Essais sur Tocqueville et la société américaine

Couverture
Vrin, 1994 - 222 pages
Les compte-rendus que John Stuart Mill donnera en 1835 et 1840 des deux parties de La Démocratie en Amérique ponctuent une rencontre intellectuelle d'une rare qualité et en développent les conséquences. De l'avis de Tocqueville, ils sont les seuls qui aient saisi véritablement et en totalité sa pensée. Mill a su, en effet, associer à l'exposé attentif de celle-ci une discussion qui va directement aux problèmes que Tocqueville n'a pas résolus. Aussi s'agit-il d'un ensemble original, fruit d'une lecture exemplaire par les questions qu'elle fait surgir. " Ce serait un trop beau métier que celui d'écrivain ", observera Tocqueville, " si l'on rencontrait beaucoup de lecteurs de votre espèce. " Entre-temps Mill écrira un texte sur L'état de la société en Amérique dont on trouvera également la traduction dans cet ouvrage. Il y examine un échantillon représentatif de la littérature alors consacrée en Europe à l'Amérique (dont Marie, de Christophe de Beaumont, le compagnon de voyage de Tocqueville). Cette étude s'inscrit dans un projet de constitution de " sciences morales " par où Mill espère dépasser les limitations de l'utilitarisme classique. Elle enrichit ainsi la confrontation initiale avec Tocqueville qui ne se sépare pas d'une explication entre Mill et le courant philosophique dont il est issu : Bentham et son école. Elle permet par ailleurs de se faire une idée plus précise de la place que la nouvelle société américaine commence à prendre dans la conscience européenne.
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Introduction
7
Notes sur les textes
33
de Tocqueville et la démocratie en Amérique I 39
105
de Tocqueville et la démocratie en Amérique H
141
Glossaire des noms propres
213
Droits d'auteur

Expressions et termes fréquents

Informations bibliographiques