Mahomet, al Koran, Algérie: études historiques, philosophiques et critiques

Couverture
1860 - 288 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 222 - L'exercice de la religion mahométane restera libre. La liberté des habitants de toutes les classes, leur religion, leurs propriétés, leur commerce et leur industrie ne recevront aucune atteinte. Leurs femmes seront respectées. Le général en chef en prend l'engagement sur l'honneur.
Page 176 - Or le frère livrera son frère à la mort, et le père son enfant, et les enfans se soulèveront contre leurs pères et leurs mères, et les feront mourir.
Page 219 - Rendez donc à chacun ce qui lui est dû; le tribut à qui vous devez le tribut; les impôts à qui vous devez les impôts; la crainte à qui vous devez de, la crainte; l'honneur à qui vous devez de l'honneur.
Page 219 - Paul ne peut en rien être altéré ou ébranlé, que toute personne soit soumise aux puissances supérieures ; car il n'ya point de puissance qui ne vienne de Dieu, et c'est lui qui ordonne celles qui sont sur la terre.
Page 215 - C'est en France que fut prêchée la première Croisade ; c'est en France qu'il faut lever l'étendard de la dernière, sans sortir toutefois du caractère des temps, et sans...
Page 80 - Dieu l'oiseau sera vivant ; je guérirai l'aveugle de naissance et le lépreux ; je ressusciterai les morts par la permission de Dieu ; je vous dirai ce que vous aurez mangé et ce que vous aurez caché dans vos maisons. Tous ces faits seront autant de signes pour vous, si vous êtes croyants.
Page 192 - A qui pourrais-je plus convenablement adresser la satire de la cruauté et des erreurs d'un faux prophète, qu'au vicaire et à l'imitateur d'un Dieu de paix et de vérité ? Que Votre Sainteté daigne permettre que je mette à ses pieds et le livre et l'auteur. J'ose lui demander sa protection pour l'un, et sa bénédiction pour l'autre. C'est avec, ces sentiments d'une profonde vénéralion que je me prosterne, et que je baise vos pieds sacrés.
Page 221 - Depuis ce temps l'ambition s'est jouée, sans aucune borne, de la vie des hommes : ils en sont venus à ce point de s'entre-tuer sans se haïr : le comble de la gloire et le plus beau de tous les arts a été de se tuer les uns les autres.
Page 191 - Le plus grand scélérat qui jamais ait été. Chaque instant de ma vie est chargé de souillures; Elle n'est qu'un amas de crimes et d'ordures; Et je vois que le ciel, pour ma punition, Me veut mortifier en cette occasion. De quelque grand forfait qu'on me puisse reprendre, Je n'ai garde d'avoir l'orgueil de m'en dcfendi e.
Page 172 - Vous avez appris qu'il a été dit : Œil pour œil et dent pour dent ; « Et moi je vous dis de ne point résister au mal que l'on veut vous faire , mais si quelqu'un vous a frappé sur la joue droite, présentez-lui encore l'autre.

Informations bibliographiques