Images de page
PDF

Charles et Nicole, la moitié du château et seigneurie de Freistroff, dont l'autre moitié est aux sieurs Jean-Paul Fauste de Strombourg et Christophe de Livestein. Item les trois quarts es villages de Pheningen, Eblingen, Bichingen, Tutting, Holdingen et Rumelfangen, la moitié d'Enselingen; l'autre moitié étant à S. A.

En 1613 Samson de Warsberg, reprit du dnc Henri.

En 1665 , le 25 mai, Jean Edmond baron Walpot de Baseinheim , reprend par procureur, la moitié du château et seigneurie de Freistroff.

En 1666 le 7 avril, François Philippe de Vignéville du Sars, reprend de S. A. le quart de la seigneurie dé Freistroff.

Outre l'église de l'abbaye située sur le bord gauche de la Nied, il y encore à l'autre extrémité du village de Freistroff, une église paroissiale, elle est petite et ancienne, et il en dépend plusieurs hameaux; l'abbé de Bonzonville, est collatcur et décimateur, le curé est à compétence. Diocèse de Metz, bailliage de Bouzonville, cour souveraine de Lorraine.

FREMEREVILLE. — Fremeréville ou Fromeréville, village de la Voivre, diocèse de Verdun , à deux petites lieues de Commercy au couchant, et à six lieues de Pont-à-Mousson à l'orient, à quatre

FRENELLE oc FRANELLE. — Franelle la petite et Francllc la grande, toutes deux à deux lieues de Vézelise, comté de Vaudémont, bailliage de Vézelise, cour souveraine de Lorraine. L'église est dédiée à saint Eloph, martyr du pays;

[ocr errors]
[ocr errors]

patron, l'abbé de St. la moitié de la dime, et le curé l'autre moitié. La chapelle de saint Nicolas est chargée de vingt-quatre messes par an; elle a pour revenu le sixième des dîmes de Suriauville. La maison de Frenelle au comté de Vaudémont portait d'azur à trois bandes d'or, au chef chargé d'un lion naissant d'or.

Cette maison est fort différente de celle de Frenau originaire d'Anjon, éteinte depuis assez long-temps; elle portait de gueules à deux faces d'argent, accompagnées de huit merlettes de même, 3 2 3.

FRESCATY. — Frescaty, château très-considérable dans la plaine du Sablon, à droite et à un quart de lieue de la Moselle , à gauche et près de la route de Metz à Pont-à-Mousson , à une lieue de Metz.

C'est une maison de plaisance, bâtie en 1709 par feu M. de Coislin évêque de Metz. Il renferme des parcs immenses, des bosquets et labyrinthes en charmilles , dans lesquels il y a plusieurs bassins d'eau et réservoirs, ainsi que différentes statues

lieues de Toul au midi, à trois lieues de ' en marbre blanc. Les bàtimens attenans à Fresne. Ce village avec Louvant et la! Aujourd'hui Fresneest office, recette et Heymeix forment une baronie à M. d'Ar- j bailliage de Saint-Mihiel, cour souve— mur de Louvant. raine de Nancy. Le bourg de Fresne avec

St. Miliiel ; office, recette et bailliage de St. Mihiel, cour souveraine de Nancy. Le roi en est seul seigneur. La paroisse a pour patron saint Albin. Le chapitre de Montfaucon nomme à la cure; il y a 39 à 40 habitans dans le lieu. Le village de Fremeréville avec quantité d'autres lieux, fut cédé au duc du Lorraine Charles III par l'évêque de Verdun Nicolas Pseaume, «a échange de ce que ledit duc avait dans le ban de Rosières, le fief du ban des Pillons, de la petite Soheme, etc. le 10 septembre 1564.

En 1316 Philippe de Sorcy épousa Jeanne , fille de Jacques le Roi de Fremeréville.

au château sont très-spacieux, et la chapelle, qui est à droite est fort belle.

M. de St. Simon successeur de M. de Coislin dans l'évêché de Metz , qui a fait l'acquisition de cette belle maison, a beaucoup augmenté ses dépendances et embelli les bàtimens.

FRESNE-AU-MONT, Ia Heymeix Bt Locvaht. — Fresne-au-Mont ou Fresneen-Barrois, village du diocèse de Verdun, à cinq lieues de Bar, deux ou environ au couchant de St. Mihiel; bailliage de cette dernière ville. La paroisse a pour patron St. Pierre es liens. Le chapitre de la cathédrale de Verdnn nomme à la cure. L'abbé de St. Mihiel est seigneur foncier néanmoins qu'il ferait faire jour et nuit à Vieux-Moutier le double office canoniale et monastique, et qu'après sa mort ce village dépendrait du monastère. Charlés-le-simple confirma cette donation aux mêmes conditions, par un diplôme daté de l'abbaye de saint Arnou de Metz, en 919.

M. Baluze(l)afaft imprimer un diplôme i Louvant et la Heymeix, forment une bade Louis III roi de Germanie, de l'an ronie appartenant à M. d'Armure. L'ab904 daté de ■Tribure , par lequel ce prince ' bé de Saint-Mihiel est seigneur foncier à accorde à Vuerin prieur de Vieux-Moutier ! Fresne, et l'abbé de saint Benoît en Voiprès de St. Mihiel, le village de Fresne vre, est seigneur foncier à Heymeix. La sa vie durant, avec les habitations, au ' paroisse de Fresne a pour patron St. Piernombre de vingt—quatre, les dîmes et re-aux-Liens. Le chapitre de la cathédrale tout ce qui en dépendait, sans que les ' de Verdun nomme à la cure, rois ses successeurs et les abbécs de St. j La Heymeix est annexe de Tillombois, Mihiel puissent le lui ôter , ou le troubler : diocèse de Verdun. Il y a dans le lieu une dans sa possession; sous la condition église sous l'invocation de saintViclor. La Tous ces lieux tirent leurs noms des arbres Fresnes , Fraxinus, qui s'y faisaient rémarquer

FRESNE-EN-VOIVRE. — Fresne-enVoivre, petite ville ou bdurg situé entre Verdun et la Tour-en-Voivrc sur la rivière de Cbasson, qui se jette dans l'Orne à Confiais (2). Fresne fut donné à l'église de Verdun par Grimond , en faveur de saint Paul évêque de cette église, qui vivait vers l'an 640 et est mort en 648 ou 649 (3). Au quinzième siècle, Hugues de Bar, évêque de Verdun , engagea à Thierri de Lenoncourt, la seigneurie de Fresne, et quelques autres terres, pour assurance des sommes que M. de Lenoncourt lui avait prêtées dans sop besoin (4). La prévôté et seigneurie de Fresne fut cédée en 1564 au duc Charles III par l'évêque Nicolas Pseaume, de même que d'autres seigneuries avec tous les droits de fief et devoirs; et le duc de son côté donna à l'évêque tout ce qu'il avait à Soheme , à Rembercourt-aux-Pots, à Bauzet, Loison, Billi, Vadancourt, Frésne-en-Voivre, etc.

(.) Baluic, Miscell. t. 4, p. 425.

(2) Histoire de Verdun; p. ga.

(3) Spicil. t. i2. Hugo Flavin , p. m.

(4) Histoire de Verdun , p. 344 «t 454

baronie de Fresne contient environ 60 habitans. M. de Bugnon donne à Fresne le titre de marquisat, et dit qu'il comprend Hennemont, Ville-en-Voivre, Pinteville, Manheul, Braqui, Vatronville, Vadonville, Rupt, Dieuve et la Papeterie , Amblainville , Hadiaumont, Viller et Genicourt, villages. Mouilli et Aulnoy, hameaux; et S. Brice censé.

Fresne. Fresne, village du comté de Vaudémont, à deux lieues de Vézelise; patron saint Denis, collateur l'abbé de St. Evre, et le commandeur de Xugney à l'alternative. Décimateurs, le curé pour un tiers, le commandeur pour un autre, et les religieux de Morizécourt pour le troisième. Seigneur, le marquis d'Harouel.

Annexe, Frenelle la Grande; patron S. Léger: et Frenelle la Petite.

En 1051 (1), dans le titre de fondation de l'abbaye de Poussay, il est fait mention de Grandem Frasnum, apparemment Grandem Franum , la grande Fresne.

Fresne, village d'Amance, cédé pour la route de Metz en Alsace.

Fresne-au-Mont, village à une lieue de St.-Mihiel, il ne fait qu'une communauté avec Louvant.

Fresnois sur le Collandon , répond à Dompaire.

""lïVes/joiV-Ia-Montagije, répond à Villerla-Montagne.

(i) Hist. de Lorr., 1.1, p. 433.

FRIBOURG en Lorraine, et FRIBOURG en Brisgau , etc. — On connaît plusieurs villes du nom de Fribourg ou Freibourg. 1° Fribourg en Suisse, capitale du canton du même nom, située sur le bord de la rivière de Sarne , qui l'environne de tous côtés.

Fribourg en Brisgau , dont elle est

te de Fribourg donna quittance au duc es dommages qu'il avait son service, y ayant été

capitale , était ci-devant une forteresse de conséquence, qui a souffert différens sièges. On dit .qu'elle n'est pas ancienne , ayant été formée par des ouvriers qui travaillaient aux mines des environs , et qui demeuraient dans ce lieu. On met sa fondation en 1120 -, et on dit que ce fut Bertholde duc de Zaringhem qui la fonda.

Les ducs de Lorraine ont eu différentes affaires avec les comtes de Fribourg (1). Conrade , sire ou comte de Fribourg , avait épousé Catherine de Lorraine, fille du duc Ferri III et de Marguerite de Champagne; à cette occasion intervint un accord entre le duc Thiébaut II, frère de ladite Catherine (2), par lequel Conrade et Marguerite renoncent à toutes successions , paternelle et maternelle, et se contentèrent des fiefs de Romont, Saint-Maurice , Saint-Pierremont, Vallois et Buxières.

En 1562 , le duc Jean Ier ayant trouvé ces fiefs hors des mains des héritiers de Conrade et Marguerite, en disposa suivant la coutume de Lorraine, en faveur de Brun de Ribaupierre et de Jeanne de Blàmont sa femme (3).

Et en 1290 (4) , Egenon comte de Fribourg, s'oblige de servir Ferri duc de Lorraine, contre tous ses ennemis aux frais du duc; et la même année, le même com

( i ) Archiv. de Lorr., registres des fiefs par le président Alix.

(a) Histoire de Lorraine , tome 2 , pages , dixxv et dxxxix.

(3) An 1289 et 1290,

(4) Histoire de Lorraine, tome 2, p. dxxsii et ilxxxiïi.

Ferri, de tous les dommages qu'il avait
soufferts étant à
fait prisonnier.

Dans le traité de mariage d'entre Conrade , fils du comte de Fribourg, passé l'an 1289 et 1290 avec Catherine de Lorraine , il est dit que le comte de Fribourg fait alliance avec le duc Ferri contre tous les hommes en - deçà des Alpes d'Alsace , citrà Alpes Àlsatiœ; c'est-à-dire en-deçà les montagnes de Vôge dans l'Alsace.

Fribourg ancienne ville d'Allemagne dans la basse Styrie. Lazius prétend que c'est l'ancienne Cardeliana, marquée dans les notices.

Fribourg en Bavière , auprès de la forêt de Honsture, aux frontières de la haute Autriche et du territoire de Salzbourg.

Fribourg en Lorraine, c'est celui qui fait ici le sujet de nos recherches , les autres étant étrangers à notre matière.

Fribourg en Lorraine est une chatellenie appartenant à l'évêque de Metz (1), située à l'orient de la terre de Marsal, sur le chemin d'Alsace, et'confinant à la seigneurie de la Garde. Ce lieu est de l'ancien domaine de l'église de Metz : mais le château de Fribourg ne fut bâti qu'en 1340 , par Pierre, viçairo de l'évêché , retiré à Vie, et banni de Metz, pour s'être opposé aux violences que les Messins exerçaient envers les ecclésiastiques de cette église. Il fit construire ce château pour l'évêque de Metz et pour ses successeurs, et il a toujours fait partie de leur domaine jusqu'aujourd'hui.

En 1337, la guerre était allumée entre le duc Raoul et Henri sire de Blàmont, d'une part, et Geoffroi, comte de Linange, et de Frischenon de Fribourg d'autre. En 1339, le comte de Linange ayant commis quelques dégâts sur les terres de Fribourg, le duc Raoul dépouilla ce comte du fief d'Ormes et le donna à Ademare évêque de Metz,' jusqu'à ce que ce

.: (i) Mearisse l.ist. de Metz, p. b%.

comte est réparé les dommages qu'il avait faits.

Les guerres que Raoul de Coucy évêque de Metz, eut à soutenir contre les ennemis de son évêché , l'obligèrent à engager plusieurs terres de son domaine à des seigneurs de son voisinage ; entr'autres il engagea au duc de Lorraine Charles II, en 1392 ,'la ville et le ehâteau de Noineny, et la troisième partie du château et de la chatellenie de Fribourg, pour la somme de sept mille livres tournois: il ajouta encore depuis, la somme de trois cents francs sur le même engagement, pour assurance desquels il assigna la ville et le ban de Delme.

M. Bugnon dit que les lieux dépendans de la châtellenie de Fribourg, sont : Fribourg château, Roder censé , Ste.-Croix censé , Guermange château , Deslin de Dieuze en partie, Lansgbcrt village, Aussondange hameau, Romécourt hameau, Albing hameau, Auvillé.

Voici un mémoire sur Fribourg, quj m'a été envoyé, et que je transcris tout entier de mot à mot.

Fribourg a été autrefois un bourg, où il y avait foires et marchés. Les marchés se tenaient tous les mercredis , et les foires tous les jours de sainte Marguerite , vingt juillet; à la saint Martin , 11 novembre, et le Vendredi saint. Ou l'appelle Fribourg, parce que c'était un bourg franc de tout subside; il n'avait aucun finage , et était situé sur deux finages comme il est encore aujourd'hui; lesquels finages s'appellent: l'un Metterin , village où était la mère église et le château , et l'autre village s'appelle Beinseing, annexe dudit Metterin , sur lequel village était posé une halle, une maison de ville et un four banal; les susdits villages étant ruinés par le malheur des guerres, les églises y ont subsisté; les habitans dudit Fribourg y allaient pour faire leurs devoirs de chrétiens et y être inhumés ; il est vrai qu'il y avait audit lieu une chapelle de sainte Marguerite. Il parait que la moitié de ce prétendu bourg qu'on appelle vulgairement Falbourg, a été for

tifié , par les vestiges qui s'y voyent encore aujourd'hui. On y voit triples lignes ou remparts. Ledit château ne subsiste plus; il a été démoli, par ordre de monseigneur notre évêque de Metz, en 1747. Il n'y avait point d'église paroissiale à Fribourg ; il y a cent vingt-neuf ans qu'on a démoli les églises de Metterin et de Beinseing; des deux on en a bâtie une à Fribourg , laquelle est située sur les deux bans. On a posé des croix dans les sanctuaires des églises démolies , lesquelles croix y sont encore aujourd'hui. La dépendance dudit Fribourg, est, Rhodes, Sainte-Croix , Andeïhousse , les Bâcha, Lenguimberg, Milberg, Albin , Jlasoudange, le Brocq, Boulle, Desseling, St. Jean-Bassel, Romecour; il n'y a plusâ présent que monseigneur de Metz, qui soit seigneur en tous ces lieux et haut justicier.

FRICOURT.— Fricourt, prieuré dépendant de l'abbaye de Senones , dans la châtellenie de la Garde , diocèse de Metz. La cure de Renoncourt, village voisin de Fricourt, de même que le prieuré de Fricourt , sont à la nomination de l'abbé de Senones; il est fait mention de l'église de Fricourt et de Remoncourt, dans une bulle du pape Innocent III , de l'an 1152. Il parait par les anciens titres de Senones, que l'église ou la chapelle de Fricourt était consacrée en l'honneur de la Sainter^ierge de Bon-succès , et que le prieur prenait le titre de Gouverneur de la confrérie de Fricourt; quelque fois de prieur de Fricourt ou de curé de Remoncourt. En 1505, le onzième d'octobre, furent consacrés les deux petits autels de l'église de Notre-Dame de Fricourt, par Conrade Carn , suffragant de Metz.

En 1668 , le cardinal Louis de Vendôme , légat à Latere, du pape Clément V, désunit la vicairie amovible de Remoncourt , cTavec le prieuré de Fricourt, et l'érigea en vicairie perpétuelle. Aujourd'hui les dîmes de Remoncourt sont aux religieux de Senones.

Le prieuré de Frîcourt, après avoir été environ deux cents ans en commande, est rentré en règle, par la résignation que M. Beausife en fit à Dom Alexandre Blondelot, religieux de Senones, en 1704; après la mort duquel arrivée en 1725, Dom Nicolas Neuville religieux de Sentfnes , en a été pourvu et en jouit aujourd'hui.

FROUART. — Frouart, village sur la Moselle vis-à-vis l'Avant-garde, qui est de l'autre coté de cette rivière ; ayant Condé à l'orient et Liverdun- au couchant. Ce lieu est de la souveraineté de Lorraine et du diocèse de Toul. L'église paroissiale et dédiée à saint Jean-Baptiste. Près de là est au-delà de la rivière, se voit l'ermitage et la chapelle dédiée à saint' Eucaire, premier martyr de ce pays-çi, que l'on croit avoir été martyrisé en cet endroit, sous Julien l'apostat en 502. Voyez l'histoire de Lorraine, tome 1 , liv. S , art. 5, pag. 201 nouvelle édition. Il y avait autrefois près Frouart un château considérable, bâti sur un tond dépendant du prieuré de Lay en 1271, par le duc Ferri III sous la redevance annuelle de soixaute sols, à prendre sur le four banal de Frouart. Ce château a été attaqué et assiégé plusieurs fois par les messins. Le duc Ferri le bâtit pour tenir en bride le château de l'Avant-garde, appartenant au comte de Bar, et celui de Condé appartenant à l'évêque de Metz. Ces trois châteaux formaient comme un triangle et dépendaient de trois souverains différens, et qui étaient presque toujours en guerre l'un contre l'autre.

En 1308 se donna une fameuse bataille entre Frouart et Nancy, entre les gens du duc Ferri II, d'Edouard comte de Bar, et de Renaud évêque de Metz. Le duc Ferri remporta la victoire (1); Jacques, comte de Salm y perdit la vie, Edouard , comte de Bar y fut fait prisonnier et demeura en prison pendant six

(i) Hist. de Lorr., t. 2, p. 434 et 44.

ans, jusqu'à l'entier paiement de sa rançon , qui fut acquittée pour la plus grande partie, par Renaud évêque de Metz, oncle d'Edouard; elle était fixée à quatre-vingtdix mille livres tournois.

En 1350 , sous la régence de Marie de Blois , duchesse de Lorraine, pendant la minorité du duc Jean son fils, les messins pouf se venger des dégâts que les lorrains avaient faits sur leurs terres, entrèrent en Lorraine et ravagèrent tout ce qui se rencontra sur leur.route-; ils pillèrent le bourg et rasèrent le château de Frouart (1). En 1508 Renaud, évêque de Metz assiégea le même château; mais il fut battu , dans la plaine au-dessous du château.

Pendant la guerre du duc Charles de Bourgogne contre René ïp duc de Lorraine, les troupes Bourguignonnes qui étaient à Liverdun, faisaient des courses sur les terres de Lorraine, et y commettaient de grands désordres. Jean de Fénétrange, maréchal de Lorraine, amassa dès troupes, prépara de l'artillerie et fit fortifier le bourg et le château de Frouart, pour arrêter les courses de Ceux qui étaient à Liverdun; il assiégea mênrt cette dernière place et l'obligea de se rendre.

En 1434 sous le duc Charles II, il y eut encore un combat entre Nancy et Frouart, dans lequel il y eut beaucoup de monde tué de part et d'autre (2). Un1 autre combat se donna auprès de Condé, entre les Lorrains et les Barrisiens, où ceuxci eurent du dessous, et plusieurs d'entr'eux furent tués ou fait prisonniers.

Le château de Frouart fut enfin démoli en 1633 par les ordres du roi Louis XIII, de même que la plupart des autres châteaux de la Lorraine.

Depuis très-long-temps les ducs de Lorraine faisaient hommage à la Champagne , pour les terres de Châtenoi, Neufchâteau, Montfort, Gran et Frouart; on

(1) Chronique du Doicn de saint Thiebaut, l'an 1VÔ0.

(3) Hist. de Lorr., t. 3. Preuves p. v.

« PrécédentContinuer »