Images de page
PDF
ePub

défini contre les hérésies de notre temps les articles les plus importants de la foi catholique, ont cru devoir encore fournir aux pasteurs et aux docteurs légitimes, chargés d'instruire les fidèles des éléments de la foi, une explication nette et précise des points principaux qu'elle renferme, afin qu'on pût la suivre dans toutes les églises.

Il est vrai que déjà plusieurs ont écrit sur ces matières avec autant de science que de piété. Mais néanmoins ces Pères ont pensé qu'il étoit d'une grande importance de publier, par l'autorité du concile, un livre, où les pasteurs et tous ceux qui sont chargés d'instruire, puissent trouver des maximes certaines , pour édifier et pour instruire les fidèles. Comme il n'y a en effet qu'un seul Seigneur et une seule foi, il convenoit aussi qu'il n'y eût qu'une seule et même règle, une seule et même manière, pour instruire les peuples de la foi et de tous les devoirs de la piété chrétienne.

Cependant le grand nombre d'objets qu'embrasse naturellement un pareil ouvrage, ne doit pas faire penser que le concile ait eu le dessein d'expliquer, dans un seul volume et d'une manière suhtile, tous les dogmes de la foi chrétienne. C'est l'affaire des théologiens, qui font profession de développer et d'enseigner tout l'ensemble de la religion.

temporis hæreses decernere; sed illud præterea sibi faciendum censuerunt, ut certam aliquam formulam et rationem christiani populi ab ipsis fidei rudimentis instituendi traderent, quam in omnibus Ecclesiis illi sequerentur, quibus legitimi pastoris et doctoris munus obeundum esset.

Multi quidem adhuc in hoc scriptionis genere cum magna pietatis et doctrinæ laude versati sunt: sed tamen patribus visum est maxime referre, si fiber sanctæ synodi auctoritate ederetur, ex quo parochi , vel omnes alii quibus docendi munus impositum est, certa præcepta petere atque depromere ad fidelium ædificationern possint: ut quemadmodum unus est Domi. nus, una fides', ita etiam una sit tradendæ fidei, ad omniaque pietatis officia populum christianum erudiendi, communis regula atque præscriptio.

Ergo cum multa sint quæ ad hanc rationem pertinere videantur, nemo existimet illud sanctæ synodo propositum fuisse , ut omnia christianæ fide dogmata , uno libro comprehensa, subtiliter explicarentur: quod ab iis fieri solet, qui se profiientur universæ religionis institutionem et doctrinam tradere : id enim et infiriti pene operis fuisset, et inscituto minus convenisu

Eph. 4. 5.

Mais cette entreprise eût demandé un travail presque infini, et d'ailleurs cela n'entroit pas dans le but que se proposoit le concile, comme on le voit évidemment. L'intention des Pères a donc été uniquement de proposer aux pasteurs et aux prêtres chargés du soin des âmes, les choses qui regardent proprement le ministère pastoral et les vérités le plus à la portée des fidèles; et, pour cette raison, on ne traite dans le catéchisme des matières de la religion, qu'autant qu'il est nécessaire pour seconder le zèle pieux de ceux des pasteurs qui n'auroient pas une connaissance bien approfondie de ce qu'elles renferment de plus difficile. Mais avant que d'exposer en particulier chacun des articles que

contient la doctrine chrétienne, la nature de notre ouyrage demande que nous traitions en peu de mots des choses que les pasteurs doivent prendre en considération et avoir principalement sous les yeux dans l'exercice de leur ministère, pour qu'ils sachent à quelle fin ils doivent rapporter leurs desseins, leurs travaux et leurs efforts, et par quels moyens ils peuvent plus facilement obtenir les fruits auxquels ils aspirent.

La première chose nécessaire, est qu'ils se souviennent toujours que toute la science du chrétien est renfermée dans un seul point, suivant ce que dit notre Sauveur : la vie plernelle consiste à vous connoître, vous seul, Dieu veritable, et celui que vous avez envoyé, Jésus-Christ. En con

1

perspicunm est. Sed qnoniam parochos sacerdotesque, animarum curalores,
earum rerum cognitione instruendos suscepit , quæ pastoralis muneris
maxime propriæ sunt, et ad fidelium captum accommodatæ, ea tantum in
medium afferri voluit, quæ hac in re pium pastorum studium, si in diffici-
lioribus divinarum rerum disputationibus non ita versari fuerint, adjuvare
possint. Quæ cum ita sint antequam ad ea sigillatim tractanda accedamus,
quibus hujus doctrinæ summa continetur, instilulæ rei ordo postulat ut
pauca quædam exponantur, quæe pastores considerare sibique ante oculos
proponere imprimis debent : ut sciant quonam, veluti ad finem , omnia
eorum consilia, labores et studia reserenda sint : quove pacto id quod volunt,
facilius consequi et efficere possint.
• Illud igitur primum videtur esse , ut semper meminerint omnem christiani
hominis scientiam hoc capite comprehendi , vel potius, quemadmodum
Salvator noster ait : Hæc est vita æterna , ut cognoscant te solum verum
Meum, et quem misisti, Jesuru Christum'. Quamobrem in præcipue

Joan 17.3

séquence le pasteur aura principalement en vue d'inspirer aux fidèles un sincère désir de connoître Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié. Car ils doivent être intimement persuadés et croire au fond de leurs cæurs, avec une piété sincère, qu'il n'y a pas sous le ciel un autre nom, par lequel les hommes puissent se sauver, puisque c'est lui qui est propitiation pour nos péchés. Et comme nous savons que le connoître véritablement, c'est observer ses commandements, le pasteur enseignera aux fidèles, comme une conséquence nécessaire de ce que nous disions tout-à-l'heure, qu'ils ne doivent point vivre dans la paresse ni dans l'oisiveté, mais marcher comme le Sauveur lui-même a marché, et pratiquer avec zèle la justice, la piété, la foi, la charité, la douceur. Jésus-Christ en effet s'est donné pour nous, afin de nous racheter de toute iniquité, de nous purifier, et de faire de nous un peuple consacré à son service, fervent dans la pratique des bonnes cures; et saint Paul, ordonne aux pasteurs de prêcher fidèlement ces vertus aux chrétiens.

Une autre chose que Notre-Seigneur et Sauveur nous a non-seulement apprise, mais encore prouvée par son exemple, c'est que la loi et les prophètes dependent de la charité. Après lui, l'Apôtre enseigne encore que l'amour est

ecclesiastici doctoris opera versabitur, ut fideles scire ex animo cupiant Jesum Christum', et hunc crucifixum, sibique certo persuadeant atque intima cordis pietate et religione credant aliud nomen non esse datum hominibus sub cælo, in quo oporteat nos salvos fieri • ; siquidem ipse propitiatio est pro peccatis nostris. At vero quia in hoc scimus quoniam cognovimus eum , si mandata ejus observemus, proximum est, et cum eo quod diximus maxime conjunctum, ut simul etiam ostendat vitam à fidelibus non in olio et desidia degendam esse , verum oportere ut quemadmodum ipse ambalavit ita et nos ambulemusí, sectemurque omni studio justitiam, pietalem, fidem, charitatem, mansuetudinem 5; dedit enim semetipsum pro nobis, ut nos redimeret ab omni iniquitate , et mundaret sibi populum acceptabilem, sectatorem bonorum operum, quae Apostolus pastoribus præcipit, ut loquantur et exhortentur.

Cum autem Dominus ac Salvator noster non solumn dixerii, sed etiam exemplo suo deinonstrarit legera et prophetas ex dilectione pendere?, Aposlolus deinde confirmarit, charitatem esse finem præcepti, ac legis plenitu

[merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]

la fin des commandements, et la plénitude de la loi. C'est donc un devoir essentiel du pasteur d'exciter avec tout le zèle possible le peuple chrétien à aimer l'infinie bonté de Dieu pour nous, afin qu'enflammé d'une ardeur divine, il s'élève vers ce bien souverain et très-parfait, dont la jouissance fait le bonheur véritable et solide, et inspire à ceux qui l'ont obtenu ces sentiments du Prophète : qu'y a-t-il pour moi dans le ciel, ct qu'ai-je désiré sur la terre, si cen'est vous, 6 Dieu ? Telle est en effet cette voie plus parfaite, que le même apôtre vouloit nous montrer, lorsqu'il rapportoit toute sa doctrine et tous ses enseignements à la charité, qui ne péril point. Si donc on propose quelque chose à croire, à espérer ou à faire, que ce soit toujours en rappelant la charité de Notre-Seigneur, afin que chacun connoisse bien que loutes les æuvres de la vertu et de la : perfection chrétienne ne peuvent sortir que de la charité, et ne doivent se rapporter à d'autre fin qu'à la charité.

[ocr errors][merged small]

UNE chose très-importante dans tout enseignement, c'es! la méthode que l'on emploie pour expliquer ce que l'on en

[ocr errors]

dinem', dubitare nemo potest hoc tanquam præcipuum munus omni diligentia curandum esse ; ut populus fidelis ad immensam Dei erga nos bonitatem amandam excitetur, ac divino quodam ardore incensus , ad suvimum illud et perfectissimum bonum rapiatur, cui adhærere, solidar et veram felicitatem csse is planc sentit, qui illnd Prophetæ dicere poterit : Quid enim mihi est in cælo, et à te quid volui super terram ? Hæc nimirum est via illa excellentior3, quam idem apostolus demonstravit, cum omnem doctrinæ et institutionis suze rationem ad charitatem , quæ nunquam excidit, dirigeret : Sive enim credendum, sive sperandum, sive agendum aliquid proponatur, ita in eo semper charitas Domini nostri commendari debet, ut quivis perspiciat omnia perfectze christianæ virtutis opera non aliunde quam à dilectione ortum haberes, neque ad alium finem, quam ad dilectionem referenda essc.

Cum autem in omni re tradenda plurimum intersit, utrum hoc an illo modo aliquid doceas, tum vero hoc in christiani populi institutione maximi

Rom. 13. 8. — * Psal. 72. 5. _31. Cor. 12.31.-i 1. Cor. 13.8.-11. Cor. 1614.

[ocr errors]

seigne; mais cela est plus important encore que partout ailleurs, lorsqu'il s'agit d'instruire le peuple des vérités chrétiennes. Celui qui est chargé de remplir cette fonction doit se proportionner à l'âge de ses auditeurs, à la portée de leur esprit, à leurs mæurs, à leur condition; afin qu'il se fasse tout à tous, qu'il gagne tout le monde à Jésus-Christ, qu'il se montre lui-même un ministre et un dispensateur exact, et que, semblable au serviteur bon el fidèle, il soit digne d'étre élabli par le Seigneur sur beaucoup de choses. Et qu'il prenne garde de ne pas s'imaginer qu'il n'a qu'une seule sorte de personnes à instruire, et qu'ainsi une seule méthode uniforme et toujours la même lui suffit pour former tous les fidèles à la vraic piété. Les uns sont comme des enfants nouvellement nés; les autres ont déjà commencé à prendre quelque accroissement en Jésus-Christ. Il en est aussi que l'on pourroit dire parvenus à la force et à la vigueur de l'âge. Il est donc nécessaire de considérer avec soin qui sont ceux qu'il faut nourrir de lait, et ceux qui demandent une nourriture plus solide, afin de donner à chacun celle qui sera la plus propre à augmenter ses forces spirituelles ; jusqu'à ce que tous parviennent à l'unité de la même foi et de la même connoissance du Fils de Dieu, à l'homme parfait, et à la mesure de l'âge complet de JesusChrist. C'est ainsi qu'en agissoit l'Apôtre; et il rappelle à tous les pasteurs cette obligation, par son propre exemple,

momenti existimandum est. Obscrvanda est cnim audientium ætás, ingenium, mores , conditio : ut qui docendi minus exercet, omnia omnibus efficiatur', ut et omnes Christo lucrifaciat, seipsum fidelem ministrum et dispensatorem probare possit, ac veluti seryus honus et fidelis, dignus sit , qui super multa constituatur à Domino 3. Neque vero unius tantum generis homines fidei suze commissos esse arbitretur , ut præscripta quadam et certa docendi formula erudire atque ad veram pietatem institucre æque omnes fideles possit: sed cum alii veluti modo geniti infantes sint, alii in Christo adolescere incipiant, nonnulli vero quodain modo confirmata sint ætate", necesse est diligenter considerare, quibus lacle, quibus solidiore cibo opus sit, ac singulis ea doctrinae alimenta præbere , quze spiritum augeant, donec occurramus omnes in unitatem fidei 5 et agnitionis Filii Dei in virum perfectum, in mensuram aetatis plenitudinis Christi. Id vero Apostolus in seipso

'1. Cor. 9. 19.-11. Cor. 6. 1, 2, 3 Mauh. 25 23. 261. Pet 2. 2; 1 Cor. 3. :; Hleb 5.12. - Eph. 4. 13.

« PrécédentContinuer »