Images de page
PDF

dire Chemin du Ciel; elle a pour patron 7 saints Ame et Adelphe , on nomme le monastère du saint Mont, Habundense monaslerium.

Cet ancien monastère d'IIabend, prit dans la suite le nom de son fondateur St. Romaric , et s'appela Romarici, ou Rumaricimons; en allemand Rumelsberg, montagne de Romaric. Enfin, depuis l'irruption des Huns dans ce pays, les religieuses du saint Mont ayant été obligées de quitter leur ancienne habitation , se bâtirent dans la plaine sur la Moselle; ce qui a donné commencement à la ville de Remiremont, assez connue aujourd'hui par le célèbre chapitre des dames nobles qui y résident.

Quant au pays d'Habend, il s'étendait sur la montagne et sur les vallées qui environnent la ville, et qui forment le territoire de la prévôté de Bemiremont, des deux côtés de la Moselle; ce pays est compris dans celui du Chaumontais , qui était beaucoup plus étendu que le pays d'Habend (1"). Dans les anciennes reprises que le due de Lorraine faisait auprès de l'empereur , il exprimait le Comté de Rumelsberg, ou de Remiremont: nos ducs étaient originairement avoués et comtes de Remiremont.

HABLAINVILLE, Et PÉTONVILLE. —Hablainville , village du ban de la rivière, ayant ci-devant pour annexes, Buriville , Rulonville et Vaxainville, et ayant de plus dans sa dépendance Pétonville ,' autrement Betonville. Le ban de la rivière tire Son nom de la petite rivière de Ve—

S. Léonard.

Dépend Socourt, village à gauche de la Moselle , une lieue au-dessous de Charmes. ,

Gripport appartenait anciennement aux seigneurs de Charmes (1).

GUERMANGES. — Guermanges, seigneurie dépendante de l'évêché de Metz , située sur l'étang de Lindre. Le 2 octobre 1539 (2) , Henri de Guermanges promet de se rendre prisonnier au château de Vie, au premier de l'an 1560, et consent s'il manque à sa parole, que tout ce qu'il tient de l'évêque de Metz , lui soit acquis et confisqué.

La seigneurie de Guermanges a été possédée par une branche de celle de Cusline. La maison de Guermanges porte de gueules au corps d'or mis en pale.

GUERPONT.—Guerpont, GuerriciPon's, village du Barrois mouvant, diocèse de Toul, à droite de l'Ornain , deux lieues au-dessus de Bar; bailliage de cette ville , présidial de Châlons , parlement de Paris. Les seigneurs et dames sont: MM. de Rizaucourt, d'Hacourt et de Rouyn de Ro— géville. La paroisse a pour patron saint Evre.

H.

HABEND , pays d'Habend ou de Remiremont. — Habend (le pays de) , est celui où se voit aujourd'hui la ville et l'église de Remiremont; ce pays est nommé originairement Habendum , ou Avendum, ou Habundupi, ou Avendunum.

La montagne où saint Romaric bâtit la fameuse abbaye de Remiremont, où l'on voit aujourd'hui le monastère des bénédictins du saint Mont, était proprement Habendum. Il est dit dans la vie de S. Arnoû évéque de Metz , qu'il mourut et futenterré in Habendo, au saint Mont, d'où il fut ensuite transféré à Metz. Et dans la vie dés

(i) Archives de Lorraine, Layette, Charrocs.

(i) Meurisse, p. 5i2.

zouze, qui prend sa source dans les montagnes de Vôges , et se décharge dans la Meurthe au dessous de Lunéville.

Le patron de l'église d'Hablainville, est saint Martin.

Pétonville ou Betonville , aujourd'hui petit hameau dépendant d'Hablainville , était autrefois un lieu considérable. Il y a même apparence que c'était le chef-lieu du ban de la rivière. Il en est parlé daus le titre de Childeric II en faveur de l'ab

(i) Hist. de Lorr. t. 2. p. ccccuxxi.

baye de Senones, en 661 ; c'est le seul village dont le nom soit exprimé dans cet ancien titre, sous le nom de Pclulum-villare. U est encore rappelé dans les années 1152,1164; l'abbaye y possédait une maison franche, dont on voit encore les ruines , et divers autres droits. Il y a à Bétonville une chapelle dédiée à saint Urbain , dont le revenu est de cinq ou six jours de terre.

Hablainville est à une lieue et demie de Badonviller, et à quatre et demie de Lunéville. Seigneur et souverain , le roi. Les seigneurs d'Ogéviller , ont les deux tiers de ta seigneurie. Bailliage de Lunéville.

HABOUDANGESouHOBLINGEN— Haboudanges , ou Gabundange, ou Habundanges(l), est un ancien fonds de l'église de Metz. Jacques de Lorraine évêque de Meta, fils du duc Ferri de Bitche, et qui a gouverné l'église de Metz, depuis l'an 1238, jusques 1260 , acquit le fief d'Haboudangcs à son église , et le donna en fiefrendableau comte Th. dit Soibert; nous avons parlé du comte Sigebert, ou Seibert, ou Soibert d'Alsace, dans le tom. 1. de l'histoire de Lorraine, deuxième édition p. ccxxxiv. Preuves.

Sous Févêqne Thierri de Bar, qui fut élu en l'an 1164 , le c'iàteau d'Haboudangcs était une retraite de brigands, qui désolaient les terres de son évêché. Ce prélat tira ce château des mains de ceux qui le possédaient et ravageaient son pays. Il y bâtit une belle salle qui s'y voit encore à présent , dit M. Meurisse suffragant de Metz , avec quantité de beaux corps de logis (2).

Ce château étant sorti des mains des évêques de Metz, par un engagement, messieurs de la cathédrale de Metz, l'ont retiré pendant leur dernière administration des biens del'évêché.

La châtellenie d'Haboudanges,compr ed Hadoudanges, Dedling, Obrec, Chanoy,

(i) Histoire de Lorr. t. i. page j2. premier6 édition. Preuves.

(î) Histoire de Lorr. t. t. p. 65. Preuves, et Meurisse, hist. de Metz , p. !\-y. i.

Blange, Hampont , d'Alheim , Burtoncourt, Beneslrof, Baronville , Reching, Gnermanges.

Je trouve une lettre de René I roi de Sicile, duc d'Anjou et de Lorraine (.1), de 1444 , par laquelle il promet à Conrad Bayer de Boppart évêque de Metz , qu'il nomme son compère et son ami , sur son honneur et sur sa foi; qu'en confiant à Jacques de Clermont lieutenant et ayant la garde des gens d'armes et de traits Tenant de Normandie , sous le sire de la Varenne sénéchal d'Anjou , la ville et le château d'Haboudange, l'un et l'antre lui seront rendus, quinze jours après la saint Jean prochaine, et huit jours après qu'il l'en aura sommé , au même état qu'ils lui auront été donnés; sans qu'il soit fait aucun tort aux habitans de la dite châtellenie, ni au comte de Salm, ou à aucun des nobles des environs. Si la veuve de messire Henri Bayer et les habitans qui sont réfugiés audit lieu d'Haboudange, veulent en sortir pour se retirer ailleurs avec leurs effets, ils pourront le faire en toute sûreté, etc. La lettre est datée de Lunéville le 50 octobre.

Le village d'Haboudange est chef-Iku d'une châtellenie du temporel de l'évêchi de Metz , à droite de la grande route de Nancy à saint Avold , à trois lieues de Vie, Marsal et Château-Salins , à une lieue de Morhange. Uaboudange est du diocèse de Metz, jurisdiction et recette de Vie, parlement de Metz.

HACOURT. — Hacourf, viBage sur la Meuse, à trois quarts de lieue au-dessus de Bourmont: bailliage de Bourmont, diocèse de Toul, office , recette, sénéchaussée dudit Bourmont; coor souveraine de Lorraine. LVglise a pour patron, saiai Martin.

HADOMPou ADGMP.—On cannait un village nommé Hadômp, Aêonit domu» diocèse de Toul, doyenné «le Porsas, dépendant du chapitre de Remiremont; l'église est dédiée sous le titre' de St. Martin:

(1) Archives de Lorr. Layette Mete, éVêehé. etc.

bailliage de Darncy, cour souveraine de Lorraine. Dépendent Bainvillc, Legéville, Celvécourt, Regnicour et la basse-cour de Bon far.

HAIRONVILLE. — Haironville, Haironis-villa , village du diocèse de Toul; office de Morley; prévôté d'Ancerville; recette et bailliage de Bar; présidial de Châlons , parlement de Paris. Le roi en est seul seigneur; la paroisse a pour patron saint Remy.

HAM.—Ham, village A une demi liene <le Luxembourg (i), vers l'orient, est une dépendance de l'abbaye de Munster de Luxembourg. Il y a dans l'église de ce lieu, un crucifix miraculeux, qui a été transporté d'ailleurs, il y a plusieurs années, et qui est honoré par une grande affluence de peuple. On y célèbre tous les ans , le troisième vendredi d'après Pâques , une fête solemnelle, appelée la fête des Bans, à laquelle les paroisses voisines se rendent processionnellement, et y font leurs offrandes. On écrit que cette fête y fut intitulée pour la conservation des bestiaux , et des biens de la terre.

Il y avait autrefois au même village , un monastère de filles, connu sous le nom de sainte Catherine, dont le nom du fondateur oudela fondatrice, etl'année de la fondation , sont inconnus. On a un diplôme

Ham, devant Pierrepont, village sur la Crune, à une lieue de Longuyon , à deux lieues et demie de Viller-la-Montagne -, bailliage de Longuyon.

Hampant village sur la petite Seille, mi-parti avec les" évêchés, à deux lieues et demie de Dieuze , et une lieue et demie de Château-Salins ; bailliage de Dieuze.

HAN. -»- Han , aujourd'hui Ftanque~ mont, château et seigneurie, auprès d'Erizesaint-Dizier, à deux lieues de Rar, érigé en Comté par le duc Léopold, le vingt-sept février 1 720; bailliage de Rar.

Hansur-Meuse, village à une demi lieue de saint Mihiel j bailliage de Rar.

Le Han, censé , communauté de Moneel, c'est le chef-lieu de l'ancienne seigneurie du Han ; bailliage de Neuf-Château.

HANNONVILLE-AU-PASSAGE. — Hannonville , Hannonh—villa , village , annexe de Jonville, diocèse de Metz, office et prévôté de Thiaucourt, recette de saint Mihiel, bailliage de Pont-à-Mousson, cour souveraine de Nancy.

HANNONVILLE-SOUS-LES-COTES. —Hannonville-sous-les-côtes, village de la prévôté de Thiaucourt, en partie de celle de liaiton-chàtel pour 18 habitans, le reste est de Thiaucourt. Il est du diocèse de Verdun , chef-lieu du comté d'Hannon— ville , dont M. le comte de Rlaise est sei

de Charles de Luxembourg, empereur et; gneur, érigé en comté le 29 octobre 1726. roi de Bohême, qui exempte ces religieuses ; Le roi a dans la partie de l'office de Hatdes droits de voitures, de tonlieu , d'ex-, ton-Châtel, des sujets de retenue qui sont action, et de toutes autres charges publi- juridiciables à Hatton-Châtel, les autres

ques. On ne donne pas la date de ce diplôme.

habitans sont de la juridiction des comtes d'Hannonville. Bailliage de Saint-Mihiel

Le nom de Ham, ou Hcim , ou Hem, pour la partie de Hatton-Châtel, Pour celle signifiant maison ou demeure dans la lan-, de Thiaucourt, elle est soumise au Pont.giie allemande « l'on ne doit pas être sur- ' à-Mousson. L'une et l'autre répondent à pris de voir tant de noms de villes, de la cour souveraine de Nancy.

bourgs et de villages terminés par ce mot de Heim. \

Nous trouvons aussi grand nombre de lieux dans l'Allemagne et dans ses fron- j tières, qui commencent par Ham; par exemple: Ham, village à une lieue de Boulay, bailliage de Boulay.

(i) Hist. dcLuxemb. t. 6. page 191.

La paroisse a pour patron saint Marlin. II y a un moulin et une tuilerie sur le finage.

HARAUCOURT. — Haraucourt, village situé à une lieue d'Einville-au- Jar; souveraineté de Lorraine, bailliage de Toul ; l'église dé saint Evre qui était autrefois paroissiale, est aujourd'hui chain

pctre. L'église du lien est dédiée à saint ' ché de Toul en 1457; il était fils de Jean

Gengoû ; le chapitre de Remiremont en est d'Haraucourt et d'Isabelle de Lenoncourt.

collateur. Dans les titres de l'église de Toul, on trpuve Aracurii monasterium, qui pourrait bien être cette église, dédiée à saint Evre, aujourd'hui champêtre. L'évêque de Toul, Bertholde, mort en 1020 oui 025, acquit du duc Thierri, Askein et si raidi curlem, apparemment Essey et Haraucourt.

La maison d'Haraucourt, une des plus anciennes et des plus illustres de Lorraine, prend son nom de ce village, qui d'ailleurs n'a rien de recommandable. On prétend que dès le XII" siècle, Vaulier, prince de la maison de Lorraine , et seigneur de Gerbéviller, avait épousé Anne d'Haraucourt, à cause de sa .beauté extraordinaire. Vautier était fils du duc Simon I du.nom, mort en 1151 et d'Adélaïde de Querford , sœur de l'empereur Lothaire II. Depuis ce temps la maison d'Haraucourt s'esttrès-bieii soutenue eu Lorraine , par ses richesses, ses alliances et ses emplois, dans l'église et

dans le militaire. Je me suis étendu sur cela ' partie du Barrois mouvant, et partie du dans la généalogie d'Haraucourt, que j'ai Barrois non mouvant; le roi en est seul donnée à part. 'seigneur; la partie qui est du Barrois

Agnèsou Anne, qui épousa Vautier de mouvant, est de l'office, sénéchaussée, Gerbéviller, était fille. d'Albert d'Harau- et bailliage de Bourmont, du présidial court, qui vivait en 1128. De leur maria- de Châlons-sur-Marne, du parlement de ge naquit une fille nommée Joatte ou Paris.

Il retourna à l'évêché de Verdun en 1449, et céda celui de Toul à Guillaume Fillatre; il mourut en 1456.

Guillaume d'Haraucourt élu évêque de Verdun en 1456, mort le 20 février 1500, est célèbre dans l'histoire de son siècle, autant par ses intrigues que par ses disgrâces sous le roi Louis XL

La maison d'Haraucourt portait d'or à la croix de gueules, au franc quartier d'argent, à un lion de sable, armé, lampassé de gueules, couronné d'or. [Cimier, une tête à col de cygne béqué et accolé de gueules, onde d'or.

Cette maison est aujourd'hui éteinte; ses biens sont passés dans la maison de Thiard, par le mariage de Bonne-Marguerite d'Haraucourt, dame de Remiremont, qui épousa Jacques de Thiard comte de Bissyv

HÀRÉVILLE , village et prieuré.— Haréville, village du diocèse de Toul,

Judith, et deux fils, Ferri et Villaume. I Vautier de Gerbéviller mourut le 12 mars* 1149 , et fut enterré dans l'abbaye de Beaupré, avec son épouse, comme on le voit par leur épitaphe.

Quelques auteurs qui ont écrit sur la maison d'Haraucourt, avancent qu'en 1259 , Jean d'Haraucourt épousa Agnès de Lorraine, fille du duc Ferri IL D'autres disent qu'en 1520, Jean d'Haraucourt épousa une princesse de la maison de Lorraine, mais cela n'est nullement prouvé. D'autres assurent que .«'est Jean d'Harcourt en Normandie, qui épousa Agnès fille, du duc Ferri III, ce qui paraît plus vraisemblable.

Louis d'Haraucourt fut fait évêque de Verdun en 1450, et fut transféré à Vert*

Celle du Barrois non mouvant est de l'office, de la sénéchaussée et du bailbage de Bourmont, et répond à la cour souveraine de Nancy; toutes deux sont de larecette de Bourmont. La paroisse a pour patron S. Germain.

La chronique de Saint-Mihiel (1) sous l'abbé Nanterre, porte, que les ducs de Bar, sous prétexte de protection de l'abbaye de Saint-Mihiel, s'étaient emparés de la terre et seigneurie de Haréville, qui est un très-ancien fonds de ce monastère, en la gardant pour eux-mêmes , ou la partageant avec leurs courtisans; que l'abbe l'ayant demandée à l'empereur Conrad, en

[ocr errors][ocr errors]

indemnité des dommages que son monastère avait soufferts au passage de l'armée de ce prince, il l'obtint par la recommandation des princesses Béatrix et Sophie de Bar, qu'on élevait à la cour auprès de l'impératrice leur tante.

Haréville est situé entre des montagnes d'où sortent jusqu'à quinze sources , entre Neuf-Château et Bourmont, à deux lieues de l'un et de l'autre. La Meuse traverse le village.

HARVILLE ou ARVILLE. — Harville, Harrici-viîla, village du diocèse de Verdun, lieu de la naissance de St. Airy, célèbre évêque de cette ville , qui vivait en 550 et est mort en 591. Harville est distant de quatre lieues de la ville de Verdun, sur la route de Metz. Les païens de saint Airy, vivaient du travail de leurs mains, et la mère du saint ayant été surprise des douleurs de l'enfantement, à la campagne où elle travaillait, elle y accoucha du jeune Airy, Agericus. Un aigle voltigeant en l'air en cet endroit, et montant et descendant plusieurs fois, attira la curiosité du roi d'Austrasie Thierri premier, qui était à la chasse avec ses gens dans les environs;

donna le nom A'Agericus (1), par allusion à sa naissance dans un champ, Ager. Childebert roi d'Austrasie, fils et suecei

sur le Mâdon , à une lieue de Vézelise , et à six de Lunéville ; chef-lieu du marquisat d'Haroué, appartenant aujourd'hui à M. le prince de Craon, qui y a fait bâtir un nouveau château à la place de l'ancien, qui passait pour le plus beau de la province, étant enrichi de statues et de colonnes, mais qui fut détruit par les guerres de Lorraine. Le nouveau château est bâti dans le goût moderne, sur les dessins de Bof— frand, et est accompagné de beaux jardins et de vastes cours. C'est une des plus belles et des plus considérables terres de Lorraine, contenant dix-huit villages. Il y a une prévôté bailliagère, dont les appels se portent immédiatement à la cour souveraine.

Gui d'Harouel, fils de Jean d'Harouel, chevalier, fait ses reprises pour Harouel, du duc Jean de Lorraine, en 1371.

En 1385, Guy d'Harouel, chevalier, portait la bannière du comte de Bar en la bataille de Bieuil près Lyon, quand les gens du roi combattirent ses ennemis.

La seigneurie d'Haroué est composée des anciennes baronnies réunies, d'Ormes et d'Haroué, qui fut érigé en marquisat, le

il voulut être parrain de l'enfant, et lui 28 juillet 1623. Haroué est la patrie du

célèbre maréchal de Bassompierre, qui y naquit le 12 avril 1579.

Pendant la détention du duc René Ier

seurdu roi Sigebert, fit présent à l'église en 1436 , Guillaume de Mont-Martin ou

de Verdun, de la terre de Harville, et de quelques autres , en reconnaissance de la lionne réception que saint Airy lui avait l-iiie dans sa maison paternelle à Verdun; on érigea dans la suite une église au même endroit.

Harville .ou Arville (2) est nommé Agerici villa, cum bano centena , dans la bulle de saint Léon IX, pour l'église de Verdun en 1049, ce lieu est du doyenné de Pareid.

HAROUÉ ou HAROUEL.— Haroué on Harouel, en latin Haruvia, bourg sur

(i) Histoire de Verdun, pages 68 et 78 , ex

Berbiio. .

(îjlbid. suppl. p.4.

de Dommartin , seigneur de ce château , y fut attaqué par Fort-Epice ou Fort Dépice, célèbre capitaine de ce temps-là, qui' était alors au service du comte de Vaudémont; Mont-Martin ou Dominait in tenait le parti de Vautrin de Thuillières, qui faisait la guerre au comte de Vaudémont (1). Haroué fut emporté d'assaut par FortEpice, qui y trouva grande abondance de provisions de bouche, lly avait bien 7,000 quartes de blé, du vin, et de la chair salée à proportion.

M. Guérard de Paffenhowen, fut dangereusement blessé d'un coup de canon,

(1) Hist.deLorr. 1.1, première e'dit., p. 8i.<j et cxxix.

« PrécédentContinuer »