Images de page
PDF

au comté de Bourgogne, surprit la ville donné pour otage par le duc Ferri II, à de Conflans, y ayant fait entrer un jour Thiébaut comte de Bar, pour la somme de de marché, ses gens par huit, et par dix , cent marcs. au nombre d'environ six cents hommes. Ils Giles de Cons, eut pour fils Jacques de rançonnèrent la ville à quinze cents écus , Cons, qui rendit en 1218, à l'évêque de et enlevèrent tout ce qu'ils jugèrent à pro- Verdun, Hatton-Château et la châtellenie pos; ledit Bàtard fut ensuite ajourné au de Sampigny. parlement de Dol, et condamné à tout Le même Jacques de Cons se déclara rendre.

vassal du comte Valeran (de Limbourg) Ce ne fut qu'en 1561 , le vingt-cinq en 1217, et promit que son château de février, que François de Beaucaire, évê Bettange lui serait ouvert toutes et quantes que de Metz, céda au duc Charles III de' fois il le requererait; il don a pour cauLorraine, les châtellenies de Conflans en tion de sa promesse, Théodore de Fontoy, Jarnisi et de Condé-sur-Moselle, déchar-Arnoll de Roden-Macheren, Errard de gées de tous droits de rachat , et autres , Maisenbrung, Jean d'Ottenge et Thierri de que les évêques de Metz y voulaient pré- Thionville. tendre; le tout sous la condition que cet Il avait épousé Marie.... dont il eut.... abandonnement serait agrée par le pape. Jean de Cons, qui épousa Poince, et en

La paroisse de Conflans a pour patron eut une fille nommée Jacquette, qui épousa saint Martin ; l'abbé de saint Nicolas-des- Renau de Neu-Chatel de Varize, père de Prés de Verdun, nomme à la cure, et est Jean de Neu-Chatel et de Varize, qui obdécimateur pour les deux tiers, contre les tint un jugement à son ayantage pour jésuites du Pont-à-Mousson pour l'autre Cons, et un fils nommé Bertrand de Vatiers ; le roi est décimateur pour les deux rize, père de Marguerite de Variže, matiers de la menue dime, et le curé pour riée à Valtrin d'Epiual, de laquelle il eut l'auire. Le roi est seul seigneur de Con- Clément d'Epinal, qui épousa Jeande de flans. Les fossés et les restes du château , Pouilly, et en eut Gerard d'Epinal, qui aujourd'hui ruiné, sont à présent laissés à épousa Armangay, ou Ermengarde de MalCens. Il y a dans Conflans environ soi- berg ; et il en eut deux filles, savoir : 1° xante-huit habitans.

Claude , mariée à Thiébaut de Custine, CONS, ou LA GRAND-VILLE, et le Marguerite, mariée à Robert de Housse, prieuré dudit lieu. — Cons ou Coms, au- lesquelles deux seurs héritèrent de trois jourd'hui La Grand-Ville, village ayant quarts dans la seigneurie de Cons, l'autre titre de Marquisat, situé sur la Chiers, quart appartenant aux sieurs de La Haye; lieu très-ancien, sous la châtellenie de et depuis, Gerard de Housse , fils de Thié. Longwy, ayant autrefois des seigneurs de baut, vendit sa part à Martin de Custine, nom et d'armes, portant d'argent à cinq son cousin; c'est ce que dit M. Husson roses de gueule. Ce lieu répond aujour- Lécoffois, sous Coms.. d'hui à Villers-la-Montagne, et répondait En 1293, Jean Cons et sa femme, renci-devant à Etain.

dent au comte de Huilman, le château de · Albert et Judith, comte et comtesse, Mirevaul, Corp. de Plom. supplément fondateurs de l'abbaye de Bouzon - tome I, part. I; page 159. ville, donnent en 1056 (1), à l'abbaye Le samedi d'après la saint Remy, 1342, de saint Mathias de Trèves, leurs cours de le duc Raoul vendit Cons à Gerardin de Cons et de Berrencastel, curtes nostras in Cons pour deux mille cent florins d'or Cose vel Cons et Berencaštele.

petits (1), le florin à douze gros et le louis Dès l'an 1208, Gilon de Cons (2), fut d'ór pour livre vieux gros , avec faculté de (1) Hist. de Lor. t. 2, p. 404. Preuves. 2) Hist. de Lor, t. 2. page cccLxxvI.

(1) 1342, 9 ayril.

[ocr errors]

rachat, pour lui et les siens pendant trois du nom de Baronie, avant l'érection du ans. ,

marquisat faite en 4719; et de cette baroEn 1495, Guillaume d’Augy, seigneur nie dépendait la Grand-Ville, Ugny, Telde Cons , fut fait gouverneur et prevôt de lancourt , les censes de Cussémont, CuLongwy (2).

mont et Praucourt, ensemble les censes de La Grand-Ville est du diocèse de Tré- la Caure et des Converts, appartenantes yes, juridiction du jugé des seigneurs, aux religieux d'Orval , qui étaient juridirecette et bailliage d'Etain , cour souve ciables à cette ancienne baronie. raine de Nancy. Il y a dans la Grand-Ville En 1718, le vingt-quatre décembre, il environ quatre-vingts habitans, presque plut au duc Léopold , vendre au sieur Nitous drapiers.

colas-François marquis de Lamberti et Le château d'aujourd'hui a été båti par dudit Cons, les terres et seigneuries de les Custines ; l'ancien château qui était au- Pierrepont, Beuveille, Doncourt et Ham, trefois entre Cons et Montigni, a été dé-en quoi le tout puisse consister, dépendant moli, et il n'en reste aucun vestige. de son domaine, ensemble ce qui pouvait

Voici un mémoire qui m'a été commu- aussi lui appartenir dans les seigneuries de niqué snr Cons la Grand-Ville.

Cons, Viller-la-Chèvre, la Grand - Ville , Cons, autrement la Grand-Ville, est Uyny, Tellancourt et Cuttry, moyennant située à une lieue de Longwy, en tirant du une somme de cent mille livres payée compcôté de Longuyon, c'est un marquisat tant. Contrat en fut passé par-devant maiérigé depuis 1719.

tre Fallois , tabellion à Nancy, ledit jour Ce village est séparé en deux par la ri- par M. Lefèvre, procureur général de la vière de la Chiers, qui passe au midi. A chambre des comptes, en vertu d'un poucent toises plus bas, proche Montigny, voir a lui adressé par le duc Léopold. village dépendant de la prevôté de Viller- Il plut au même duc, de joindre ces la-Montagne, se trouve à la pointe d'une seigneuries et droits domaniaux, à ceux de montagne, la place d'un ancien château la baronnie de Cons et à ceux de la Grandruiné appellé Cons, qui était environné Ville, et en ériger un marquisat de fossés de trois côtés, la rivière de la Les patentes en furent expédiées au Chiers passant au pied de l'autre côté; par mois de février 1714, par lesquelles il fut ses ruines on reconnaît que ce château était permis à M. de Lamberti de créer un préfort; on en voit encore les anciens fonde vôt, procureur-fiscal, un ou plusieurs nomens ; mais cette place est à présent en taires et d'autres officiers nécessaires pour nature de bois, et de haute futaye; où l'administration de la justice. Permis en était la cour dudit château, on voit une outre , audit sieur de Lamberti d'acquérir fontaine dont la source est assez considém d'autres terres pour les joindre audit marrable ; les sieurs de Lamberti en font con- quisat, et ne serait tenu à obtenir d'autre duire les eaux dans la cour de leur châ- permission, sinon que toutes les terres teau de la Grand-Ville.

qu'il pourrait acquêter, d'en faire publier Du château de Cons réuni actuellement le contrat d'acquisition, dans chacun des au château de la Grand-Ville, relèvent plu- bailliages d'où dépendront ces terres acsieurs vassaux qui font foi et hommage au quệtées, à l'issue des audiences. seigneur dudit Cons la Grand-Ville, pour les Depuis ce temps, on lui céda encore le seigneuries qu'ils tiennent dudit château de retrait de la seigneurie de Frénois-la-MonCons , qui sont les grand et petit Failly, tagne, à charge de rembourser au sieur Flabéville , et les seize seigneurs de Viller- Prévôt de Ditrick, une somme de sept la-Chèvre , qui est à un quart d'heure du mille francs; il acquêta encore en 1736, la château de Cons. Ce château était illustré, part que M. Jean Antoine, baron d'Elz,

(2) Archive de Lorraine, Layetle. seigneur d'Ottange, avait dans la seigneurie de Chenière , par indivis arec M. de Dans le même lien et à la porte du chả. Lamberti , qui est de onze portions; sept, teau, l'abbaye de St-Hubert en Ardenne moyennant nne somme de trente-huit mille possède un prieuré assez considérable, livres.

tant en maisons , moulin, fours-bannaux, Au mois d'avril suivant 1719, M. Ni-terre et prés contigus audit prieuré, qu'en colas-François, marquis de Lamberti et bois et rivières. L'abbé qui est curé primidudit Cons la Grand -Ville , fournit son tif, a droit de célébrer aux fêtes solenneldénombrement à la chambre des comptes les, et nomme à la cure en tout temps; le de Bar; après avoir examiné tous les ti- curé est à portion congrue. Le prieur est tres , il fut blàmé et ordonné que toutes seigneur foncier de la rue Chacorelle. Ceux les nominations des cures ainsi cédées dans qui vendent des biens , sont obligés de les villages vendus , seraient dans la suite payer le droit de lots et vente, quiest l'onze, réservées au duc Léopold.

et à lui appartient la totalité des dîmes du M. de Lamberti mourut en 1740. J ban. La principale porte et entrée du châ

Le château de la Grand-ville est situé teau et dudit prieuré appartient à l'abbaye presque au milieu d'un endroit élevé sur de saint Hubert; le prieuré est désservi par une petite éminence; les murailles d'une un religieux de cette abhaye, qui en est hauteur extraordinaire, le haut en carreaux administrateur. de pierre de taille. Le chateau est presque CONTREXÉVILLE. — Contrexéville carré; à l'extrémité du côté de Lonwy, il est un village du diocèse de Toul, situé y a deux tours, une à chaque coin , aussi dans le bailliage de Darney, à la source de bâties en carreaux, dont l'une sert de loge- la Verre ou Vair, à quatre lieues de Neufment au chapelain, et l'autre de prison ci-château, à trois de Darney, et à une lieue vile et criminelle.

de Bulgnéville. La paroisse a saint Eyre Au dedans du château on voit une ar-1 pour patron. Le prieur de Relanges nomcade ou galerie voûtée proche la chapelle me à la cure. Décimateurs, le curé pour castrale; il s'y trouve près de cent cin-le tiers de la grosse et menue dime; les requante armoiries au-dessus, toutes diffé- ligieux de Pareid et de Flabémont ont rentes l'une de l'autre, ce qui prouve que les deux autres tiers. Seigneur, M. le ce château est très ancien, et appartenait à comte Dessalles ; cour souveraine de Lorde grands seigneurs.

Traine. Il y a dans l'église la chapelle de À côté de cette arcade est la chapelle Notre-Dame de consolation, dont M. l'é castrale, où l'on dit une messe tous les vêque de Toul est collateur. Elle est char. jours. Le chapelain est nommé par le sei- gée de quinze messes. Le poulié de Cailgneur, présenté au suffragant de Trèves. lier donne un tiers de la dime aux seigneurs Le bénéfice de cette chapelle peut valoir de Dombåle. environ six cents livres aucours de France, On trouve un titre de 1276 (1), le diassignés sur plusieurs constitutions, don- manche après la S. Remi, par lequel Hunées par Madame Marguerite de Custine, gues chevalier de Dampierre déclare qu'enlorsqu'elle vivait, abbesse de Bouxières, core que le duc Ferri lai ait permis de et le revenu de la location d'une maison si- vendre Contrexéville, néanmoins après latuée à Grand-ville, à la rue de Longwy; dite vente il restera toujours son hommedans ces six cents livres de revenu, le cha- lige, à cause de Vitel et de Dombrot. pelain est obligé de payer annuellement à Scellé du sceau de Richard de Dampierre deux pauvres enfans, natifs de Grandville, son frère, deux barbeaux qui se regardent, à chacun soixante livres, au cours de posés en long. France, pour les aider à payer leurs pensions, lorsqu'ils étudient au collége de (1) Archives de Lorr. Layette Princes de Luxembourg.

Vaudémont.

Ce qui rend Contrexéville plus recom-avec ces eaux, en observant exactement les mandable , sont les eaux minérales qui s'y phénomènes qui se sont offerts, qui se sont trouvent, et dont l'efficacité pour la gué-succédés, et qu'il a réitérés dans tous les rison de plusieurs maladies a été éprou-cas, pour constater les faits par des opévée avec succès depuis quelques années. rations répétées. Contrexéville par sa situation, forme une es- Ce savant médecin, après bien des expèce de vallon, commandé par deux mon- périences , a reconnu qu'elles contiennent tagnes, couvertes d'une terre de même un sel acide particulier, et une petite pornature que tout le finage. L'une de ces tion de sel alkali mineral volatil, unis et montagnes est au couchant, l'autre est au liés avec une substance bitumineuse et une midi. Des anciens du lieu prétendent substance savonneuse ; qu'elles contienqu'elles renferment du cuivre... .. nent un léger safran de mars , qui se tient

Vers le milieu du village, au pied d'une aisément en dissolution dans ce liquide. II maison, sort une source abondante, qui résulte encore que le bitume qu'elles rendonde naissance à la rivière de Verre, la- ferment, est de la nature du pétrole blanc; quelle se partage en deux branches. L'une son odeur le manifeste : enfin qu'il est difcoule au pied de la montagne qui est au ficile d'en extraire les sels qui lui sont unis. couchant; l'autre traverse le village qui est Quant aux vertus des eaux de Contreau midi, et reçoit les eaux de plusieurs xéville, M. Bagard nous apprend que ces fontaines, en sorte que depuis la source de eaux en général sont très favorables aux cette rivière , qui coule à l'orient, Contre maladies des nerfs , par l'action de leurs xéville est une presqu'ile, environnée parties pétroliques, balsamiques et savond'eau de part et d'autre. C'est au centre neuses. Par la même raison elles détergent de cette ile, au milieu d'un jardin-verger, et consolident les ulcérations internes et que se trouve au couchant du village la fon- externés. Il ajoute qu'elles sont utiles pour taine minérale qui est éloignée de l'une et de prévenir les retours de la goutte en rétal'autre montagne d'environ 80 toises. blissant la souplesse des nerfs et des par

Son bassin a huit pieds de diamètre. Il ties membraneuses , desséchées par l'hůest d'une figure angulaire. L'eau sort avec meur de cette maladie ; qu'elles sont abondance de l'angle qui est au midi. Elle surtout souveraines dans les maladies des coule avec précipitation de l'autre angle, reins, des uretères, de la vessie et de l'urèqui est à l'orient. Le fond du bassin est tre; telles que la pierre, la gravelle, les une terre glaise, de couleur d'ardoise , et glaires, les suppurations, les ulcères de ces d'une odeur bitumineuse ou sulfureuse, et parties, et les carnosites de l'urètre. Il rapcomme approchant de l'odeur de la poudre porte ensuite des exemples de guérison de à canon. De cette glaise dissoute dans l'eau ces sortes de maladies, mais notamment de ordinaire, ils'en échappe bientôt une huile la pierre et de la gravelle.. . blanche qui nage à la surface. Les plantes Un garçon de Contrexéville, agé de quaqui environnent les sources sont considé- torze ans, qui jettait tous les jours des pierrablement chargées de rouille ocrée. Tres grosses comme des pois et quelau

M. Bagard, premier médecin ordinaire comme des lentilles, a été parfaitement soudu roi de Pologne, président et doyen du lagé de ses douleurs, et entièrement guéri collége royal des médecins de Nancy, s'est de sa maladie par les eaux de Contrexéappliqué avec beaucoup de soin à exami-ville, et n'en a eu aucun ressentiment de ner les substances qui constituent essen-puis douze ans. Un nommé Joseph Hilaire tiellement la nature des eaux minérales de du même village, âgé de vingt ans, a jeţté Contrexéville. Il a employé pour cela les trois pierres, grosses chacune comme une procédés de l'évaporation, de la distilla- fève, pendant qu'il but les eaux, et fut guéri tion, et les mélanges de différens corps en 1755. Dans la même année une fille de Ja Ronillie proche Crainviller, tourmentée curé de Corcieux, quarantc livres de beurre des douleurs de la gravelle, a été parfajie- et douze fromages. J'ai fait ailleurs un arment guérie par l'usage de ces eaux. M. ticle de Gérard-mer. Bagard rapporte encore d'autres exemples Gerbepol est aussi annexe de Corcieux, de la vertu de ces eaux dans un mémoire d'où dépendent environ quarante censes lu dans la séance publique de la société ou fermes , et huit ou dix hameaux. La royale des sciences et des arts de Nancy, Houssière et Martiopré, dépendent aussi le 10 janvier 1760. C'est de ce savant et de la paroisse de Corcieux. curieux mémoire que nous avons tiré tout Il y a une belle maison seigneuriale, ce que nous avons dit des eaux minérales appartenant à un gentilhomme nommé de Contrexévile.

M. de Fléville. CONTRISSON.-Contrisson, village J'ai remarqué dans la paroisse, sur un du diocèse de Toul, Barrois mouvant, si- des vilraux à droite, le portrait de M. tué entre l'Ornain et la Saulx, à trois licues Laurent Pillard, ou Pilladins, cbanoine de Bar, bailliage de la même ville, prési- de saint Diez , auteur du poême de la dial de Châlons , parlement de Paris. M. guerre des paysans, intitulé Rusticiados, Colin de Contrisson a la justice moyenne sous le règne du bon duc Antoine, en et basse sur ses sujets. La paroisse, a pour 1525. Laurent Pillard était chanoine de patron saint Quentin. L'abbé de Jendeures St-Diez, et curé de Corcieux, selon l'abus nomme à la care, qui est régulière, possé- de ce temps là. dée par un chanoine régulier prémontré. En 1312, le duc Ferri IV, donne pour Décimaleurs, l'abbaye de Jendeures pour douaire à Isabelle d'Autriche, son épouse, un tiers, le chapitre de S. Maxe de Bar Corcieux, Anould, et le château de Spitpour un dix-huitième, M. de Contrisson zemberg. pour sept trente-sixièmes, le chapitre de CORNY.-Corny, Corneium , village saint Pierre pour un neuvième, le curé de du diocèse de Metz, près la Moselle, sur le Mognéville pour un trente-sixième, et chemin de Pont-à-Mousson à Metz, office, MM. Chanot et le Vasseur. avec mademoi- recette et bailliage de Pont-à-Mousson, selle de Thionville, pour un trente-sixième; cour souveraine de Nancy, juridiction du le curé a les novales. Il y a environ cent juge-garde des seigneurs. La paroisse a trente-cinq habitans.

pour patron saint Martin ; l'abbesse de CORCIEUX.--Corcieux, Curticula , sainte Marie de Metz, nomime à là eure, et gros bourg, dont la paroisse a pour patron í perçoit toute la grosse dime ; le curé a la la Sainte Vierge en son Assomption, les i menue et les novales. Il y a dans Corny, dames de Remiremont ont la collation de deux cent trente-sept ou deux cent trentela cure, qui est au concours dans les mois huit habitans. On y voit une espèce de charéservés au pape. La grosse dime appar-teau ou maison forte, qui a assez d'appa-, tient pour la moitié au chapitre de Remire-rence. Corny est voisin de Joui auxArches. mont, contre le curé pour l'autre moitié, ! En 1262, Henri comte de Salm, et Henri avec la totalité de la menue dime. Le Bou-comte de Vaudémont, reconnaissent que yrot du curé consiste en deux ou trois Henri de Blåmont a donné à Thiébaut comte fauchées de prés, et sept jours de terre. de Bar, le fief de Corny, celui Joui, tenu Chaque moulin du ban de Corcieux, doit par Philippe de Ragecourt, et celui de au curé uu pain le lendemain de Noël ; le Marly, tenu par Mathieu de la Chambre. marguillier lui doit vingt-huit livres de "En 1263, Thiébaut, comte de Bar, en beurre, deux chapons, deux pains blancs, reconnaissance de ce que Henri de Blàdeux pintes de vin, et le curé est obligé mont lui a cédé les fiefs de Corny, Joui et de lui donner à diner.

. Marly, promet donner à Henri de Salm, Gérard-mer , est annexe de Corcieux. tout ce qu'il a en fief de Ragecourt. Les habitans de Gérard-mer doivent au! En 1328 et 1334, Renaud de Rage

« PrécédentContinuer »