Oeuvres complètes, Volume 1

Couverture
Impr. P. Didot l'aîné et F. Didot, 1806

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 5 - J'ai lu qu'on perd à trop courir le monde ; Très-rarement en devient-on meilleur : Un sort errant ne conduit qu'à l'erreur. Il nous vaut mieux vivre au sein de nos Lares » Et conserver , paisibles casaniers , Notre vertu dans nos propres foyers, Que parcourir bords lointains et barbares : Sans quoi le cœur , victime des dangers , Revient chargé de vices étrangers. L'affreux destin du héros que je chante En éternise une preuve touchante : Tous les échos des parloirs de Nevers , Si l'on en...
Page 17 - Dont il savoit le bachique jargon, Qu'aller apprendre encor les litanies, La révérence, et les cérémonies. Mais force fut au grivois dépité D'être conduit au gîte détesté.
Page 44 - Je laisse aux savantas poudreux Ce vaste chaos de volumes Dont l'erreur et les sots divers Ont infatué l'univers , Et qui , sous le nom de science , Semés et reproduits par-tout , Immortalisent l'ignorance , Les mensonges , et le faux goût. C'est ainsi que , par la présence De ces morts vainqueurs des destins , On se console de l'absence, De l'oubli même des humains. A l'abri de leurs noirs orages , Sur la cime de mon rocher, Je vois à mes pieds les naufrages Qu'ils vont imprudemment chercher.
Page 4 - Non moins dévot, plus malheureux que lui: Mais trop de vers entraînent trop d'ennui. Les Muses sont des abeilles volages; Leur goût voltige, il fuit les longs ouvrages, Et, ne prenant que la fleur d'un sujet Vole bientôt sur un nouvel objet. Dans vos leçons.
Page 101 - Je pourrois à tes yeux renverser leurs idoles , Les dieux de leur folie, ouvrage de leurs mains, Et, dans mon ardeur intrépide, De la vérité moins timide Osant rallumer le flambeau, Juger et nommer tout avec cette assurance Que j'ai su rapporter du sein de la souffrance, Et de l'école du tombeau. Réduit, comme je fus, par l'arrêt inflexible Et de la Douleur et du Sort, A demander aux dieux le bienfait de la mort, Je te...
Page 43 - Adoucissent le double ton. Tantôt à ce folâtre groupe Je vois succéder une troupe De morts un peu plus sérieux, Mais non moins charmants à mes yeux.
Page 45 - Irois-je pâlir sur la rime Dans un siècle insensible aux arts , Et de ce rien qu'on nomme estime Affronter les nombreux hasards ? Et d'ailleurs, quand la poésie, Sortant de la nuit du tombeau...
Page 24 - Semblent ne connoître que l'onde Et n'être connus que des cieux. Des nouvelles de la nature Viennent rarement sur ces bords; On n'y sait que par aventure, Et par de très tardifs rapports, Ce qui se passe sur la terre, Qui fait la paix, qui fait la guerre, Qui sont les vivants et les morts.
Page 60 - Nos citoyens l'ignoreront ; Exempts de soucis inutiles, Dans cet univers ils vivront Comme des passagers tranquilles Qui, dans la chambre d'un vaisseau, Oubliant la terre, l'orage, Et le reste de l'équipage, Tâchent d'égayer le voyage Dans un plaisir toujours nouveau : Sans savoir comme va la flotte Qui vogue avec eux sur les eaux, Ils laissent la crainte au pilote Et la manœuvre aux matelots.
Page 43 - Ils montent aux terrestres lieux, Mais sous cette parure aisée , Sous ces lauriers vainqueurs du sort , Que les citoyens d'Elysée Sauvent du souffle de la mort. Tantôt de l'azur d'un nuage...

Informations bibliographiques