Extraits des grands philosophes

Couverture
Delagrave, 1877 - 600 pages
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Table des matières

SAINT AUGUSTIN
149
Le progrès daprès Roger Bacon
156
SAINT THOMAS
157
LA BOÉTIE
169
Attention daprès Condillac 290 Bruno Giordano
173
BACON
178
HOBBES
185
DESCARTES
192
Preuve ontologique de lexistence de Dieu par son idée 198 VII Preuve ontologique de lexistence de Dieu par son idée
199
Bossuet
208
NOZA
225
De lexistence de Dieu
227
Négation des causes finales
228
Le souverain bien De la réforme de lentendement
229
Le bien suprême est la connaissance de Dieu
231
Limmortalité de la raison
234
Lamour intellectuel de Dieu
235
Lu ROCHEFOUCAULD
236
Lamour de soi fin de toutes les actions humaines selon La Rochefoucauld
237
Lorgueil
238
La louange
239
La connaissance La clémence
240
La sincérité Lamitié Pensées diverses
241
VIII Les afflictions
242
La bonté La justice Lamour
245
BAYLE
246
LEIBNIZ
248
Léclectisme de Leibniz
249
Toute substance est active
250
Nature des monades
251
Le matérialisme
252
La raison
254
Tout est lié dans lunivers 225
255
Infinité de lunivers
256
La naissance et la mort
257
Tout enveloppe linfini
258
Destinée des âmes
259
Leibniz raconte comment il a été amené à lhypothèse de lharmonie préétablie
260
Comparaison de lâme et du corps avec des horloges
261
Des perceptions dont nous navons pas conscience
262
Les plaisirs
264
De lamour
265
En quel sens on peut dire que certaines idées sont innées
266
Lespace et le temps
267
Preuve de lexistence de Dieu par la raison suffisante
268
Appréciation de la preuve de saint Anselme et de Descartes Si Dieu est possible il existe
269
Ce monde est le meilleur possible
270
La création la providence et le mal
272
BERKELEY
281
CLARKE
288
Des lois positives
295
Du gouvernement démocratique
296
Principes vitaux des divers gouvernements Nécessité de la vertu dans la démocratie
298
La vertu dans les gouvernements démocratiques
300
Sur lidée de la justice
311
Caractère sacré et inaliénable de la liberté humaine
312
Quil faut toujours remonter à une première conventior
313
Du pacte social
314
Questce que la loi ? La loi civile et politique doit être lexpression de la volonté nationale
315
Du gouvernement Divers pouvoirs qui le constituent Rapport du gouvernement à lEtat
316
Que la souveraineté est inaliénable
317
Que la souveraineté est indivisible
318
De la monarchie
319
Des suffrages
322
DIDEROT
324
Tous les phénomènes physiques dérivent dun seul Rôle de la science
325
Les exceptions apparentes
326
Sur la superstition
327
Lhomme humain daprès Helvétius
328
Le salut public daprès Helvétius
329
TURGOT
330
Rôles de la théologie de la physique et de la métaphy sique dans les progrès de lesprit humain
332
Les hypothèses condition du progrès intellectuel
333
Reid
345
DUGALDSTEWART
352
La loi de la bonne volonté doit être une maxime univer
366
Grandeur de la loi morale
379
Du progrès social et politique Fondement du droit
387
Le sublime
393
MAINE DE BIRAN
458
Maine de Biran raconte son histoire intellectuelle Lhabitude Lactivité et la passivité
459
Méthode de la psychologie
462
Sur leffort pour mouvoir les membres
463
Différence entre le désir et le vouloir
464
Limagination passive et active Châteaux en Espagne
468
Les vrais signes sont volontaires
470
la vie sensible la vie intellectuelle et la vie mystique
471
VICTOR COUSIN 402
473
La réflexion et la spontanéité
474
Questce que le beau ? Réduction de toute beauté à la beauté spirituelle
476
De lidéal dans lart et dans la poésie
479
Du génie
480
Lart nest pas une imitation de la nature
481
La fin de lart Indépendance de lart
482
Lexpression dans les différents arts
486
Des différents arts et du rang de la poésie
489
Différence du droit et du désir
493
Des droits naturels de lhomme Leur rapport avec la justice
495
Du droit de propriété
497
Le gouvernement a pour objet la protection de droits naturels
499
Des devoirs de charité qui incombent au gouvernement ou la charité publique
501
La philosophie de lhistoire
504
Sur la déclaration des droits de lhomme
507
Psychologie
508
Le rève
510
Le repos de la volonté pendant le rêve
511
Daprès Jouffroy
526
Portrait du philosophe
588

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 205 - Tous les corps, le firmament, les étoiles, la terre et ses royaumes, ne valent pas le moindre des esprits; car il connaît tout cela, et soi; et les corps, rien. Tous les corps ensemble, et tous les esprits ensemble, et toutes leurs productions, ne valent pas le moindre mouvement de charité. Cela est d'un ordre infiniment plus élevé.
Page 301 - États modérés; elle n'y eSt que lorsqu'on n'abuse pas du pouvoir; mais c'eSt une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir eSt porté à en abuser; il va jusqu'à ce qu'il trouve des limites. Qui le diroit ! la vertu même a besoin de limites. Pour qu'on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir.
Page 301 - Il n'ya point encore de liberté si la puissance de juger n'est pas séparée de la puissance législative et de l'exécutrice. Si elle était jointe à la puissance législative, le pouvoir sur la vie et la liberté des citoyens serait arbitraire; car le juge serait législateur. Si elle était jointe à la puissance exécutrice, le juge pourrait avoir la force d'un oppresseur.
Page 238 - Ceux qu'on condamne au supplice affectent quelquefois une constance et un mépris de la mort qui n'est en effet que la crainte de l'envisager ; de sorte qu'on peut dire que cette constance et ce mépris sont à leur esprit ce que le bandeau est à leurs yeux. 22. La philosophie triomphe aisément des maux passés et des maux à venir, mais les maux présents triomphent d'elle.
Page 302 - Comme dans un Etat libre tout homme qui est censé avoir une âme libre doit être gouverné par lui-même, il faudrait que le peuple en corps eût la puissance législative...
Page 300 - Pour former un gouvernement modéré, il faut combiner les puissances, les régler, les tempérer, les faire agir; donner pour ainsi dire, un lest à l'une pour la mettre en état de résister à une autre : c'est un chef-d'œuvre de législation que le hasard fait rarement, et que rarement on laisse faire à la prudence2.
Page 294 - Elles doivent être relatives au physique du pays ; au climat glacé, brûlant ou tempéré ; à la qualité du terrain, à sa situation, à sa grandeur ; au genre de vie des peuples, laboureurs, chasseurs ou pasteurs ; elles doivent se rapporter au...
Page 332 - Nos espérances sur l'état à venir de l'espèce humaine peuvent se réduire à ces trois points importants : la destruction de l'inégalité entre les nations, les progrès de l'égalité dans un même peuple , enfin le perfectionnement réel de l'homme.
Page 205 - Où est donc ce moi, s'il n'est ni dans le corps, ni dans l'âme ? et comment aimer le corps ou l'âme, sinon pour ces qualités, qui ne sont point ce qui fait le moi, puisqu'elles sont périssables ? car aimerait-on la substance de l'âme d'une personne abstraitement, et quelques qualités qui y fussent ? Cela ne se peut, et serait injuste. On n'aime donc jamais personne, mais seulement des qualités.
Page 238 - Les hommes ne sont pas seulement sujets à perdre le souvenir des bienfaits et des injures : ils haïssent même ceux qui les ont obligés, et cessent de haïr ceux qui leur ont fait des outrages.

Informations bibliographiques