Revue de Paris

Couverture
Louis Désiré Véron
Bureau de la Revue de Paris., 1838
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 249 - ... de la rigueur, elle ne songe plus qu'à disputer le terrain pour se faire valoir. Et si, contre toute apparence et contre l'usage, ce combat de l'amour et de la vertu durait dans son cœur jusqu'à la mort de son mari, alors elle serait ravie de les pouvoir accorder ensemble, en épousant un homme de sa qualité, le mieux fait, et le plus joli cavalier de son temps.
Page 249 - C'est une grande justesse , que la première fois que la princesse fait à son mari l'aveu de sa passion pour un autre, M. de Nemours soit, à point nommé, derrière une palissade, d'où il l'entend; je ne vois pas même de nécessité qu'il sût cela, et , en tout' cas , il falloit le lui faire savoir par d'autres voies.
Page 301 - Placed far amid the melancholy main, (Whether it be lone fancy him beguiles ; Or that aerial beings sometimes deign To stand embodied, to our senses plain) Sees on the naked hill, or valley low, The whilst in ocean Phoebus dips his wain, A vast assembly moving to and fro: Then all at once in air dissolves the wondrous show.
Page 133 - François et des autres ordres mendiants, qui n'ont rien à perdre ni à gagner? Demandez ce que c'est; un clerc vous répondra : Notre chapelle est divisée contre le doyen, contre l'évéque, et je me cramponne pour cela aux queues des robes de messieurs du parlement.
Page 249 - D'ailleurs il n'est pas vraisemblable qu'une passion d'amour soit long-temps , dans un cœur, de même force que la vertu. Depuis qu'à la cour en quinze jours , trois semaines ou un mois , une femme attaquée n'a pas pris le parti de la rigueur, elle ne songe plus qu'à disputer le terrain pour se faire valoir.
Page 288 - Sur les bords de la forêt sombre, J'ai vu la source du vallon, Qui lentement coule dans l'ombre Et s'enfuit obscure et sans nom. L'été, son doux et frais murmure Souvent attire le passant, Qui savoure son onde pure Et s'éloigne en la bénissant. A travers les jours de voyage Qui nous mènent vers le tombeau, Puisse ma vie être l'image De cette obscure source d'eau ! Je laisse aux riches de la terre Un sort plus grand, plus envié ; Pour moi, mon Dieu, laisse-moi faire Quelque bien et vivre oublié.
Page 343 - Il se compose de deux morceaux de pain bénit qu'on a rapportés du dernier office, et de deux doigts de vin pur répartis entre les deux couverts, qui occupent, comme de raison, les deux côtés de la table. Seulement, le milieu du service est garni d'un plat de porcelaine ou d'argent, s'il est possible. — Nous y voilà donc enfin ! dit la petite fille. — Et qui renferme, continua Marianne, deux brins soigneusement bénits...
Page 245 - Trois méchantes chaises meublaient cette pièce, qui servait à la fois de cuisine et de salle à manger.
Page 284 - ... en vers du fameux Bellmann , autrement dit l'Anacréon de la Suède, qui me demande ma recommandation auprès de messieurs de la direction. Comme une telle recommandation serait un ordre et que je ne veux gêner personne , encore moins ces messieurs , je m'adresse à vous , madame , pour Vous prier d'être la solliciteuse de cette affaire auprès de votre mari. Les Muses sont les déesses des poètes et, comme elles sont femmes ainsi que vous, à qui pourrais-je mieux adresser mon pauvre protégé...
Page 248 - L'auteur, en le faisant, a plus songé à ne pas ressembler aux autres romans qu'à suivre le bon sens. Une femme dit rarement à son mari qu'on est amoureux d'elle, mais jamais qu'elle ait de l'amour pour un autre que pour lui...

Informations bibliographiques