Ariane: Le comte d'Essex; Le festin de Pierre

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières


Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 3 - Presque personne n'examine à la représentation si la pièce est bien faite et bien écrite; on est touché ; on a eu du plaisir pendant une heure ; ce plaisir même est rare, et l'examen n'est que pour les connaisseurs.
Page 48 - J'ai tout abandonné, repos, gloire , couronne; Et quand ces mêmes biens ici me sont offerts, Que je puis en jouir, c'est toi seul que je perds! Pour voir leur impuissance à réparer ta perte, Je te suis ; mène-moi dans quelque île déserte, Où, renonçant à tout, je, me laisse charmer De l'unique douceur de te voir, de t'aimer : Là, possédant ton cœur, ma gloire est sans seconde; Ce cœur me sera plus que l'empire du monde. Point de ressentiment de ton crime passé; Tu n'as qu'à dire un...
Page 88 - La reine le fit grand-maître de l'artillerie, lui donna l'ordre de la jarretière , et enfin le mit de son conseil privé. Il y eut...
Page 107 - Ce qu'il faut qu'il espère? Et qu'en puis-je espérer, Que la douceur de voir, d'aimer, de soupirer? Triste et bizarre orgueil qui m'ôte à ce que j'aime ! Mon bonheur, mon repos s'immole au rang suprême, Et je...
Page 150 - L'unité en tout y est une loi fondamentale. ACTE CINQUIÈME. SCÈNE I. V. 3. Et l'ingrat dédaignant mes bontés pour appui, Peut ne s'étonner pas quand je tremble pour lui...
Page 60 - C'est par là qu'affectant une douleur aisée , Je feins de consentir à l'hymen de Thésée ; A savoir son secret j'intéresse le roi. Pour l'apprendre, ma sœur, travaillez avec moi; Car je ne doute point qu'une amitié sincère Contre sa trahison n'arme votre colère , Que vous ne ressentiez tout ce que sent mon cœur.
Page 87 - Guillaume , comte d'Essex , qui fait le sujet de la pièce, s'étant un jour présenté devant la reine , lorsqu'elle allait se promener dans un jardin , il se trouva un endroit rempli de fange sur le passage ; Essex détacha sur-le-champ un manteau broché d'or qu'il portait , et l'étendit sous les pieds de la reine. Elle fut touchée de cette galanterie : celui qui la faisait était d'une figure noble et aimable ; il parut à la cour avec beaucoup d'éclat. La reine , âgée de cinquante-huit...
Page 126 - Elisabeth manque de convenance, de force , et d'élégance ; mais le public voit une reine qui a fait condamner à la mort un homme qu'elle aime, on s'attendrit: on est indulgent au théâtre sur la versification, du moins on l'était encore du temps de Thomas Corneille.
Page 87 - ... était d'une figure noble et aimable; il parut à la cour avec beaucoup d'éclat. La reine, âgée de cinquante-huit ans, prit bientôt pour lui un goût que son âge mettait à l'abri des soupçons : il était aussi brillant par son courage et par la hauteur de son esprit, que par sa bonne mine. Il demanda la permission d'aller conquérir, à ses dépens, un canton de l'Irlande, et se signala souvent en volontaire.
Page 85 - LA mort du comte d'Essex a été le sujet de quelques tragédies, tant en France qu'en Angleterre. La Calprenède fut le premier qui mit ce sujet sur la scène en i63a.

Informations bibliographiques