Œuvres de Molière, Volume 5

Couverture
Hachette, 1880

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 193 - C'est un art de qui l'imposture est toujours respectée ; et, quoiqu'on la découvre, on n'ose rien dire contre elle. Tous les autres vices des hommes sont exposés à la censure, et chacun a la liberté de les attaquer hautement ; mais l'hypocrisie est un vice privilégié qui, de sa main, ferme la bouche à tout le monde, et jouit en repos d'une impunité souveraine.
Page 88 - On goûte une douceur extrême à réduire, par cent hommages, le cœur d'une jeune beauté, à voir de jour en jour les petits progrès qu'on y fait, à combattre par des transports, par des larmes et des soupirs, l'innocente pudeur d'une âme qui a peine à rendre les armes, à forcer pied à pied toutes les petites résistances qu'elle nous oppose, à vaincre les scrupules dont elle se fait un honneur et la mener doucement où nous avons envie de la faire venir.
Page 177 - Apprenez enfin qu'un gentilhomme qui vit mal est un monstre dans la nature; que la vertu est le premier titre de noblesse; que je regarde bien moins au nom qu'on signe qu'aux actions qu'on fait, et que je ferais plus d'état du fils d'un crocheteur qui serait honnête homme, que du fils d'un monarque qui vivrait comme vous.
Page 462 - Souffrons donc que le temps forme des nœuds si doux ; Mais, cependant, je m'offre entièrement à vous : S'il faut faire à la cour pour vous quelque ouverture, On sait qu'auprès du Roi je fais quelque figure ; 29o II m'écoute ; et dans tout, il en use, ma foi ! Le plus honnêtement du monde avecque moi.
Page 453 - N'imposent qu'à des gens qui ne sont point d'ici. On sait que ce pied plat, digne qu'on le confonde, Par de sales emplois s'est poussé dans le monde ; Et que par eux son sort, de splendeur revêtu, Fait gronder le mérite et rougir la vertu.
Page 470 - La rime n'est pas riche, et le style en est vieux; Mais ne voyez-vous pas que cela vaut bien mieux Que ces colifichets, dont le bon sens murmure, Et que la passion parle là toute pure? Si le Roi m'avait donné Paris, sa grand'ville, Et qu'il me fallût quitter L'amour de ma mie, Je dirais au roi Henri : Reprenez votre Paris, J'aime mieux ma mie, au gué!
Page 498 - Pour de l'esprit, j'en ai, sans doute, et du bon goût, A juger sans étude et raisonner de tout ; A faire, aux nouveautés dont je suis idolâtre, Figure de savant sur les bancs du théâtre, Y décider en chef et faire du fracas A tous les beaux endroits qui méritent des ahs. Je suis assez adroit, j'ai bon air, bonne mine, Les dents belles surtout et la taille fort fine.
Page 454 - Têtebleu ! ce me sont de mortelles blessures, De voir qu'avec le vice on garde des mesures, Et parfois il me prend des mouvements soudains De fuir dans un désert l'approche des humains.
Page 468 - Ce n'est qu'aux malheureux, qui composent pour vivre. Croyez-moi, résistez à vos tentations, Dérobez au public, ces occupations ; Et n'allez point quitter, de quoi que l'on vous somme, Le nom que, dans la cour, vous avez d'honnête homme, Pour prendre, de la main d'un avide imprimeur, 371 Celui de ridicule, et misérable auteur.
Page 459 - J'ai beau voir ses défauts, et j'ai beau l'en blâmer, En dépit qu'on en ait, elle se fait aimer ; Sa grâce est la plus forte ; et sans doute ma flamme De ces vices du temps pourra purger son âme. PHILINTE. Si vous faites cela, vous ne ferez pas peu : Vous croyez être donc aimé d'elle ? ALCESTE.

Informations bibliographiques