, mais c'est ainsi, et il faut bien le dire, c'est de notre faute, à nous autres journalistes. Qu'un ouvrier chargé de famille s'exténue à travailler et meure à la peine, qu'une jeune fille forcée de reconnaître que le salaire des femmes est insuffisant pour les nourrir si elles n'y joignent la prostitution, aille se jeter dans la Seine, qu'un homme courageux, au péril de sa vie, arrête un cheval emporté et sauve trois ou quatre personnes...

Informations bibliographiques