Théorie du pouvoir politique & religieux dans la société civile demontrée par le raisonnement et par l'histoire, suivie de La théorie de l'éducation sociale et de L'administration politique, Volume 2

Couverture
Bloud et Barral, 1880 - 1059 pages
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 435 - Il ya de mauvais exemples qui sont pires que les crimes; et plus d'États ont péri parce qu'on a violé les mœurs que parce qu'on a violé les lois.
Page 303 - Nous ferons voir que, par un choix heureux et des connaissances elles-mêmes, et des méthodes de les enseigner, on peut instruire la masse entière d'un peuple de tout ce que chaque homme a besoin de savoir pour l'économie domestique, pour l'administration de ses affaires, pour le libre développement de son industrie et de ses facultés, pour connaître ses droits, les défendre et les exercer ; pour être instruit de ses devoirs ; pour pouvoir les bien remplir, pour juger ses actions et celles...
Page 272 - ... les droits de la défense naturelle ; plus ils croiraient devoir à la religion, plus ils penseraient devoir à la patrie. Les principes du christianisme, bien gravés dans le cœur, seraient infiniment plus forts que ce faux honneur des monarchies , ces vertus humaines des républiques , et cette crainte servile des états despotiques.
Page 311 - ... chaînes, soustraite à l'empire du hasard comme à celui des ennemis de ses progrès , et marchant d'un pas ferme et sûr dans la route de la vérité, de la vertu et du bonheur, présente au philosophe un spectacle qui le console des erreurs, des crimes, des injustices dont la terre est encore souillée, et dont il est souvent la victime...
Page 60 - ... cette institution durable, à l'épreuve du temps, de la fortune et des conquérants, que cinq mille ans n'ont pu détruire ni même altérer, et qui subsiste encore aujourd'hui dans toute sa force, lors même que le corps de la nation ne subsiste plus.
Page 88 - ... ne cessera d'être agité, jusqu'à ce qu'il soit détruit ou changé et que l'invincible nature ait repris son empire...
Page 49 - Où est ton frère Abel ?» Il répondit : « Je ne sais pas ; suis-je le gardien de mon frère ? » Alors Dieu dit : « Qu'astu fait ? La voix du sang de ton frère crie de la terre jusqu'à moi.
Page 58 - Ce sera un homme fier et sauvage ; il lèvera la main contre » tous, et tous lèveront la main contre lui, et il dressera ses » pavillons à l'opposite de tous ses frères.
Page 63 - Honorez votre père et votre mère, afin que vous viviez longtemps sur la terre que le Seigneur votre Dieu vous donnera. 13. Vous ne tuerez point. 14. Vous ne commettrez point de fornication. 15. Vous ne déroberez point. 16. Vous ne porterez point de faux témoignage contre votre prochain.
Page 59 - ... l'étonnante entreprise d'instituer en corps de nation un essaim de malheureux fugitifs, sans arts, sans armes, sans...

Informations bibliographiques