Images de page
PDF
ePub

monsieu qu'il est, il seroit, parmafiqué, nayé si je n'aviom été là.

CHARLOTTE. Ardez un peu!

PIERROT. Oh! parguienne! sans nous, il en avoit pour sa maine de foves.

CHARLOTTE.
Est-il encore cheux toi tout nad, Piarrot ?

PIERROT. Nannain, ils l'avont r'habillé tout devant nous. Mon guieu ! je n'en avois jamais vu s'habiller. Que d'histoires et d'engingorniaux boutont ces messieaxlà les courtisans ! Je me pardrois là-dedans, pour moi; et j'étois tout ébobi de voir ca. Quien, Charlotte, ils avont des cheveux qui ne tenont point à leu tête; et ils boutont ca, après tout, comme un gros bonnet de filasse. Ils ant des chemises qui ant des manches où j'entrerions tout brandis toi et moi. En glieu d'haut-de-chausse, ils portont une garde-robe aussi large que d'ici à Pâque; en glieu de pourpoint, de petites brassieres qui ne leu venont pas jusqu'au brichet; et, en glieu de rabat, un grand mouchoir de cou à résiau , aveuc quatre grosses houppes de linge qui leu pendont sur l'estomaque. Ils avont itou d'autres petits rabats au bout des bras, et de grands entonnois de passement aux jambes, et, parmi tout ça, tant de rubans, tant de rubans, que c'est une vraie piquié: ignia pas jusqu'aux souliers qui n'en soyont farcis tout depis un bout jusqu'à l'autre; et ils sont faits d'eune façon que je me romprois le cou aveac.

CHARLOTTE. Par ma fi, Piarrot, il faut que j'aille voir un peu ça.

PIERROT. Oh! acoute un peu auparavant, Charlotte. J'ai queuque autre chose à te dire, moi.

CHARLOTTE. Hé bian! dis; qu'est-ce que c'est ?

PIERROT. Vois-ta, Charlotte, il faut, comme dit l'autre, que je débonde mon coeur. Je t'aime, tu le sais bian, et je sommes pour être mariés ensemble; mais, marguienne, je ne suis point satisfait de toi.

CHARLOTTE.
Quement! qu'est-ce que c'est donc qu'iglia ?

PIERROT.
Iglia que tu me chagraines l'esprit, franchement.

CHARLOTTE. Et quement donc ?

PIERROT.
Tétiguienne! tu ne m'aimes point.'

CHARLOTTE.
Ah! ah! n'est-ce que ça ?

.. PIERROT.
Oui, ce n'est que ça, et c'est bian assez.

CHARLOTTE. Mon guiea! Piarrot, tu me viens toujou dire la même chose.

PIERROT. Je te dis tonjon la même chose, parceque c'est tonjon la même chose; et si ce n'étoit pas toujou la même chose, je ne te dirois pas toujou la même chose.

CHARLOTTE.
· Mais qu'est-ce qu'il te faut? Que veux-tu ?

PIERROT.
Jerniguienne! je veux que tu m'aimes.

CHARLOTTE. -
Est-ce que je ne t'aime pas ?

PIER'R OT. Non, tu ne m'aimes pas, et si je fais tout ce que je pis pour ça. Je t'achete, sans reproche, des rubans à tous les marciers qui passont; je me romps le cou

à t'aller dénicher des marles ; je fais jouer pour toi les vielleux quand ce vient ta fête : et tout ca comme si je me frappois la tête contre un mur. Vois-tu, ca n'est ni biau ni honnête de n'aimer pas les gens qui nous aimont.

CHARLOTTE.
Mais, mon guieu! je t'aime aussi.

PIERROT.
Oui, tu m'aimes d'une belle dégaine!

: CHARLOTTE. Quement veux-tu donc qu'on fasse ?

PIERROT. Je veux que l'en fasse comme l'en fait quand l'en aime comme il faut,

CHARLOTTE.
Ne t'aimé-je pas aussi comme il faut ?

PIERROT. Non. Quand ça est, ça se voit; et l'en fait mille petites singeries aux parsonnes, quand en les aime du bon du coeur. Regarde la grosse Thomasse, comme alle est assotée du jeune Robain : alle est toujou autour de li à l'agacer, et ne le laisse jamais en repos. Toujou alle li fait quenque niche, ou li baille queuque taloche en passant; et, l'autre jour qu'il étoit assis sur un escabiau, alle fut le tirer de dessous li, et le fit choir tout de son long par tarre. Jarni! vlà où l'en voit les gens qui aimont! Mais toi, ta ne me dis jamais mot, t'es toujou là comme eune vraie souche de bois; et je passerois vingt fois devant toi, que tu ne te grouillerois pas pour me bailler le moindre coup, ou me dire la moindre chose. Ventreguienne! ça n'est pas bian, après tout; et t'es trop froide pour les gens.

CHARLOTTE. Que veux-tu que j'y fasse ? C'est mon himeur, et je ne me pis refondre.«

PIERROT. Ignia himeur qui tienne. Quand en a de l'amiquié pour les parsonnes , l’en en baille toujou queuque petite signifiance.

CHARLOTTE. Enfin, je t'aime tout autant que je pis; et, si tu n'es pas content de ça, tu n'as qu'à en aimer queuque antre.

PIERROT. Hé bian! vlà pas mon compte ? Tétigué! si tu m’aimois., me dirois-tu ça ?

CHARLOTTE.
Pourquoi me viens-tu aussi tarabuster l'esprit ?

PIERROT, Morgué! qaeu mal te fais-je ? Je ne te demande qu'un peu d'amiquié.

CHARLOTTE Hé bian! laisse faire aussi, et ne me presse point tant. Peut-être que ça viendra tout d'un coup sans y songer.

PIERROT, Touche donc là, Charlotte.

... CHARLOTTE, donnant sa main. . . Hé bian! quien,

PIERROT. Promets-moi donc que tu tâcheras de m'aimer davantage.

CAARLOTTE. J'y ferai tout ce que je pourrai; mais il faut que ça vienne de lui-même. Piarrot, est-ce là ce monsieu ?

PIERROT. Oui, le vlà.

CHARLOTTE. Ah! mon guieu! qu'il est genti! et que c'auroit été dominage qu'il eût été naye!

PIERROT. 'Je revians tout-à-l'heure; je m'en vais boire ctopaine pour me rebouter tant soit peu de la fatigue que j'ai eue.

SCENE II. ... DON JUAN, SGANARELLE; CHARLOTTE, dans le fond du théâtre.

• DON JUAN. Nous avons manqué notre coup, Sganarelle, et cette bourrasque imprévue a renversé avec notre barque le projet que nous avions fait: mais, à te dire vrai, la paysanne que je viens de quitter répare ce malheur, et je lui ai trouvé des charmes qui effacent de mon esprit tout le chagrin que me donnoit le mauvais succès de notre entreprise. Il ne faut pas que ce cour m'échappe; et j'y ai déja jeté des dispositions à ne pas me souffrir long-temps pousser des soupirs.

S GANARELLE. Monsieur, j'avoue que vous m'étonnez. A peine sommes-nous échappés d'un péril de mort, qu'au lieu de rendre graces au ciel de la pitié qu'il a daigné prendre de nous, vous travaillez tout de nouveau à attirer sa colere par vos fantaisies accoutumées et vos amours cr.... ( Don Juan prend un air mena. cant.) Paix! coquin que vous êtes; vous ne savez ce que vous dites, et monsieur sait ce qu'il fait. Allons.

DON JUAN, appercevant Charlotte. "Ah! ah! d'où sort cette autre paysanne, Sganarelle? As-tu rien vu de plus joli? et ne trouves-ta pas, dis-moi, que celle-ci vaut bien l'autre ?

S GANAR ELLE.
Assurément, (à part.) Autre piece nouvelle!

« PrécédentContinuer »