Journal asiatique

Couverture
Société asiatique., 1838
Ser. 6, v. 11, 14 and 18; ser. 7, v. 1 and 9, ser. 7, v. 16 and 19, ser. 8, v. 5, 9, 13 and 17 include "Bibliographie ottomane. Notice des livres turcs arabes et persans imprimés à Constantinople durant le période 1281-1307 de l'Hégire" (title varies slightly)
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 38 - ... étrangers. Ils voulurent prouver qu'ils pouvaient faire autre chose que de se traîner servilement sur les traces des Grecs ; ils essayèrent leurs forces, et bientôt la littérature arabe prit naissance, et s'enrichit d'une foule de productions originales sur les matières les plus diverses. Le goût des lettres amène toujours avec lui le goût des livres ; c'est un besoin indispensable de conserver et de propager des ouvrages estimables, que, sans un pareil soin, un même siècle verrait...
Page 177 - ... au début de sa carrière scientifique , avait fait connaître les deux lettres les plus anciennes en date, celles qui avaient été adressées à Scaliger. Celles-ci sont postérieures et se prolongent jusqu'à ces dernières années. La nation des Samaritains est sur le point de s'éteindre. M. de Sacy pensa avec raison qu'il était bon de sauver de l'oubli des documents qui, peut-être dans quelques siècles, seront les seuls à attester la longue durée de ce peuple. L'homme cherche naturellement...
Page 143 - En 1810, parut la première édition de la Grammaire arabe. Cet ouvrage , qui forme deux gros volumes in-8°, était le fruit de quinze années de recherches et de méditations. M. de Sacy s'exprime ainsi dans sa préface : « C'est en profitant des écrits «de tous ceux qui m'ont précédé, et en y joignant la «lecture des grammairiens et des scoliastes arabes «les plus célèbres, que j'ai pu espérer d'offrir aux «étudiants, et même aux savants, un ouvrage plus
Page 173 - Il s'exprime ainsi dans sa préface : « Pendant les vingt années qui séparent les «deux éditions, l'étude de la langue arabe a pris en «France, en Allemagne et dans tout le nord de «l'Europe un développement plus grand qu'on n'au«rait osé l'espérer; une multitude d'ouvrages ont été « publiés , par le secours desquels la littérature an...
Page 31 - Landresse; précédés d'une explication des syllabaires japonais, et de deux planches contenant les signes de ces syllabaires, par M. Abel-Rémusat. Paris, i8a5, i vol. in-8°; 7 fr.
Page 142 - ... manière d'exprimer nos idées; et souvent, sans le secours des scoliastes, il serait impossible de reconnaître le sens. Les élèves, à l'aide de ces notes, se mettent en état de se familiariser avec le langage des grammairiens. Du reste, il convient de dire que si M. de Sacy, dans sa...
Page 143 - J'ai ramené , autant qu'il m'a été possible, le système de la langue arabe aux règles générales de la métaphysique du langage , bien convaincu que toutes les langues n'ayant qu'un même but, les divers procédés par lesquels elles parviennent à atteindre ce but , quelque éloignés qu'ils paroissent les uns des autres, peuvent néanmoins être rapprochés bien plus qu'on ne le pense communément.
Page 178 - Où allons-nous et que voulons-nous? ou la vérité à tous les partis ; il était signé par un ancien membre de la Chambre des députés. Dans cet écrit M. de Sacy cherchait à faire voir qu'au fond de toutes les querelles de l'époque s'agitait la question de l'ordre social, et que , si les gens de bien ne se faisaient pas des concessions réciproques, la France et une grande partie du reste de l'univers étaient menacées d'une subversion totale. La révolution de juillet trouva M. de Sacy occupé...
Page 144 - Eelation de l'Egypte par Abd-Allatif, Médecin Arabe de Bagdad ; suivie de divers extraits d'Écrivains Orientaux, et d'un État des provinces et des villages de l'Egypte dans le xiV.
Page 165 - ... Mines de l'Orient; il profita des progrès récents qu'il avait faits dans la connaissance du persan , pour rendre sa traduction plus correcte , et il l'accompagna du texte ; il y joignit des extraits de divers poètes persans, notamment de ceux qui avaient excellé dans la peinture des doctrines des sofis. Ce volume est un des meilleurs qu'on puisse placer entre les mains des élèves. De plus certains passages intéresseront vivement les personnes qui s'adonnent à l'étude des doctrines philosophiques...

Informations bibliographiques