Petite bibliotheque des théatres: Chef-d'œuvre de Mairet. Chef-d'œuvre de du Ryer

Couverture
Au bureau [de la Petite bibliotheque des théatres], 1787
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 122 - ... votre nièce est une sotte. CATAU. Assurément, monsieur. Je sais bien d'où vient son aversion ; elle est affolée de son Mondor qui ne viendra peut-être jamais.
Page 4 - Garonne : je suis lait à l'espérance. MARTON. Rois de l'eau de la Seine ; tu es trop vif. FRONTIN. Oh ! tu ne saurais t'en dédire , je t'ai vue, tu m'as plu , je te l'ai dit. Je te plais sans doute : tu ne m'as pas dit le contraire : voilà des raisons de reste pour t'épouser.. En doutes^ tu encore ? veux-tu des arrhes ? '. • MARTON.
Page 24 - Je lui ai répondu que je n'étois pas trop content de lui , et que depuis deux jours que je le sers il ne m'a pas été possible...
Page 111 - Ce capitaine fait litiere d'argent : c'est un marquis de vingt mille livres de rente ; il a un équipage de prince , et ses gens m'ont dit que le roi lui a donné le gouvernement de Madagascar. M. GRI CHARD, à part. Il faut que tous les diables soient déchaînés aujourd'hui contre moi ! CATAU, à part. Pas tous encore. ( à M. Grichard. ) Que je plains ce pauvre enfant ! M.
Page 61 - Je n'en crois rien, puisque je vous la donne. M. FADEL. Ah! M. GRICHARD. Et avec une grosse dot. M. FADEL. Oh! oh! M. GRICHARD. Je l'avais promise à un certain Mondor qui est absent.
Page 2 - M. SABATIN, Marchand Juif. BENJAMINE, Fille de M. Sabatin. MARINE, Suivante de Benjamine. M. DOUTREMER, Armateur.
Page 73 - ... je veux que vous ayez le bal chez nous tous les jours de la vie, et que notre maison soit le rendez-vous de toutes les personnes qui aimeront un peu le plaisir. SCÈNE XII. M. GRICHARD, ARISTE, CLARICE , ROSINE. ROSINE. Madame, tous vos habits de masque sont au logis; venez les voir au plus vite, ils sont les plus jolis du monde. M. GRICHARD. N'est-ce pas là cette gueuse que vous chassâtes hier? CLARICE. Oui, monsieur. M. GRICHARD. Et vous l'avez reprise? CLARICE. Je ne puis m'en passer ; elle...
Page 82 - Vous m'avez dir que vous ne saviez pas danser , » mais je vous envoie le premier homme du monde....
Page 33 - Mais les choses sont si mal réglées! l'amour soufle à droit 24, le mariage soufle à gauche, le courant de la nature nous emporte, la raison a beau ramer... L'orage se déclare... On perd la tramontane... Je ne sais si je m'explique, mais vous voyez bien que les parens ont tort?25 MARINE C'est sans réplique.
Page 43 - Oui , mon oncle, vous voyez à vos genoux un rival et un neveu. C'est à vous de voir ce que vous voulez être à mon égard : mais au moins ne me laissez pas la vie , si vous voulez encore m'arracher Renjamine.

Informations bibliographiques