Images de page
PDF
ePub

La plapart des vertus nous seroient inutiles,
Puisqu'on en met l'usage à pouvoir, sans ennui,
Supporter dans nos droits l'injustice d'autrui;
Et de même qu'un coeur d'une vertu profonde...

ALCESTE.

Je sais que vous parlez, monsieur, le mieux du monde;
En beaux raisonnements vous abondez toujours :
Mais vous perdez le temps et tous vos beaux discours.
La raison, pour mon bien, veut que je me retire:
Je n'ai point sur ma langue un assez grand empire ;
De ce que je dirois je ne répondrois pas;
Et je me jetterois cent choses sur les bras.
Laissez-moi, sans dispute, attendre Célimene.
Il faut qu'elle consente au dessein qui m'amene;
Je vais voir si son coeur a de l'amour pour moi;
Et c'est ce moment-ci qui doit m'en faire foi.

PHILINTE.
Montons chez Eliante, attendant sa venue.

ALCESTE.
Non : de trop de soucis je me sens l'ame émue.
Allez-vous-en la voir, et me laissez enfin
Dans ce petit coin sombre avec mon noir chagrin.

PHILINTE.
C'est une compagnie étrange pour attendre;
Et je vais obliger Eliante à descendre.

SCENE II.

CÉLIMENE, ORONTE, ALCESTE.

OROX TE.

Oui, c'est à vous de voir si, par des noeuds si doux,
Madame, vous voulez m'attacher tout à vous.
El me faat de votre ame une pleine assurance:
Un amant là-dessus n'aime point qu'on balance.
Si l'ardeur de més feux a pu vous émouvoir,

Vous ne devez point feindre à me le faire voir;
Et la preuve, après tout, que je vous en demande,
C'est de ne plus souffrir qu'Alceste vous prétende ;
De le sacrifier, madame, à mon amour,
Et de chez vous enfin le bannir dès ce jour.

CÉLIME NE.
Mais quel sujet si grand contre lui vous irrite,
Vous à qui j'ai tant vu parler de son mérite ?

ORONTE.

Madame, il ne faut point ces éclaircissements;
Il s'agit de savoir quels sont vos sentiments.
Choisissez, s'il vous plaît, de garder l'un ou l'autre:
Ma résolution n'attend rien que la vôtre.

ALCESTE, sortant du coin il étoit.
Oui, monsieur a raison; madame, il faut choisir;
Et sa demande ici s'accorde à inon desir.
Pareille ardeur me presse, et même soin m'amene;
Mon amour veut du vôtre une marque certaine :
Les choses ne sont plus pour traîner en longueur,
Et voici le moment d'expliquer votre coeur.

ORONTE Je ne veux point, monsieur, d'une flamme importuno Troubler aucunement votre bonne fortune.

ALCESTE. Je ne veux point, monsieur, jaloux ou non jaloux, Partager de son cæur rien du tout avec vous.

ORONTE.

Si votre amour au mien lui semble préférable...

A.LCESTE.

Si du moindre penchant elle est pour vous capable...

ORONTE

Je jure de n'y rien prétendre désormais.

ALCESTE.

Je jure hautement de ne la voir jamais.

ORONTE.
Madame, c'est à vous de parler sans contrainte.

ALCESTE.

Madame, vous pouvez vous expliquer sans crainte.

ORONTE. Vous n'avez qu'à nous dire où s'attachent vos voux

ALCESTE.

Vous n'avez qu'à trancher, et choisir de nous deux.

ORONTE.

Quoi ! sur un pareil choix vous semblez être en peine!

ALCESTE.

Quoi! votre ame balance, et paroît incertaine !

CÉLIMENE. Mon dieu! que cette instance est là hors de saison ! Et que vous témoignez tous deux peu de raison ! Je sais prendre parti sur cette préférence, Et ce n'est pas mon caur maintenant qui balance : Il n'est point suspendu , sans doate, entre vous deux; Et rien n'est sitôt fait que le choix de nos voeux. Mais je souffre, à vrai dire, une gêne trop forte A prononcer en face un avea de la sorte: Je trouve que ces mots , qui sont désobligeants, Ne se doivent point dire en présence des gens; Qu'un cour de son penchant donne assez de lumiere, Sans qu'on nous fasse aller jusqu'à rompre en visiere; Et qu'il suffit enfin que de plus doux témoins Instruisent an amant du malheur de ses soins.

ORONTE.

Non, non, an franc aveu n'a rien que j'appréhende, J'y consens pour ma part,

ALCE STĖ.

Et moi, je le demande; C'est son éclat sur-tout qu'ici j'ose exiger, Et je ne prétends point vous voir rien ménager. Conserver tout le monde est votre grande étude: Mais plus d'amusement, et plus d'incertitude; Il faut vous expliquer nettement là-dessus, Ou bien pour un arrêt je prends votre refus;

Je saurai, de ma part, expliquer ce silence,
Et me tiendrai pour dit tout le mal que j'en pense.

ORON TE.

Je vous sais fort bon gré, monsieur, de ce courroux,
Et je lui dis ici même chose que vous.

CÉLIMEN E.
Que vous me fatiguez avec un tel caprice!
Ce que vous demandez a-t-il de la justice ?
Et ne vous dis-je pas quel motif me retient ?
J'en vais prendre pour juge Eliante qui vient.

SCENE II 1.
ÉLIANTE, PHILINTE, CÉLIMENE,
ORONTE, ALCESTE.

CÉLIMENE. Je me vois, ma cousine, ici persécutée Par des gens dont l'humeur y paroît concertée. Ils veulent, l'un et l'autre, avec même chaleur, Quejeprononce entre eux le choix que fait mon cour; Et que, par un arrêt qu'en face il me faut rendre, Je défende à l'un d'eux tous les soins qu'il peut

prendre.
Dites-moi si jamais cela se fait ainsi.

ÉLIANTE.
N'allez point là-dessus me consulter ici :
Peut-être y pourriez-vous être mal adressée,
Et je suis

pour
les gens qui disent leur pensée,

ORONTE.
Madame, c'est en vain que vous vous défendez.

ALCESTE.
Tous vos détours ici seront mal secondes.

ORONTE.
Il faut, il faut parler, et lâcher la balance.

ALCESTE.
Il ne faut que poursuivre à garder le silence.

[ocr errors]

ORONTE.

Je ne veux qu'un seul mot pour finir nos débats.

ALCESTE.

Et moi, je vous entends, si vous ne parlez pas.

SCENE I V.

ARSINOÉ, CÉLIMENE, ÉLIANTE,

ALCESTE, PHILINTE, A CASTE, CLITANDRE, ORONTE.

ACASTE, à Célimene. Madame, nous venons tous deux, sans vous déplaire, Eclaircir avec vous une petite affaire.

CLIT ANDRE, à Oronte et à Alceste. Fort à propos, messieurs, vous vous trouvez ici; Et vous êtes mêlés dans cette affaire aussi.

ARSINO É, à Célimene. Madame, vous serez surprise de ma vue. Mais ce sont ces messieurs qui causent ma vende: Tous deux ils m'ont trouvée, et se sont plaints à moi D'un trait à qui mon coeur ne sauroit prêter foi. J'ai du fond de votre ame une trop haute estime Pour vous croire jamais capable d'un tel crime; Mes yeux ont démenti lenrs témoins les plus forts, Et, l'amitié passant sur de petits discords, J'ai bien voulu chez vous leur faire compagnie Pour vous voir vous laver de cette calomnie.

ACÀSTE.

Oui, madame, voyons d'un esprit adouci
Comment vous vous prendrez à soutenir ceci.
Cette lettre par vous est écrite à Clitandre.

CLITANDRE.
Vous avez pour Acaste écrit ce billet tendre.

ACASTE, à Oronte et à Alceste. Messieurs, ces traits pour vous n'ont point d'obscurité,

« PrécédentContinuer »