Bibliothèque universelle et historique, Volume 3

Couverture
Jacques Bernard, Jean Le Clerc, Jean Cornand de Lacroze
Wolfgang, Waesberge, Boom and van Someren., 1686
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 430 - Rodolphe fecond avoit accordés aux Bohémiens , & de leur laifler l'Académie de Prague , un Tribunal de Judicature en cette Ville , & la liberté de bâtir des Temples , avec des Juges délégués pour la confervation de leurs priviléges.
Page 237 - Cordeliet , & lui répondit par un autre Sonnet > où il avoue qu'il a eu le malheur de garder les pourceaux en (cm enfance, mais qu'il ne voudroic pas néanmoins changer (à condition contre celle de ce Père , puis que s'il avoit été porj chei» la Père étoic encore Juif, a Se jtfenPtrcaro tu fei Maccabeo.
Page 254 - Pape , & qui fufTent précédés par l'Exécuteur de la haute-Juftice , portant un licou aux mains , afin qu'il fût tout prêt à étrangler le premier qui leur préfenteroit un ecrit.
Page 429 - ... de part & d'autre, les Théologiens qui n'étoient pas du fentiment des Princes. Malgré ces divifions la religion...
Page 427 - ... l'exercice libre de leur Religion , jufqu'à ce que dans la Diète prochaine on trouvât un moyen d'éteindre pour jamais la fource de ces divifîons.
Page 23 - II serait aisé de prouver que la plus ancienne idolâtrie a été le culte que l'on a rendu aux morts. » Sur « la tromperie des prêtres ». voir ibuL.
Page 249 - Pape di~ fbient tant de bien l'un de l'autre > que le monde crut qu'il y aveit entre eux quelque intelligence , & qu'on difoit tout ouvertement, qu'il valoit mieux être de la Religion de l'Eglifè Anglicane à Rome, que Catholique en Angleterre.
Page 244 - Ccfarino, loifqu'i! vint lui demander le pardon de trois criminels , ne fut pas moins furprenanc.
Page 491 - Rois fur le tempon 1 & le fpirituel, contre les (éditkux & lev ana-iques ,ceiqui lui a fait dire bien des chofes , qui ne s'accordent pas avec le repos de la Société Cû tile , ni avec la Religion Chrétienne. Uo Thé»..
Page 427 - Proteflanre , mais qu'ils (e gouveraeroient eux mêmes . comme ils le trouveraient à propos : Qu'aucun Prince ne- pourroit attirer à fa Religion lea fiijets d'un autre , mais qu'il ferait permis aux fujets d'un Prince , qui ne feroit pas dd la.

Informations bibliographiques