Images de page
PDF
ePub

DE

L'ÉCOLE DES FEMMES.

SCENE I.

URANIE, ÉLISE.

URANIE.

Quor! cousine, personne ne t'est venu rendre vi

site?

ÉLISE

Personnc du monde.

URANIE Vraiment! voilà qui m'étonne, que nous ayons été seules l'une et l'autre tout aujourd'hui.

É LISE. Cela m'étonne aussi : car ce n'est guere notre coutume; et votre maison , Dieu merci, est le refuge ordinaire de tous les fainéants de la cour.

URANIE.

L'après-dînée, à dire vrai, m'a semblé fort longue.

É LISE.
Et moi je l'ai trouvée fort courte.

URANIE.

C'est que les beaux esprits, cousine, aiment la solitude.

É LISE. Ah! très humble servante au bel esprit! vous savez que ce n'est pas là que je vise.

URANIE.

gens triés.

Pour moi, j'aime la compagnie, je l'avoue.

ÁLISE. Je l'aime aussi, mais je l'aime choisie; et la quantité des sottes visites qu'il vous faut essayer parmi les autres est cause bien souvent que je prends plaisir d'être seule.

URAX1E. La délicatesse est trop grande de ne pouvoir souffrir que des

É L182. Et la complaisance est trop générale de souffrir indifféremment toutes sortes de personnes.

Je goûte ceux qui sont raisonnables, et me divertis des extravagants.

É LISI. Ma foi, les extravagants ne vont gaore loin şans. vous ennuyer, et la plupart de ces gens-lå ne sont plus plaisants dès la seconde visite. Mais, à propos d'extravagants, ne voulez-vous pas me défaire de votre marquis incominode? Pensez-vous me le laisser toujours sur les bras, et que je puisse durer à ses tarlopinades perpétuelles ?

URANIE.

URANIE.

Ce langage est à la mode, et l'on le tourne en plaisanterie à la cour.

ÉLISE. Tant pis pour ceux qui le font, et qui se tuent tout le jour à parler ce jargon obscur. La belle chose de faire entrer aux conversations du Louvre de vieilles équivoques ramassées parmi les bones des halles et de la place Maubert! La jolie façon de plaisanter pour des courtisans! et qu'un homme montre d'esprit lorsqu'il vient vous dire: Madame, vous êtes dans la place royale, et tout le monde vous voit de trois

lienes de Paris, car chacun vous voit de bon oeil! à cause que Bonneuil est un village à trois lieues d'ici. Cela n'est-il pas bien galant et bien spirituel ? Et ceux qui trouvent ces belles rencontres n'ont-ils pas lieu de s'en glorifier ?

URANIE.

On ne dit pas cela aussi comme une chose spiritaelle; et la plupart de ceux qui affectent ce langage savent bien eux-mêmes qu'il est ridicale.

É LISE. Tant pis encore de prendre peine à dire des sottises, et d'être mauvais plaisants de dessein formé. Je les en tiens moins excusables; et si j'en étois juge, je sais bien à quoi je condamnerois tous ces messieurs les tarlupins.

Laissons cette matiere qui t'échauffe an peu trop, et disons que Dorante vient bien tard, à mon avis , pour

le
souper que nous devons faire ensemble.

ÉLISE.
Peut-être l'a-t-il oublié, et que...

URANIE.

SCENE I I.

URANIE, ÉLISE, GALOPIN.

GALOPIN.

Voilà Climene, madame, qui vient ici pour vous

voir.

URANIE.

Hé! mon dieu! quelle visite !

ÉLISE. Vous vous plaignez d'être seule; aussi le ciel vous en punit.

URANIR.

Vite, qu'on aille dire que je n'y suis pas.

[blocks in formation]

URANIE.

Diantre soit le petit vilain ! Je vous apprendrai bien à faire vos réponses de vous-même.

GALOPIN.

Je vars lui dire, madame, que vous voulez être sortie.

URANIE.

Arrêtez, animal, et la laissez monter, puisque la sottise est faite.

GALOPIN.

Elle parle encore à un homme dans la rue.

URANIE.

Ah!cousine, que cette visite m'embarrasse à l'heure

[ocr errors]

qu'il est!

É LISE. Il est vrai que la dame est un peu embarrassante de son naturel : j'ai toujours eu pour elle une furieuse aversion; et, n'en déplaise à sa qualité, c'est la plus sotte bête qui se soit jamais mêlée de raison

1

ner.

URANIE,

L'épithete est un peu forte.

LISE.

Allez, allez, elle mérite bien cela, et quelque chose de plus si on lui faisoit justice. Est-ce qu'il y a une personne qui soit plus véritablement qu'elle ce qu'on appelle précieuse, à prendre le mot dans sa plus mauvaise ation?

URANIE.

Elle se défend bien de ce nom pourtant.

URANIE.

ÉLISE. Il est vrai, elle se défend du nom, mais non pas de la chose : car enfin elle l'est depuis les pieds jusqu'à la tête, et la plus grande façonniere dn monde. Il semble que tout son corps soit démonté, et que les mouvements de ses hanches, de ses épaules et de sa tête, n'aillent que par ressorts. Elle affecte toujours un ton de voix languissant et niais, fait la moue pour montrer une petite bouche, et roule les yeux pour les faire paroître grands. Doucement donc. Si elle venoit à entendre...

É LISE. Point, point; elle ne mopte pas encore. Je me souviens toujours du soir qu'elle eut envie de voir Damon, sur la réputation qu'on lui donne et les choses que le public a vues de lui. Vous connoissez l'homme et sa naturelle paresse à soutenir la conversation. Elle l'avait invité à souper comme bel-esprit, et jamais il ne parut si sot parmi une demidouzaine de gens à qui elle avoit fait fête de lui, et qui le regardoient avec de grands yeux, comme une personne qui ne devoit pas être faite comme les autres. Ils pensoient tous qu'il étoit là pour défrayer la compagnie de bons mots ; que chaque parole qui sortoit de sa bouche devoit être extraordinaires qu'il devoit faire des in-promptu sur tout ce qu'on disoit, et ne demander à boire qu'avec une pointe. Mais il les trompa fort par son silence; et la dame fut aussi mal satisfaite de lui que je le fus d'elle.

URANIE.
Tais-toi. Je vais là recevoir à la porte de la chambre.

É LIS E.
Encore un mot. Je voudrois bien Per assem.

mariée avec le marquis dont nous avons pårlé! hlage que ce seroit d'une précieuse et d'un turlupin!

« PrécédentContinuer »