Images de page
PDF
ePub

REMIER.

SCENE I.

SGANARELLE, AMINTE, LUCRECE, ..M. GUILLAUME, M. JOSSE.

S GANAR ELLE. "Aa! l'étrange chose que la vie! et que je puis bien dire, avec ce grand philosophe de l'antiquité, que qui terre a; guerre a, et qu'un malheur ne vient jamais sans l'autre ! Je n'avois qu'une femme, qui est morte.

M. GUILLAUME,
Et combien donc en vouliez-vous avoir?

SGANAR ELLE. Elle est morte, monsieur Guillaume mon ami. Cette perte m'est très sensible, et je ne puis m'en ressouvenir sans pleurer. Je n'étois pas fort satisfait de sa conduite, et nous avions le plus souvent dispute ensemble : mais enfin la mort rajaste toutes choses. Elle est morte, je la pleure. Si elle étoit en vie, nous nous querellerions. De tous les enfants que le ciel m'avoit donnés, il ne m'a laissé qu'une fille , et cette fille est toute ma peine : car enfin je la vois dans une mélancolie la plus sombre du monde, dans une tristesse éponvantable, dont il n'y a pas moyen de la retirer, et dont je ne saurois même apprendre la cause. Pour moi, j'en perds l'esprit, et j'aurois besoin d'un

bon conseil sur cette matiere. (à Lucrece.) Vous êtes ma niece; ( à Aminte.) voas, ma voisine; (à M. Guillaume et à M. Josse. ) et vous, mes comperes et mes amis : je vous prie de me conseiller tout ce que je dois faire.

M. JOSSE, Pour moi, je tiens que la braverie, que l'ajustement est la chose qui réjouit le plus les filles; et, si j'étois que de vous, je lui acheterois dès aujourd'hui une belle garniture de diamants, ou de rubis, ou d'émeraudes.

K. GUILLAUME.' Et moi, si j'étois en votre place, j'acheterois une belle tenture de tapisserie de verdure, ou à person. nages, que je ferois mettre dans sa chambre, pour lui réjouir l'esprit et la vue.

AMINTE Pour moi, je ne ferois pas tant de façons ; je la marierois fort bien, et le plutôt que je pourrois, avec cette personne qui vous la fit, dit-on, demander il y a quelque temps.

LUCRECE. Et moi, je tiens que votre fille n'est point du tont propre pour le mariage. Elle est d'une complexion trop délicate et trop peu saine; c'est la vouloir envoyer bientôt en l'autre monde que de l'exposer,

comme elle est, à faire des enfants. Le monde n'est · point du tout son fait; et je vous conseille de la mettre dans un couvent, où elle trouvera des divertissements qui seront mieux de son bnmeur.

SGANARELL E. Tous ces conseils sont admirables, assurément; mais je les trouve un peu intéressés, et trouve que vous me conseillez fort bien pour vous. Vous êtes orfeyre, monsieur Josse; et votre conseil sent son homme qui a envie de se défaire de sa marchandise. Vous vendez des tapisseries, monsieur Guillaume; et vous avez la mine d'avoir quelque tenture qui vous incommode. Celui que vous aimez, ma voisine, a, dit-on, quelque inclination pour ma fille; et vous ne seriez pas fâchée de la voir femme d'un autre. Et quant à vous, ma chere niece, ce n'est pas mon dessein, comme on sait, de marier ma fille avec qui que ce soit, et j'ai mes raisons pour cela ; mais le conseil que vous me donnez de la faire religieuse est d'une femme qui pourroit bien souhaiter charitablement d'être mon héritiere universelle. Ainsi, messieurs et mesdames, quoique tous vos conseils soient les meilleurs du monde, vous trouverez bon, s'il vous plaît, que je n'en suive aucun. (seul. Voilà de mes don-. neurs de conseils à la mode.

[ocr errors]

SCENE II.

LUCINDE, SGANARELLE.

SGAN ARELLE. Ah! voilà ma fille qui prend l'air. Elle ne me voit pas. Elle soupire; elle leve les yeux au ciel. ( à Lilcinde.) Dieu vous garde! Bon jour, ma mie. Hé bien! qu'est-ce ? Comme vous en va ? Hé quoi! toujours triste et mélancolique comme cela ! et iu ne veux pas me dire ce que tr as ! Allons donc, dé couvre-moi ton petit coeur. Là, ma pauvre mie, dis, dis; dis tes petites pensées à ton petit papa mignon. Courage! Veux-tu que je te baise ? Viens. (à part.) J'enrage de la voir de cette humeur-là. (à Lucinde.) Mais, dis-moi, me veux-tu faire mourir de déplaisir ? : et ne puis-je savoir d'où vient cette grande langueur? Découvre-m'en la cause, et je te promets que je ferai toutes choses pour toi. Oui, tu n'as qu'à me dire le sujet de ta tristesse : je t'assure ici et te fais serment

qu'il n'y a rien que je ne fasse pour te satisfaire ; c'est tout dire. Est-ce que tu es jalouse de quelqu'une de tes compagnes que tu voies plus brave que toi? et seroit-il quelque étoffe nouvelle dont tu voulasses avoir un habit? Non. Est-ce que ta chambre ne te semble pas assez parée, et que tu souhaiterois qurelque cabinet de la foire Saint-Laurent? Ce n'est pas cela. Aurois-tu envie d'apprendre quelque chose ? et veux-tu que je te donne un maître pour te montrer à jouer du clavecin ? Nenni. Aimerois-tu quelqu'un, et souhaiterois-tu d'être mariée ? (Lucinde fait signe quoui.)

SCENE III. S GANARELLE, LUCINDE, LISETTE.

LISETTE.
Hé bien! monsieur, vous venez d'entretenir votre
Gille : avez-vous su la cause de sa mélancolie?

SGANARELLE.
Non. C'est une coquine qui me fait enrager.

LISETTE. Monsieur, laissez-moi faire, je m'en vais la sonder un peu.

SGANARELL E. Il n'est pas nécessaire; et puisqu'elle veut étre de oette humeur, je suis d'avis qu'on l'y laisse.

LISETTE. · Laissez-moi faire, vous dis-je : peut-être qu'elle se découvrira plus librement à moi qu'à vous. Quoi! madame, vous ne nous direz point ce que vous avez, et vous voulez affliger ainsi tout le monde ? Il me semble qu'on n'agit point comme vous faites, et que si vous avez quelque répugnance à vous expliquer à un pere, vous n'en devez avoir aucune à me découvrir votre cæur. Dites-moi, souhaitez-vous quelque chose de lui? Il nous a dit plus d'une fois qu'il n'épargneroit rien pour vous contenter. Est-ce qu'il ne vous donne pas toute la liberté que vous souhaiteriez? et les promenades et les cadeaux ne tenteroientils point votre ame? Hé! avez-vous reçu quelque déplaisir de quelqu'un ? Hél n'auriez-vous point quelque secrete inclination avec qui vous souhaiteriez que votre pere vous mariât ? Ah! je vous entends, voilà l'affaire. Que diable! pourquoi tant de facons ? Monsieur, le mystere est découvert; et...

SGANAR ELLE. Vă, fille ingrate, je ne te veux plus parler, et je te laisse dans ton obstination.

LUCINDE. Mon père, puisque vous voulez que je vous dise

la chose...

SCANARELLE.
Oui, je perds toute l'amitié que j'avois pour toi.

LISETTE.
Monsieur, sa tristesse...

SGANARE L L E.
C'est une coquine qui me veut faire mourir.

LUCIND E.
Mon pere, je veux bien...

S GAN ARELLE. Ce n'est pas là la récompense de t'avoir élevée comme j'ai fait.

LISETTE.
Mais, monsieur...

S GANARELLE.
Non, je suis contre elle dans une colere épouvan-

table.

LUCINDE.
Mais, mon pere...'

« PrécédentContinuer »