Images de page
PDF
ePub

SGAN ÀRELLE.
Allons, te dis-je.

MARTINI.
Je n'en ferai rien.

SGANARELLE.
Viens, viens, viens.

MARTINE.
Non, je veux être en colere.

SGANARELLE.
Fi! c'est une bagatelle. Allons, allons.

MARTINE.
Laisse-moi là.

SGANARELLI.
Touche, te dis-je.

MARTINE
Ta m'as trop maltraitée.

SGA NARELLE. Hé bien! va, je te demande pardon; mets là la juain.

MARTINE.

Je te le pardonne; (bas, à part.) mais tu le paieras.

SGANAR ELLE.

Tu es une folle de prendre garde à cela : ce sont petites choses qui sont de temps en temps nécessaires dans l'amitié; et cinq ou six coups de bâton, entre gens qui s'aiment, ne font que ragaillardir l'af. fection. Va, je m'en vais au bois , et je te promets aujourd'hui plus d'un cent de fagots.

SCENE IV.

MARTIN E, seule.

Va, quelque mine que je fasse , je n'oublierai pas mon ressentiment; et je brûle en moi-même de trou ver les moyens de te punir des coups que tu m'as donnés. Je sais bien qu'une femme a toujours dans les mains de quoi șe venger d'un mari; mais c'est une punition trop délicate pour mon pendard: je veux ane vengeance qui şę fasse un peu mieux sen. tir; et ce n'est pas contentement pour l'injure que j'ai reçue.

SCENE, V.
V AL ER E, LUCAS, MARTINE.

LUCAS, à Kalere sans voir Martine. Parguienne! j'avons pris là tous deux une gueble de commission; et je ne sais pas, moi, ce que je pensons attraper.

VALE RB, à Lycas, sans voir Martine. Que veux-tu, mon pauvre nourricier? il fauļ bien obéir à notre maître : et puis , nous avons intérêt, l'un et l'autre, à la santé de sa fille, notre maitresse; et sans doute son mariage, différé par sa maladie, nous vaudra quelque récompense. Horace, qui est libéral, a bopne part aux prétentions qu'on peut avoir sur sa personne; et, quoiqu'elle ait fait voir de l'amitié pour un certain Léandre, tu sais bien que son pere n'a jamais voulu consentir à le recevoir pour son gendre. MARTIN E, répant à part, se croyant seule.

Ne pnis-je point trouver quelque invention pour me yepger?

LUCAS, à Valere. Mais quelle fantaisie s'est-il boutée là dans la tête, puisque les médecins y avont tous perdu leur latin?

VALERB, à Lucas. On trouve quelquefois, à force de chercher, ce qu'on ne trouve pas d'abord ; et souvent en de simples lieux...

MARTINE, se croyant toujours seule. Oui, il faut que je m'en venge à quelque prix que ce soit. Ces coups de bâton me reviennent au coeur, je ne les saurois digérer; et... ( heurtant Valere et Lucas.) Ah! messieurs, je vous demande pardon; je ne vous voyois pas, et cherchois dans ma tête quelque chose qui m'embarrasse.

3 Chacun a ses soins dans le monde, et nous cherchons aussi ce que nous voudrions bien trouver.

VALERE.

MARTINE.

Seroit-ce quelque chose où je vous puisse aider?

VALERE

faire;

Cela se pourroit faire; et nous tâchons de rencontrer quelque habile homme, quelque médecin particulier, qui pût donner quelque soulagement à la fille de notre maître, attaquée d'une maladie qui lui a ôté tout d'un coup l'usage de la langue. Plusieurs médecins ont déja épuisé toute leur science après elle : mais on trouve par fois des gens avec des secrets admirables, de certains remedes particuliers, qui font le plus souvent ce que les autres n'ont su et c'est là ce que nous cherchons.

MARTINE, bas, à part. Ah! que le ciel m'inspire une admirable invention pour me venger de mon pendard! (hailt.) Vous ne pouviez jamais vous mieux adresser

pour rencontrer ce que vous cherchez; et nous avons un homme, le plus merveilleux homme du monde pour les maladies désespérées.

VALERE. où

pouvons-nous le rencontrer ?

MARTINE. Vous le trouverez maintenant vers ce petit lien que voilà, qui s'amuse à couper du bois.

Hé! de grace,

LUCAS.

Un médecin qui coupe du bois!

VALERE. Qui s'amuse à cueillir des simples, voulez-vous dire?

MARTINE.

1

Non; c'est un homme extraordinaire qui se plait à cela, fantasque, bizarre, quinteux, et que vous ne prendriez jamais pour ce qu'il est. Il va vêtu d'une facon extravagante, affecte quelquefois de paroítre ignorant, tient sa science renfermée, et ne fuit rien tant tous les jours que d'exercer les merveilleux talents qu'il a eus du ciel pour la médecine.

VALERE. C'est une chose admirable, que tous les grands hommes ont toujours du caprice, quelque petit grain de folie'mêlé à leur science.

MARTINE. La folie de celui-ci est plus grande qu'on ne peut croire, car elle va par fois jusqu'à vouloir être battu pour demeurer d'accord de sa capacité; et je vous donne avis que vous n'en viendrez pas à bout, qu'il n'avouera jamais qu'il est médecin , s'il se le met en fantaisie, que vous ne preniez chacun un bâton, et ne le réduisiez, à force de coups, à vous confesser à la fin ce qu'il vous cachera d'abord. C'est ainsi que nous en usons quand nous avons besoin de lui.

VALERI'.
Voilà une étrange folie!

MARTIN E.

Il est vrai; mais, après cela , vous verrez qu'il fait des merveilles.

Y ALERE.
Comment s'appelle-t-il ?

VÅRTINE. Il s'appelle Sganarelle. Mais il est aisé à connoître: c'est un homme qui a une large barbe noire, et qui porte une fraise, avec un habit jaune et verd.

LUCAS.

Un habit jaune et yard ! C'est donc le médecin des parroquets ?

VALERE. Mais est-il bien yrai qq'il soit si habile que vous le dites?

MARTIA E. Comment! c'est on homme qui fait des miracles. Il y a six mois qu'une femme fut abandonnée de tous les aptres médecins: on la tenoit morte il y avoit déja six heures, et l'on se disposoit à l'ensevelir, lorsqu'on y fit venir de force l'homme dont nous parlons. Il lui mit, l'ayapt yue, une petite gogtte de je ne sais quoi dans la bouche; et, dans le même instant, elle se leva de son lit, et se mit aussitôt à se promener dans sa chambre comme si de rien n'eût été.

LUCAS

[ocr errors]

VALERE Il fallait que ce fût quelque goutte d'or potable.

MARTINE. Cela pourroit bien être. Il n'y a pas trois semaines encore qu'un jeune enfant de douze ans tomba du haut du clocher en bas, et se brisa sør le pavé la tête, les bras et les jambes. On n'y eut pas plutôt amené notre homme, qu'il le frotta par tout le corps d'un certain onguent qu'il sait faire; et l'enfant aassitôt se leva sur ses pieds, et courut jouer à la fos

LUCAS. Ah!

sette.

VALER L.

Il faut que cet homme-là ait la médecinę universelle.

MARTIN E.

Qui en doute ?

« PrécédentContinuer »