Images de page
PDF

DU FESTIN DE PIERRE, Édition d’Amsterdam , sans nom d'inprimeur, 1683 , petit in-12.

ACTE PREMIER.

SCÈNE I.
Page 224.

SGANARELLE. Mais par précaution je t'apprends, inter nos, que tu vois en don Juan, mon maître, le plus grand scélérat que la terre ait jamais porté; un enragé, un chien, un diable, un turc, un hérétique, qui ne croit ni ciel, ni saint, ni Dieu, ni loup-garou.

Édition de 1773. Un démon, un turc, un hérétique, qui ne croit ni ciel, ni enfer, ni diable.

Même page. Suite de la phrase précédente. Qui passe cette vie en véritable bête brute, en pourceau d'Épicure, en vrai Sardanapale, ferme l'oreille à toutes les remontrances chrétiennes qu'on lui peut faire.

Édition de 1773. L'Épithète de chrétiennes est supprimée.

Page 225. Suite de la tirade précédente.
La crainte en moi fait l'office du zèle, bride mes senti-
ments, et me réduit à la complaisance d'applaudir, etc.
Édition de 1773. Et me réduit d'applaudir.

SCÈNE II.
Page 228.

SGAN ARELLE. Eh! mon dieu! je sais mon don Juan sur le bout du doigt, et connois votre cour pour le plus grand coureur du monde; il se plaît à se promener de lieux en lieux, et n'aime point å demeurer en place.

Édition de 1773.
Il se plaît à se promener de tens en liens.

Page 23s.

SGANARELLE. Il est vrai, je conçois que cela est fort agréable et fort divertissant, et je m'en accommoderois assez, moi , s'il n'y avoit point de mal; mais, monsieur, se jouer d'un mystère sacré, et...

Édition de 1773.
Mais, monsieur, se jouer ainsi du mariage, qui...
Page 232.

DON JUAN. Va, c'est affaire entre le ciel et moi, et nous la démélerons bien ensemble, sans que tu t'en mettes en peine.

Édition de 1773. Va, va, c'est une affaire que je saurai bien démêler sans que tu t'en mettes en peine. Même page.

SGANARELLE, Ma foi, monsieur, j'ai toujours ouï dire que c'est une méchante raillerie que se railler du ciel, et que les libertins ne font jamais une bonne fin.

Édition de 1773.
Ma foi, monsieur, vous faites une méchante raillerie.
Même page.

SGANARELLE. Je ne parle pas aussi à vous, Dieu m'en garde; vous savez ce que vous faites; et si vous ne croyez rien, vous avez vos raisons.

Édition de 1973.
Et si vous êtes libertin, vous avez vos raisons,

Même page. Suite de la tirade de Sganarelle. Après (le re

gardant en face.) il y a , dans l'édition d'Amsterdam: Osez-vous bien ainsi vous jouer du ciel, et ne tremblezvous point de vous moquer, comme vous faites, des choses les plus saintes ? Apprenez de moi, qui suis votre valet, que le ciel punit tôt ou tard les impies, qu'une méchante vie amène une méchante mort, et que...

Édition de 1773. Apprenez de moi, qui suis votre valet, que les libertins ne font jamais une bonne fin, et que...

« PrécédentContinuer »