Images de page
PDF
ePub

Qu'il est joli! qu'il est joli!
Est-il des yeux qu'il ne ravisse?
Il passe en beauté feu Narcisse,
Qui fut un blondin accomplis

Qu'il est joli,

Gentil, poli!
Qu'il est joli! qu'il est joli!

Hi, hi, hi, hi, hi, hi, hi, hi. (Les trois magiciens chantants s'enfoncent dans

la terre, et les magiciens dansants disparoissent.)

SCENE I II.

LYCAS, PHIL EN E.

PEILENE, sans voir Lycas, chante.
Paissez, cheres brebis, les herbettes naissantes;
Ces prés et ces ruisseaux ont de quoi vous charmer:
Mais si vous desirez vivre toujours contentes,

Petites innocentes,
Gardez-vous bien d'aimer.

LYCAS, sans voir Philene. ( Ce pasteur, voulant faire des vers pour sa

maitresse, prononce le nom d'Iris assez haut pour que Philene lentende.).

PU'ILENE, à Lycas.
Est-ce toi que j'entends, téméraire ? Est-ce toi
Qui nommes la beauté qui me tient sous sa loi ?

LYCAS.

Oui, c'est moi; oui, c'est moi.

PHILENE.

Oses-tu, bien , en aucune facon,

Proférer ce beau noin?

LYCAS.

Hé! pourquoi non? hé! pourquoi non ?

[merged small][ocr errors][merged small][merged small]

PHILENE.

Je t'étranglerai, mangerai,
Si tu nommes jamais ma belle.
Ce que je dis, je le ferai,
Je t'étranglerai , mangerai;
Il suffit que j'en ai juré.
Quand les dieux prendroient ta querelle,
Je t'étranglerai, mangerai,
Si tu nommes jamais ma belle.

LYCAS.

Bagatelle, bagatelle.

SCENE IV.

IRIS, LY CAS.

SCENE V.

LYCAS, UN PAT R E. (Le pătre apporte à Lycas un cartel de la part

de Philene.)

/

SCENE VI.
LYCAS, CORYDON.

[blocks in formation]

PHILENE, LYCAS, PAYSANS. (Les paysans viennent pour séparer Philene et

Lycas.) QUATRIEME ENTRÉE DU BALLET. (Les paysans prennentquerelle en voulant séparer les deux pasteurs, et dansent en se battant.)

SCENE I X.

d'ap

CORYDON, LYCAS, PHILENE, PAYSANS. ( Corydon, par ses discours, trouve moyen

paiser la querelle des paysans. ) EINQUIEME.ENTRÉE DU BALLET. (Les paysans réconciliés dansent ensemble.)

SCENE X.

CORYDON, LYCAS, PHILENE.

SCENE X I.

IRIS, CORY DO N..

SCENE XII.

PHILENE, LYCAS, IRIS, CORYDON. (Lycas et Philene, amants de la bergera, la

pressent de décider lequel des deux aura la préférence.) PHILENE,

à Iris. N'attendez pas qu'ici je me vánte moi-même

Pour le choix que vous balancez;
Vous avez des yeux, je vous aime,

C'est vous en diré assez. (La bergere décide en faveur de Corydon.)

SCENE XIII.

PHILENE, LYCAS.

PHILENE chante.
Hélas ! peut-on sentir de plus vive doukur?

Nous préférer un servile pasteur !
O ciel !

LYCAS chante.
O sort!

PHILENE.

Quelle rigueur!

LYCAS.
Quel coup!

PHILE NE.
Quoi! tant de pleurs...

LYCAS.

Tant de persévérance...

PHILENE.
Tant de langueur...

LYÇAS.

Tant de souffrance...

PEILENE.
Tant de vous...

LYCAS.
Tant de soins...
PHILENE.

Tant d'ardeur...
LYGAS.

Tant d'amoar... ,

PHILENE
Avec tant de mépris sont traités en ce jour!
Ah! cruelle !

LYCAS.
Coeur dar!

PHILENE.

Tigresse !
LYCAS,

Inexorable!

PHILENE.
Inhumaine!

LYCAS.
Insensible!

PHILENE.)

Ingrate!
LYCAS.

Impitoyable !

PHILENE.
Tu veux donc nous faire mourir!

« PrécédentContinuer »