Abélard et Saint Bernard: la philosophie et l'Église au XIIe siècle

Couverture
C. Douniol, 1862 - 154 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 100 - C'est un grand spectacle que cette attitude simple, pratique, décidée, que prend dès le début cet homme qui avait d'abord éludé le combat; spectacle d'autant plus beau que ce n'est point au nom du pouvoir de fait, et en vertu de la force dont il dispose, que saint Bernard traite Abailard de la sorte ; sans doute il sait qu'au besoin la force ne lui...
Page 6 - L'ignorance était décriée et signalée comme la source des maux du siècle; la fonction d'enseigner était mise au nombre des devoirs de l'état religieux; chaque monastère nouvellement fondé ou réformé devenait une école dans laquelle des élèves de tout âge et de toute condition étaient gratuitement instruits dans les sciences connues sous le nom d'arts libéraux. La réflexion s'éveillait sur tout ce qui intéresse l'humanité, et l'action suivait la réflexion. C'est à la fm du onzième...
Page 100 - Nevers sont là, présents au concile , alliés dociles de l'Église et prêts à la soutenir contre ses ennemis : mais il ne s'en prévaut point; nulle allusion , nulle insinuation n'indique seulement qu'il y pense ; la lutte est purement intellectuelle ; Bernard n'est, comme Abailard, qu'un moine qui parle au nom de la vérité. Il prend même soin de rassurer son adversaire contre toute crainte que la force temporelle n'intervienne ; bien loin de lui faire entrevoir la persécution, la prison,...
Page 39 - Eloise, in a late number of a contemporary publication, there is a quotation of some lines from Lucan, which Eloise is said to have repeated in broken accents as she was advancing to the altar to receive the veil. " O maxime conjux ! O thalamis indigne meis ! Hoc juris habebat In tantum fortuna caput ? Cur impia nupsi, Si miserum factura fui ? Nunc accipe paenas, Sed quas sponte luam.
Page 33 - Non enim mecum animus meus, sed tecum erat ; sed et nunc maxime, 250 si tecum non est, nusquam est : esse vero sine te nequaquam potest. Sed ut tecum bene sit, age, obsecro.
Page 139 - Cluni, et ai concédé son corps, transporté furtivement, à Héloïse, abbesse, et aux religieuses du Paraclet, par l'autorité de Dieu tout-puissant et de tous les saints, je l'absous d'office de tous ses péchés.
Page 100 - ... cet homme , qui avait d'abord « éludé le combat ; spectacle d'autant plus beau « que ce n'est point au nom du pouvoir de fait « et en vertu de la force dont il dispose , que « saint Bernard traite Abélard de la sorte : sans « doute, il sait qu'au besoin la force ne lui man...
Page 23 - ... auquel aboutissent les recherches philosophiques. Il a l'air de n'être guère qu'un problème de psychologie et de logique , et en réalité il domine toutes les parties de la philosophie; car il n'ya pas une seule question qui dans son sein ne contienne celle-ci : tout cela n'est-il qu'une combinaison de notre esprit faite par nous à notre usage , ou tout cela at-il en effet son fondement dans la nature des choses?
Page 77 - Dieu puissant ne souffrira pas que vous soyez tentés au-dessus de vos forces, mais avec la tentation il ménagera aussi le secours pour que vous puissiez la supporter » (/ Cor., x, 23). Vous nous avez unis, Seigneur, et vous nous avez séparés, quand il vous a plu, comme il vous a plu. Ce que vous avez commencé dans la miséricorde, achevez-le aujourd'hui dans un comble de miséricorde, et ceux que vous avez un jour séparés l'un de l'autre en ce monde...

Informations bibliographiques