Mémoire historique sur l'abbaye de la ville de Lure

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 200 - Jesu Christi aliéna fiât , atque in extremo examine districte ultioni subjaceat. Cunctis autem eidem loco...
Page 220 - Si vous y vueilliez employer , comme en vous avons la parfaite fiance. Très chiers et bien amez, nostre seigneur soit garde de vous. Escript à Gand , le XV.eme de janvier.
Page 199 - Ea propter dilecti in domino filii vestris justis postulationibus clementer annui[mus] et prefatum monasterium in quo divino estis obsequio mancipati sub beati Petri et nostra protectione suscipimus et presentis scripti privilegio communimus.
Page 64 - Mais à peine futil sorti de sa prison, qu'il porta plainte au pape et aux dues d'Autriche. Albert et Léopold vinrent au secours de l'abbaye : ils lui accordèrent pour dix ans la jouissance du château de Belfort, en considération des dépenses et des pertes qu'elle avait supportées.
Page 167 - ... tique de huit siècles. Rempli de ces tristes pensées , « nous avons tourné nos regards vers l'humble chapelle » dépositaire de ces reliques qui furent le commencement » de la gloire de Lure, et qui en ont été les derniers » témoins. Ainsi, au milieu de tant de ruines, elles seules » ont conservé leur nom. Lure a adopté la France et ses » destinées. Elle a oublié les disputes du cloître pour les » intérêts civils et industriels, une indépendance inquiète » pour une obéissance...
Page 41 - ... plaint des entreprises de ses ennemis. Au xm° siècle, l'effroi régnait partout dans les cloîtres , la détresse dans leurs finances , le pillage sur leurs terres, une misère réelle parmi leurs colons. Jamais, dit M. Ed. Clerc, les abbayes ne furent plus obérées de dettes ; puissantes seulement pour exciter la cupidité , elles étaient désolées par leurs ennemis, par leurs créanciers, par les juifs , par leurs propres avoués. La guerre renversait leurs villages , l'incendie atteignait...
Page 167 - Son nom triom» phera dans l'avenir de tous les bouleversements qui » renouvelleront la face de cette terre : tant il est vrai que » la religion imprime aux souvenirs qu'elle adopte un » caractère particulier, et que ses pieuses traditions , •• quelque humbles qu'elles soient , survivent par elle » aux œuvres du travail , aux prestiges de la puissance, » aux magnificences de la gloire. » Vous avez été frappés, Messieurs, du mérite incontestable de cette dissertation historique...
Page 159 - Majeslé et de ses prédécesseurs comtes et comtesses de Bourgogne, défendit aux abbés et religieux de s'en prévaloir désormais, et leur enjoignit de prêter dans le terme de six mois, à la chambre des comptes de Dole, foi et hommage de fidèles sujets par l'aveu de leur dépendance et le dénombrement de leurs terres ; le Roi se réservait de prononcer incessamment sur l'union des deux abbayes...
Page 100 - Le blason desdeuxmonastèresétail le suivant : parti au premier d'argent à un lévrier rampant de sable, colleté d'or ctbouclé de gueules, qui est de l'abbaye de Murbach; au second de gueules, à un bras de carnation, mouvant d'une manche et élevant en haut deux doigts, qui est de l'abbaye de Lure. Jean-Rodolphe fit monnayer une grande partie (1) L'Allemand élail entendu et parlé* à Lure dés la fin du 15
Page 189 - Des traités d'amodiation eurent lieu ensuite, en 4515, 1645, 1661, « 4680; mais les travaux d'exploitation furent abandonnés à la fin du « dix-septième siècle. « On les reprit en 1705 par les ordres du comte de Lœvenstein. alors « abbé-prince de Lure et de Murbach. Son secrétaire dressa un ample « mémoire sur l'état des mines de Plancher. On y voit qu'elles étaient « au nombre de cinq, savoir : la Grande-Montagne, mine de plomb ; Notre« Dame, mine d'argent; la Montagne Sainte-Barbe,...

Informations bibliographiques