Mercure de France

Couverture
1770
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 128 - Albéric, quand l'amour s'empara de mon âme, Je prévis cette fin de ma funeste flamme. Je ne sais quel effroi , quelle sombre douleur Vint troubler les transports de ma naissante ardeur. Un noir pressentiment , une horreur inouïe M'annonça dans l'amour le malheur de ma vie.
Page 155 - Fais-les en fa faveur briller dans cet ouvrage. Cependant des mortels arrête les terreurs , Ecarte loin de nous la guerre & fes horreurs. Tu peux tout mettre en paix & fur mer & fur terre ; Car que ne peux-tu point fur le Dieu de la guerre? Souvent ce Dieu fi fier , vaincu par tes appas , Dépofe fa fierté pour languir dans tes bras. Sa tête eft fur ton fein nonchalamment...
Page 159 - E combien de douceurs n'eft pas privé celui à qui la Religion manque ? Quel fentiment peut le confoler dans fes peines ? quel...
Page 155 - J'écris pour un Héros comblé de tes bienfaits. Memmius eut de toi les graces en partage 5 Fais-les en fa faveur briller dans cet ouvrage. Cependant des mortels arrête les terreurs , Ecarte loin de nous la guerre & fes horreurs.
Page 70 - Canonique , traduites en français et adaptées aux usages présens d'Italie et de l'église gallicane , par des explications qui mettent le texte dans le plus grand jour, etc.
Page 186 - Quin le pria de lui permettre de souper avec lui, et de ne pas trouver mauvais qu'il eût fait apprêter quelques plats. Le repas fut gai. Lorsque le dessert fut arrivé : " Parlons d'affaires à présent," lui dit Quin :
Page 86 - Difcours fur cette Queftion : Lequel de ces quatre fujets , le Commerçant , le Cultivateur , le Militaire & le Savant fert plus eflentiellement l'Etat , fuivi d*un Eloge du Chevalier Bayard.
Page 179 - Le Duc DE FITZ-JAMES , Pair de France, Chevalier des Ordres du Roi , Lieutenant Général de fes armées, Colonel du Régiment de Berwick, Irlandois , Gouv.
Page 129 - reproches font juftes , je les ai mérités. u Satisfais- toi , puifque tu ne peux tirer » d'autre vengeance de moi dans l'état où » je fuis. Je ne t'ai facrifié à ma politique »> que parce que ta vertu & la roideur de » ton caraûere me faifoient ombrage. Se » tournant enfuire vers l'autre, il lui dit: » J'ignorois entièrement que tu fuffes en » ces lieux. Ne m'impute point ton mal...
Page 159 - Sadi, craignez les plaintes des malheureux ; elles parcourent la terre, elles traversent les mers, elles pénètrent les cieux, elles changent la face des empires ; il ne faut qu'un soupir de l'innocent opprimé pour remuer le monde.

Informations bibliographiques