Images de page
PDF
ePub

un Fils qui lui est égal et semblable; ce lien éternel et indissoluble par lequel le Saint-Esprit, amour parfaitement égal du Père et du Fils, procédant de l'un et de l'autre, unit ensemble à jamais celui qui engendre et celui qui est engendré; enfin l'unilé d'essence dans la sainie Trinité, et la parfaile distinction des trois personnes.

[ocr errors][merged small]

Les sainles Ecritures expriment de plusieurs manières la puissance infinie de Dieu et sa majesté souveraine, afin de faire comprendre combien son nom très-saint mérite de respects et d'hommages. Mais le pasteur doit enseigner avant tout aux fidèles qu'elles lui donnent le nom de tout-puissant. En parlant de lui-même, Dicu a dit : Je suis le Seigneur tout-puissant; et Jacob envoyant ses fils à Joseph, faisoit cette prière : que mon Dieu tout-puissant vous le rende favorable. Il est écrit dans l’Apocalypse : Le Seigneur Dieu tout-puissant, qui est, qui éloit et qui doit venir; ailleurs, le jugement est appelé le grand jour du Seigneur tout-puissant. D'autres fois aussi nous voyons plusieurs mois employés pour dire la même chose, comme dans ces endroits : il n'y a rien qui soit impossible à Dieu; est-ce que la main du Seigneur est impuissante ? vous pouvez faire, Seigneur, tout ce que vous voulez. En un mot, l'Ecriture est remplie d'une foule d'expressions qui évidemment équivalent pour le sens à celle de loul-puissant.

amor qui Spiritus sanctus est, à Patre et Filio procedens genitorem et genitum, ælerno, alque indissolubili vinculo inter se connectat : Atque itą "ivinæ Trinitatis una sit essentia , et trium personarum perfecta distinctio. Omnipotentem. Solent sacræ literæ niultis nominibus Dei summam vim amensarn majestatem explicare, ut ostendant quanta religionc et pietate sanctissimum nomen colendum sit ; sed imprimis doceat parochus illi tentem vim frequentissime tribui : Ipsc enim de se dicit, Ego Deus ens'. Et rursus Jacob, cum filios ad Joseph mitteret ita illis pre:, Deus autem meus omnipotens faciat vobis eum placabilerno; .ero in Apocalypsi scriptum est : Dominus Deus omnipoteus, qui - qui erat, et qui venturus est 3 ; et alibi : Dies magnus Dei omnipo.

s appellatur 4. Nonnunquam etiain pluribus verbis illud idem siguitcari solet. Atqne huc pertinet quod dicilur: Non erit impossibile ap.com

Genes 17.1.–Gen. 13. 14. -_) Apoc. 1. 8. — Apoc. 61.bg

Nous entendons donc par ce terme qu'il n'y a rien, qu'il est impossible de rien concevoir, de rien imaginer, qui surpasse la puissance de Dieu. Car non-seulement il peut faire toutes ces choses qui, toutes grandes qu'elles sont, nous sont néanmoins plus ou moins connues, comme de faire rentrer l'univers dans le néant, ou de créer de rien, en un instant, plusicurs autres mondes; mais son pouvoir s'étend aussi à des choses infiniment plus relevées, dont la raison humaine ne sauroit même soupçonner la possibilité.

Cependant quoiqu'il soit tout-puissant, Dicu ne sauroit ni mentir, ni tromper, ni être trompé, ni pécher, ni cesser d'être, ni rien ignorer. Ce sont là des choses, qui n'appartiennent qu'aux êtres dont l'action est imparfaite. Pour Dieu, dont l'action est toujours d'une perfection infinie, il ne peut les faire, parce qu'elles sont des esfets de la foiblesse, et non d'un pouvoir souverain sur toutes choses, tel qu'il le possède. Ainsi donc, tout en reconnoissant en Dieu la toute-puissance, nous croyons cependant qu'il est

Deum omne verbum'; Numquid manus Domini invalida esta ? Item : Subest tibi, cum volueris posse 3, et alia generis ejusdem : ex quibus variis dicendi formnis id percipitur, quod iino omnipotentis verho comprehendi perspicuum est.

Intelligimus autem hoc nomine nihil esse, nihil animo, et cogitatione fingi posse, quod Deus efficere nequeat: etenim non solum hæc, quæ tametsi maxima sunt, aliquo tamen modo in cogitationem nostram cadunt, officiendi potestatem habet, nimirum, ut omnia ad nihilum recidant, atque ut plures mundi ex nihilo repente existant : verum etiam mulla majora in illius potestate sita sunt, quæ humanæ menti, et intelligentiæ suspicari non licet.

Neque vero, cum omnia Dens possit, mentiri tamen, aut fallere , aut falli, aut peccare, aut interire , aut ignorare aliquid potest : hæc enim in eam naturam cadunt, cujus imperfecta actio est : Deus vero , cujus perfec

est actio , ideo hæc non posse dicitur, quia posse ea infirmnitatis est, non summæ et infinitæ omnium rerum polestalis, quam ille babet. Ita igitur Deum omnipotentem esse credimus , ut ab eo tamen longe

. - Num. 11. 23. - 3 Sap. 12. 18.

tissima semper

"Lue ; 37.

parfaitement exempt de tout ce qui ne seroit pas en harmonie et en rapport avec sa nature infiniment parfaite.

Que si le symbole, omettant les autres perfections de Dieu, ne propose à notre croyance que la toute-puissance, le pasteur aura soin de montrer que ce n'est pas sans des raisons très-sages. En effet, dès que nous croyons qu'il est tout-puissant, nous avouons par-là même qu'il a la connoissance de toutes choses, et que tout est soumis à sa volonté et à son empire; et nous reconnoissons en lui tout ce qui est lié avec sa souveraine puissance et qui est nécessaire pour nous la faire comprendre (b).

D'ailleurs rien n'est plus propre à affermir notre foi et notre espérance que la conviction profondément gravée dans nos esprits, que rien n'est impossible à Dieu. Quoi que l'on nous propose ensuite à croire, quelque grand et quelque incompréhensible que cela soit, quelque élevé qu'il soit au-dessus de l'ordre accoutume de la nature, la raison humaine y donnera aisément son assentiment, dès qu'elle comprendra la toute-puissance de Dieu; ct même plus les divins oracles annonceront des choses admirables, plus elle y ajoutera foi avec empressement. Que s'il s'agit de biens à espérer, jamais la grandeur de l'objet promis n'ébranlera la confiance de l'esprit, qui affermira au contagne de

omnia abesse cogitemus, quæ perfectæ ejus essentize inaxime conjuncta et. convenientia non sunt.

Recte autem sapienterque factum parochus ostendat, ut prætermissis aliis nominibus, quæ de Deo dicuntur, hoc unum nobis credendum in symbolo proponeretur. Nam cum Deum omnipotenlem aguoscimus, simul etiam fateamur necesse est , eum omnium rerum scicntiam haberc; omnia item ejus ditioni, et imperio subjecta esse. Cum vero omnia ab eo fieri posse nou dubitemus, consequens omuino est, ut cætera etiam explorata de illo haheamus, quæ si desint, quomodo omnipotens sit, prorsus intelligere non possumus.

Præterea nulla res lam ad fidem et spem nostram confirmandam valet, quam si fixum in animis nostris teneamus, nihil non fieri à Dco posse, quidquid enim deinceps credere oporteat, quamvis magnum et admiraliile sit , rerumque ordinem ac modum superet , illi lamen facile humana ratio, postquain Dei omnipotentis notitiam perceperit, sine ulla hæsitatione, ussentitur: quin potius quo majora sini, quæ divina oracula docrant, eo libentius fidein eis habendam esse cxistimat. Quod si boni emas aliquid exspectandum sit, nunquam animus' rei magnitudine, gatitxoptat,

traire ses désirs et ses espérances par cette pensée qu'il se rappellera souvent : rien n'est impossible à un Dieu toutpuissant.

Ayons donc soin de nous fortifier par la foi de cette vérité, surtout lorsque nous aurons à faire pour l'utilité du prochain quelque chose de difficile, ou que nous voudrons obtenir quelque chose de Dieu par la prière. Jésus-Christ nous enseigne lui-même ce devoir, lorsque reprochant à ses apôtres leur incrédulité, il leur dit : Si vous avez de la foi comme un grain de senevé, vous direz à cette monpasser

d'un lieu à un autre, et elle y passera, el rien ne vous sera impossible; et l'apôtre saint Jacques, pour exciter la confiance du fidèle dans la prière, l'exhorte à demander avec foi, sans hésiter : car celui qui hesile, est semblable au flot de la mer, qui est pousse par

le vent de tous les côtes; que cet homme-donc ne s'imagine pas qu'il recevra quelque chose du Seigneur.

D'ailleurs cette croyance nous est très-utile et trèsavantageuse sous d'autres rapports. D'abord elle nous porte à la modestie et à l'humilité de l'esprit, suivant ces mots de saint Paul : humiliez-vous sous la main puissante de Dieu. De plus elle nous apprend à ne pas craindre, il n'existe aucun sujet de crainte, et à ne craindre que Dieu seul, qui nous tient en son pouvoir nous et tous nos

frangitur ; sed erigit sese atque confirmat, sæpe illud cogitans, nihil esse , quod ab omnipotenti Deo effici non possit.

Quare hac fide præcipue munitos nos esse oportet, vel cum admiranda aliqua opera ad proximorum usum et utilitatem edere cogimur, vel cum à Deo precibus impetrare aliquid volumus. Alterum enim ipse Dominus docuit , cum Apostolis incredulitatem objiciens diceret : Si habueritis fulem sicut granum sinapis , dicetis monti huic: transi hinc illuc,et transibit, et nihil impossibile erit vobis'. De altero autem sanctus Jacobus ila restatus est : Postulet in fide, nihil hæsitans : qui enim hæsitat, similis est ductui maris, qui à vento movetur et circumfertur : non ergo æstimet boino ille, quod accipiat aliquid à Domino'.

Multa præterea hæc fides commoda atque utilitates nobis præbet, imprimis vero ad omnem animi modestiam et humilitatem nos instituii ; sic emo inquit princeps apostolorum : Humiliamini sub potenti manu Deis. whersel etiam non esse trepidandum, ubi non sit timor*, sed unum Deuns i Miche

10,?.

...

1. Pes

... Psal 52 0.

nos biens. Et le Sauveur lui-même a dit : je vous montrerai celui que vous devez craindre. Craignez celui qui, après woir tué le corps, peut vous précipiter dans l'enfer. Celle même foi sert encore à nous rappeler les grands bienfaits de Dieu à notre égard et à exciter notre reconnoissance. Quiconque en effet pense à la toute-puissance de Dieu, seroit d'une trop grande ingratitude, s'il ne s'écrioit souvent : celui qui est tout-puissant, a fait pour moi de grandes choses.

Au reste, si, dans cet article, nous disons que le Père esi tout-puissant, personne ne doit s'imaginer que la même persection ne soit pas commune au Fils et au Saint-Esprit, De même que nous disons que le Pèrc est Dieu, lc Fils Dieu, le Saint-Esprit Dieu, sans dire pour cela qu'il y a trois Dieux, mais en confessant réellement un seul Dieu : ainsi, en prononçant que le Père est tout-puissant, le Fils tout-puissant, nous ne reconnoissons

pas

trois tout-puissants, mais un seul. Mais il y a une raison particulière de donner celle qualité au Père; c'est qu'il est la source de tout ce qui existe. Ainsi nous disons du Fils qu'il est la sagesse, parce qu'il est lc Verbe du Père; et du Saint-Esprit, qu'il possède la bonté, parce qu'il est l'amour du Père et du Fils; et cependant ces qualités, ainsi que

les

timendum esse', in cujus potestate nos ipsi nostraque omnia posila sint . inquit enim Salvator noster : Ostendam vobis quem timeatis : Timelc eum, qui postquam occiderit, habet potestatem miltere in gehennam 3. Ulimur deinde hac fide ad immensa erga nos Dei beneficia cognoscenda et celcbranda. Nam qui Deum omnipotentem cogitat, tam ingralo animo esse non polest, quin sæpius exclamct: Fecit mihi magna, qui polens estó.

Sed quod Patrem onnipotentem in hoc articulo vocamus, neminem eo errore duci oportet, ut arbitretur ita illi hoc nomen tributum esse, at Filio etiam et Spiritui sancto commune non sit : Nam quemadmodum Deum Patrem, Deum Filium, ncum Spiritum sanctum, neque tamen tres Deos, sed unum Deum esse dicimus ita æquç Patrem, ac Filium, et Spiritum sanctum omnipotentein, neque tamen tres omnipotentes, sed unum omnipotentem esse confitemur. Ut vero præcipua quadam ratione, Patrem, quia omnis originis fons est, hoc nomine vocamus , uti etiam Filio, qui æternur Patris Verhum est, sapientiam ; ita et Spirilni sancto, quia utriusquc amor est , bonitatem tribuimus: quamvis hæc et alia hujusPoul 32 8;wid 33 10

' Sap 7 16. - 3 Luc. 12. 5.

-Luc 1. 49

« PrécédentContinuer »