Images de page
PDF
ePub

LA COMÉDIE.
LA MUSIQUE
LE BALLET.

PERSONNAGES DE LA COMÉDIE.

SGANARELLE, père de Lucinde.
LUCINDE, fille de Sganarelle.
CLITANDRE, amant de Lucinde.
AMINTE, voisine de Sganarelle.
LUCRÈCE, nièce de Sganarelle.
LISETTE, suivante de Lucinde.
M. GUILLAUME, marchand de tapisseries.
M.JOSSE, orfèvre.
M. TOMÉS,
M. DESFONANDRÈS,
M. MACROTON; médecins.
M. BAHIS,
M. FILLERIN,
UN NOTAIRE.
CHAMPAGNE, valet de Sganarelle.

PERSONNAGES DU BALLET:

PREMIÈRE ENTRée.

CHAMPAGNE, valet de Sganarelle, dansant.
QUATRE MÉDECINS, dansants.

SECONDE ENTRÉE.

UN OPÉRATEUR, chantant.
TRIVELINS ET SCARAMOUCHES, dansants de la suite

de l'opérateur.

TROISIÈME ENTRÉE,

LA COMÉDIE.
LA MUSIQUE.
LE BALLET.
JEUX , RIS, PLAISIRS, dansants,

La scène est à Paris.

PROLOGUE,

LA COMÉDIE, LA MUSIQUE, LE BALLET.

LA COMÉDIE.

Quittons, quittons notre vaine querelle ; Ne nous disputons point nos talents tour à tour,

Et d'une gloire plus belle

Piquons-nous en ce jour.
Unissons-nous tous trois d'une ardeur sans seconde
Pour donner du plaisir au plus grand roi du monde.

TOUS TROIS ENSEMBLR.
Unissons-nous tous trois d'une ardeur sans seconde
Pour douner du plaisir au plus grand roi du monde.

LA MUSIQUE.
De ses travaux, plus grands qu'on ne peut croire ,
Il se vient quelquefois délasser parmi nous.

LE BALLET.

Est-il de plus grande gloire ?
Est-il de bonheur plus doux ?

TOUS TROIS ENSEMBLE.
Unissons-nous tous trois d'une ardeur sans seconde
Pour donner du plaisir au plus grand roi du monde.

[blocks in formation]

ACTE PREMIER.

SCÈNE I.

SGANARELLE, AMINTE, LUCRÈCE,

M. GUILLAUME, M, JOSSE.

SGANARELLE,

Ar! l'étrange chose que la vie! et que je puis bien dire avec ce grand philosophe de l'antiquité, que qui terre a, guerre a, et qu'un malheur ne vient jamais sans l'autre! Je n'avois qu'une femme, qui est morte.

M. GUILLAUME.
Et combien donc en vouliez-vous avoir?

SGANAR ELLE.

Elle est morte, monsieur Guillaume, mon ami. Cette perte m'est très-sensible, et je ne puis m'en ressouvenir sans pleurer. Je n'étois pas fort satisfait de sa conduite, et nous avions le plus souvent dispute ensemble : mais en fin la mort rajuste toutes choses. Elle est morte, je la pleure; si elle étoit en vie, nous nous querellerions. De tous les enfants que le ciel m'avoit donnés, il ne m'a laissé qu'une fille , et cette fille est toute ma peine : car enfin je la vois dans une mélancolie la plus sombre du monde, dans une tristesse épouvantable, dont il n'y a pas moyen de la retirer, et dont je ne saurois même apprendre la cause. Pour moi, j'en perds l'esprit, et j'aurois besoin d'un bon conseil sur cette matière. (A Lucrèce.) Vous êtes ma nièce; (à Aininte) vous, ma voisine; (à M. Guillaume et à M. Josse ) et vous, mes compères et mes amis; je vous prie de me conseiller tous ce que je dois faire.

M. JOSSE.

Pour moi, je tiens que la braverie, que l'ajustement est la chose qui réjouit le plus les filles, et si j'étois que de vous, je lui acheterois dès aujourd'hui une belle garniture de diamants, ou de rubis, ou d'émeraudes.

M. GUILLAUME.

Et moi, si j'étois en votre place, j'acheterois une belle tenture de tapisserie de verdure, ou à personnages, que je ferois mettre dans sa chambre, pour lui réjouir l'esprit et la vue.

A MINTE.

Pour moi, je ne ferois pas tant de façons; je la marierois fort bien, et le plus tôt que je pourrois, avec cette personne qui vous la fit, dit-on, demander il y a quelque temps.

LUCRÈCE. Et moi, je tiens que votre fille n'est point du tout propre pour le mariage. Elle est d'une complexion trop délicale et trop peu saine; c'est la vouloir envoyer bientôt daus l'autre monde , que de l'exposer, comme elle est, à faire des enfants. Le monde n'est point du tout son fait; el je vous conseille de la mettre dans un convent, où elle

« PrécédentContinuer »