La sauve-garde des abeilles, et les manoeuvres des ruches en hausses de paille: pour prendre la miel sans détruire les mouches, & pour conserver les ruches faibles

Couverture
éditeur non identifié, 1771 - 337 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 317 - Le renard est fameux par ses ruses, et mérite en partie sa réputation ; ce que le loup ne fait que par la force, il le fait par adresse, et réussit plus souvent. Sans chercher à combattre les chiens ni les bergers, sans attaquer les troupeaux, sans traîner les cadavres, il est plus sûr de vivre. Il emploie plus d'esprit que de mouvement, ses ressources semblent être en lui-même : ce sont, comme...
Page 318 - ... il a la voix de la chaffe, l'accent du defir, le fon du murmure, le ton plaintif de la trifteffe, le cri de la douleur, qu'il ne fait jamais entendre qu'au moment où il reçoit un coup de feu qui lui caffe quelque membre ; car il ne crie point pour toute autre bleffure, & il fe laiflè tuer à coups de bâton comme le loup, fans fe plaindre, mais toujours en fe défendant avec courage.
Page 320 - Il chasse les jeunes levrauts en plaine, saisit quelquefois les lièvres au gîte, ne les manque jamais lorsqu'ils sont blessés, déterre les lapereaux dans les garennes , découvre les nids de perdrix, de cailles, prend la mère sur les œufs, et détruit une quantité prodigieuse de gibier. Le loup nuit plus au paysan , le renard nuit plus au gentilhomme.
Page 318 - Le renard a les fens auffi bons que le loup, le fentiment plus fin, & l'organe de la voix plus fouple & plus parfait. Le loup ne fe fait entendre que par des hurlemens affreux, le renard glapit, aboie, & pouffe un fon trifte, femblable au cri du paon ; il a des tons...
Page 319 - ... obligé de fe fervir d'un ferrement ou d'un bâton pour le faire démordre. Son glapiffement eft une efpece' d'aboiement , qui fe fait par des fons femblables & très-précipités.
Page 320 - ... revenir. Il fait la même manœuvre dans les pipées & dans les boquetaux où l'on prend les grives & les bécaffes au lacet; il devance le pipeur, va de très-grand matin, & fouvent plus d'une fois par jour, vifiter les lacets , les gluaux , emporte...
Page 320 - ... déterre les lapreaux dans les garennes, découvre les nids de perdrix, de cailles, prend la mère fur les œufs, & détruit une quantité prodigieufe de gibier. Le loup nuit plus au payfan, le renard nuit plus au gentilhomme. La chafle du renard demande moins d'appareil que celle du loup ; elle eft plus facile & plus amufante.
Page 319 - Cet animal fe loge aux bords des bois , à la portée des hameaux ; il écoute le chant des coqs , & le cri des volailles , il les favoure de loin ;. il prend habilement fcn tems , cache fon deïïein & fa mp.rche , fe glifle, fe traîne, arrive , & fait rarement des tentatives inutiles.
Page 320 - ... endroits, fur-tout au bord des chemins , dans les ornières , fous la moufle, les y laifle quelquefois deux ou trois jours, & fait parfaitement les retrouver au befoin ; il...
Page 318 - Fin autant que circonfpeft , ingénieux & prudent même jufqu'à la patience , il varie fa conduite ; il a des moyens de réferve qu'il fait n'employer qu'à propos , il veille de près...

Informations bibliographiques