Images de page
PDF
ePub

'LA PRINCESS E. Pouvez-vous bien toutes deux, étant ce que vous êtes, prononcer ces paroles ? et ne devez-vous pas rougir d'appuyer une passion qui n'est qu'erreur, que foiblesse et qu'emportement, et dont tous les désordres ont tant de répugnance avec la gloire de notre sexe ? J'en prétends soutenir l'honneur jusqu'au dernier moment de ina vie , et ne veux point du tout me commettre à ces gens qui font les esclaves auprès de nous pour devenir un jour nos tyrans. Toutes ces larmes, tous ces soupirs, tous ces hommages, tous ces respects, sont des embûches qu'on tend à notre coenr, et qui souvent l'engagent à commettre des làchetés. Pour moi, quand je regarde certains exemples et les bassesses épouvantables où cette passion ravale les personnes sur qui elle étend sa puissance , je sens tout mon cœur qui s'émeut; et je ne puis souffrir qu'une ame qui fait profession d'un peu de fierté ne trouve pas une honte horrible à de telles foiblesses.

CYNTHJE. Hé! madame, il est de certaines foiblesses qui ne sont point honteuses, et qu'il est beau même d'avoir dans les plus hauts degrés de gloire. J'espere que vous changerez un jour de pensée; et, s'il plaît an · ciel, nous verrons votre coeur, ayant qu'il soit peu...

. LA PRINCESS E. Arrêtez, n'achevez pas ce souhait étrange : j'ai une horreur trop invincible pour ces sortes d'abaissements; et, si jamais j'étois capable d'y descendre , je serois personne, sans doute, à ne me le point par.

donner.

GLANTE. Prenez garde, madame:l'Amour sait se venger des mépris que l'on fait de lui; et peut-être... .

LA PRINCESS E. Non, non : je brave tous ses traits; et le grand

pouvoir qu'on lui donne n'est rien qu'une chimere et qu'une excuse des foibles cours, qui le font invins cible pour autoriser leur foiblesse.

CYNTHIE. Mais enfin toute la terre reconnoît sa puissance, et vous voyez que les dieux mêmes sont assujettis à son empire. On nous fait voir que Jupiter n'a pas aimé pour une fois, et que Diane même, dont vous affectez tant l'exemple, n'a pas rougi de pousser des soupirs d'amour..

LA PRINCESS E. Les croyances publiques sont tonjoars mêlées d'erreur. Les dieux ne sont point faits comme se les fait le vulgaire: et c'est leur manquer de respect que de leur attribuer les foiblesses des hommes.

SCENE II.

LA PRINCESSE, AGLANTE, CYNTHIE,

PHILIS, MORO N.

AGLANTE. Viens , approche , Moron; viens nons aider à défendre l'amour contre les sentiments de la princesse.

LA PRINCESS E.
Voilà votre parti fortifié d'un grand défenseur!

MORON. Ma foi, madame, je crois qu'après mon exemple il n'y a plus rien à dire, et qu'il ne faut plus mettre en doute le pouvoir de l'amour. J'ai bravé ses armes assez long-temps, et fait de mon drôle comme un autre : mais enfin ma fierté a baissé l'oreille, et vous avez une traîtresse ( il montre Philis ) qui m'a rendu plus doux qu’on agneau. Après cela on ne doit plus faire aucun scrupule d'aimer; et puisque j'ai bien passé par-là, il peut bien y en passer d'autres.

CYNTHIE. Quoi! Moron se mêle d'aimer !

. . MORON. Fort bien.

CYNTHIE, , Et de vouloir être aimé !

MORON. Et pourquoi non ? Est-ce qu'on n'est pas assez bien fait pour cela ? Je pense que ce visage est assez passable, et que, pour le bel air, dieu merci, nous ne le cédons à personne.

CYNTHIE. Sans doute, on auroit tort...

SCENE III. LÀ PRINCESSE, AGLANTE, CYNTHIE, PHILIS, MORON, LYGAS.

LYCAS. Madame, le prince votre père vient vous trouver ici, et conduit avec lui les princes de Pyle et d'Ithaque et celui de Messene.

LA PRINCESS E. O ciel! que prétend-il faire en me les amenant? Au roit-il résolu ma perte ? et voudroit-il bien me forcer au choix de quelqu'un d'eux?

SCENE IV.

IPHITAS, EURYALE, ARISTOMENE, THÉOCLE, LA PRINCESSE, AGLANTE,

CYNTHIE, PHILIS, MORON.

LA PRINCESSE, à Iphitas. Seigneur, je vous demande la licence de prévenir par deux paroles la déchration des pensées que vous pourez avoir. Il y a deux vérités, seigneur, aussi constantes l'une que l'autre, et dont je puis vous assurer également : l’une, que vous avez un absolu pouvoir sur moi, et que vous ne sauriez m'ordonner rien où je ne réponde aussitôt par une obéissance aveugle; l'autre, que je regarde l'hyménée ainsi que le trépas, et qu'il m'est impossible de forcer cette aversion naturelle. Me donner un mari, et me donner la mort, c'est une même chose; mais votre volonté va la premiere, et mon obéissance m'est bien plus chere que ma vie. Après cela , parlez, seigneur; prononcez librement ce que vous voulez.

IPHIT A S. . Ma fille, tu as tort de prendre de telles alarmes; et je me plains de toi, qui peux mettre dans ta pensée que je sois assez mauvais pere pour vouloir faire violence à tes sentiments et ine servir tyranniquement de la puissance que le ciel me donne sur toi. Je souhaite, à la vérité, que ton coeur puisse aimer quelqu'un. Tous mes voeux seroient satisfaits, si cela pouvoit arriver; et je n'ai proposé les fêtes et les jeux que je fais célébrer ici qu'afin d'y pouvoir attirer tout ce que la Grece a d'illustre, et que parmi cette noble jeunesse tu puisses enfin rencontrer où arrêter tes yeux et déterminer tes pensées. Je ne demande, dis-je, au ciel autre bonheur que celui de te voir un époux. J'ai, pour obtenir cette grace, fait encore ce matin un sacrilice à Vénus; et, si je sais bien expliquer le langage des dieux, elle m'a promis un miracle. Mais, quoi qu'il en soit, je veux en user avec toi en pere qui chérit sa fille. Si tu trouves où attacher tes voux, ton choix sera le mien, et je ne considérerai mi intérêt d'état ni avantages d'alliance; si ton cour demeure insensible, je n'entreprendrai point de le forcer: mais au moins sois complaisante aux civilités qu'on te rend, et ne m'oblige poiala faire les excuses de ta froideur;

traite ces princes avec l'estime que tu leur dois; recois avec reconnoissance les témoignages de leur zele, et viens voir cette course où leur adresse va paroître.

THÉOCLE, à la princesse. Tout le monde va faire des efforts pour remporter le prix de cette course; mais, à vous dire vrai, j'ai peu d'ardenr pour la victoire, puisque ce n'est pas votre cour qu'on y doit disputer.

ARISTOMENE. Pour moi, madaine , vous êtes le seul prix que je Tae propose par-tout. C'est vous que je crois disputer dans ces combats d'adresse ; et je n'aspire maintenant à remporter l'honneur de cette course qne pour obtenir un degré de gloire qui m'approche de votre cour.

EUR Y ALE. Pour moi, madame, je n'y vais point du tont avec cette pensée. Comme j'ai fait toute ma vie profession de ne rien aimer, tous les soins que je prends ne vont point où tendent les autres. Je n'ai aucune prétention sur votre cour, et le seul honneur de la course est tout l'avantage où j'aspire.

SCENE V. LA PRINCESSE, AGLANTE, CYNTHIE,

PHILIS, MORON.

LA PRINCESS E.
D'où sort cette fierté où l'on ne s'attendoit point ?
Princesses , que dites-vous de ce jeune prince ? Avez-
vous remarqué de quel ton il l'a pris ?

AGL ANTE.
Il est vrai que cela est un peu fier.

MORON, à part.
Ah! quelle brave botte il vient là de lui porter!

LA PRINCESSE.
Ne trouvez-vous pas qu'il y auroit plaisir d'abais-

« PrécédentContinuer »