Journal de Rosalba Carriera pendant son séjour à Paris en 1720 et 1721

Couverture
Giovanni Vianelli, Alfred Sensier
J. Techener, 1865 - 569 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 233 - Croizat dit le pauvre , laquelle ayant la magnificence des plus superbes châteaux , en mérite et en porte le nom. L'aspect imposant de ce bel édifice , la terrasse sur laquelle il est bâti, sa vue unique peut-être au...
Page 245 - Roi, lassé du beau et de la foule, se persuada qu'il vouloit quelquefois du petit et de la solitude. Il chercha autour de Versailles de quoi satisfaire ce nouveau goût. Il visita plusieurs endroits, il parcourut les coteaux qui découvrent Saint-Germain et cette...
Page 247 - ... je parle de ce que j'ai vu en six semaines; en bassins changés cent fois; en cascades de même à figures successives et toutes différentes; en séjours de carpes ornés de dorures et de peintures les plus exquises, à peine achevées, rechangées et rétablies autrement par les mêmes maîtres, et cela une infinité de fois...
Page 352 - St-Sulpice est une jolie femme et coquette qui a l'imprudence de souper avec des princes du sang, et qui souffre d'eux de mauvaises scènes quand ils sont ivres. Il ya quelque temps que le comte de Charolais la déshabilla toute nue. Elle était ivre morte.
Page 173 - Ce sont elles seules qui exécutent, et chaque concert est composé d'une quarantaine de filles. Je vous jure qu'il n'ya rien de si plaisant que de voir une jeune et jolie religieuse, en habit blanc, avec un bouquet de grenades sur l'oreille, conduire l'orchestre et battre la mesure avec toute la grâce et la précision imaginables.
Page 247 - En forêts toutes venues et touffues qu'on ya apportées en grands arbres de Compiègne, et de bien plus loin sans cesse, dont plus des trois quarts mouraient, et qu'on remplaçait aussitôt ; en vastes espaces de bois épais et d'allées obscures, subitement changées en immenses pièces d'eau où on se promenait en gondoles , puis remises en forêts à n'y pas voir le jour...
Page 246 - Lucienne un vallon étroit, profond, à bords escarpés, inaccessible par ses marécages, sans aucune vue, enfermé de collines de toutes parts, extrêmement à l'étroit, avec un méchant village sur le penchant d'une de ces collines qui s'appelait Marly. Cette clôture sans vue, ni moyen d'en avoir, fit tout son mérite. L'étroit du vallon où on ne se pouvait étendre y en ajouta beaucoup.
Page 233 - C'est dans cette profonde et délicieuse solitude qu'au milieu des bois et des eaux, aux concerts des oiseaux de toute espèce, au parfum de la fleur d'orange, je composai dans une continuelle extase le cinquième livre de l'Emile, dont je dus en grande partie le coloris assez frais à la vive impression du local où je l'écrivais.
Page 187 - On lui avoit nommé un successeur. Au moment qu'il s'y attendoit le moins, il le vit arriver, sans aucune espérance de garder sa place. Il restoit à Rome, captif de celle dont il portoit les liens; il temporisoit; mais enfin il fallut prendre son parti. M. de Nivernois, notre ambassadeur à Rome , avoit obtenu la permission de revenir en France. Une frégate, équipée à Marseille, l'attendoit et étoit venue pour servir à son passage.

Informations bibliographiques