La Chanson de Roland: traduction nouvelle avec une introduction et des notes

Couverture
Mme. Ve. B. Duprat, 1865 - 206 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page lxiv - Ma io senti' sonare un alto corno , Tanto ch'avrebbe ogni tuon fatto fioco, Che contra se la sua via seguitando Dirizzò gli occhi miei tutti ad un loco. Dopo la dolorosa rotta, quando Carlo Magno perde la santa gesta, Non sonò sì terribilmente Orlando.
Page xvi - Et ce grand dragon, l'ancien serpent, appelé le Diable et Satan, qui séduit tout le monde, fut précipité en terre, et ses anges avec lui.
Page 83 - Ja prist il Noples seinz le vostre comant; Fors s'en eissirent li Sarrazins dedenz, Sis cumbatirent al bon vassal Rollant, Puis od les ewes lavat les prez del sanc; Pur cel le fist ne fust . . . arissant.
Page lxxiii - Clamez vos culpes, si preiez Deu mercit ! Asoldrai vos pur voz anmes guarir. Se vos murez, esterez seinz martirs, 1135 Sieges avrez el greignor pareïs.
Page lvi - La corone de France doit estre mise avant, Qar tuit autre roi doivent estre à lui apandant De la loi crestiene qui an Deu sont créant.
Page lxxiv - Qui fu seigniez sor l'autel Sain-Germain. //Niés, dist li cuens, or te ferai certain, De tes péchiez verai confès remain, Je sui tes oncles, n'i as or plus prochain Fors Damledeu le verai soverain, 890.
Page xv - C'est toujours la lutte du bien et du mal, de la lumière et des ténèbres, de la vie et de la mort.
Page 178 - Ce discours m'est étrange. — A Dieu ne plaise, à ses Saints, à ses Anges. — Après Roland que je reste vivante. »— Elle pâlit, tombe aux pieds du roi Charles, — Meurt aussitôt. Que Dieu prenne son âme.
Page xv - Ici je crois reconnaître un mystère, qui fait depuis six mille ans la préoccupation du monde, qui est au fond de toutes les religions, comme la religion est au fond de toutes les épopées. La lutte, la chute et la rédemption formeraient le texte d'un premier récit, dont tous les autres ne seraient que des variantes ou des épisodes. Ainsi...
Page xx - Je rends brillante la nuit sombre avec mon épée; «je fais voler les têtes sur le champ de bataille. Je suis né libre « et ne suis pas esclave , je ne suis le serviteur que de Dieu. Les...

Informations bibliographiques