Tableau de Paris, Volume 6

Couverture
Société typographique, 1783 - 196 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Le tableau de Paris

Avis d'utilisateur  - desertisland - Babelio

le quotidien parisien vécu au 18è siècle Consulter l'avis complet

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 149 - ... fon poli comme à fa blancheur. Cette toilette n'eft qu'un rôle qui favorife le développement de mille attraits cachés ou non encore apperçus. Un peignoir qui fe dérange , une jambe demi-nue qu'on...
Page 79 - Provincial en montant dans une « remise ». Oui, oui, « fouette cocher! », tu crois d'arriver comme cela, mon bel ami. As-tu calculé les embarras qui arrêteront le pas de tes chevaux? Ici les boueurs barrent la rue et restent deux heures à relever les ordures; là est une charrette chargée d'une pierre si lourde, que les chevaux ne font que la retenir; le limonnier en arrête seul tout l'eifort : c'est à chaque pas un vrai miracle.
Page 218 - Porteurs de lanternes numérotées, qui vaguent dans les rues vers les dix heures du soir : voilà le falot. Ce cri s'entend après souper et ces porteurs de lanternes se répondent ainsi à toute heure de nuit, aux dépens de ceux qui couchent sur le devant; ils s'attroupent aux portes où l'on donne bal, assemblée. « Le falot est tout à la fois une commodité et une...
Page 296 - C'est la -dernière main mise à un ouvrage. — « Un François enseignoit à des mains royales à faire des boutons; quand le bouton était fait, l'artiste disoit : Л présent. Sire, il faut lui donner le fion.
Page 129 - Dorat, ce n'est point le jargon quintescencié de la comédie moderne ; c'est la peinture aisée d'un riant et facile libertinage ; ce sont les caractères à la mode, le goût du jour, le ton nouveau d'une débauche raisonnée et qu'on appelle décente. Un abbé se plaint de la facilité d'avoir des femmes et de la difficulté d'avoir des abbayes.
Page 37 - On avait fait une exécution ; il était nuit : le patient hurlait sur le roue, la douleur lui arrachait des jurements et des imprécations ; l'ivrogne levant la tête vers l'échafaud, prend pour lui ces injures , et dit tout haut, ce n'est pas tout que d'être roué, il faut encore être poli. Paris s'amouracha de ce mot insensé'; il fit fortune dans tous les cercles (l).
Page 221 - Il n'ya que leur cri qui soit fatigant; mais si le falot crie la nuit, qui ne crie pas le jour ? Le petit peuple est naturellement braillard à l'excès; il pousse sa voix avec une discordance choquante. On entend de tous côtés des cris rauques, aigus, sourds : Voilà le maquereau qui n'est pas mort ; il arrive ! il arrive ! Des harengs qui glacent, des harengs nouveaux ! Pommes cuites au four ! Il brûle ! il brûle ! Ce sont des gâteaux froids. Voilà le plaisir des dames ! Voilà le plaisir...
Page 36 - C'est un homme du monde, qui n'a ni vertus ni principes ; mais qui donne à ses vices des dehors séduisants, qui les ennoblit à force de grâce et d'esprit. Voilà donc une idée complexe qui a donné lieu à un terme nouveau. Tous les roués, dit-on, ne sont pas sur la roue.
Page 315 - Les marchandes de modes ont couvert de leurs industrieux chiffons la France entière et les nations voisines. Tout ce qui concerne la parure a été adopté avec une espèce de fureur par toutes les femmes de l'Europe. C'est une contrefaçon universelle ; mais ces robes, ces garnitures, ces rubans, ces gazes, ces bonnets, ces plumes, ces blondes, ces chapeaux font aujourd'hui que quinze cent mille demoiselles nubiles ne se marieront pas. Tout mari a peur de la marchande de modes, et ne l'envisage...
Page 116 - Les carreaux des fenêtres, enduits de poudre et de pommade, interceptent le jour ; l'eau de savon a rongé et déchaussé le pavé. Le plancher et les solives sont imprégnés d'une poudre épaisse. L'es araignées pendent mortes à leurs longues toiles blanchies, étouffées en l'air par le volcan éternel de la poudrière.

Informations bibliographiques