Images de page
PDF
ePub

LISETTE." Votre fille, toute saisie des paroles que vous lui avez dites, et de la colere effroyable où elle vous a va contre elle, est montée vîte dans sa chambre, et, pleine de désespoir, a ouvert la fenêtre qui regarde sur la riviere :

SGANAR ELLE.
Hé bien?

LISETTE.

Alors levant les yeux an ciel : Non, a-t-elle dit, il in’est impossible de vivre avec le courroux de mon pere; et, puisqu'il me renonce pour sa fille, je veux mourir,

6 GANARELLE, Elle s'est jetée ?

LISETTE. Non, monsieur : elle a fermé tout doucement la fenêtre, et s'est allée mettre sur le lit. Là, elle s'est prise à pleurer amèrement; et tout d'un coup son visage a pâli, ses yeux se sont tournés, le coeur lui a manqué, et elle est demeurée entre mes bras.

6 GA NARELLE. Ah! ma fille ! Elle est morte?

LISETTE. Non, monsieur. A force de la tourmenter, je l'ai fait revenir; mais cela lui reprend de moment en moment, et je crois qu'elle ne passera pas la journée,

S GAN ARELLE.
Champagne, Champagne, Champagne. "

SCENE VII.
SGANARELLE, CHAMPAGNE, LISETTE.

SGANARELLE.
Vite , qu'on m'aille quérir des médecins, et en

quantité. On n'en peut trop avoir dans une pareille aventure. Ah! ma fille! ma pauvre fille !

SCENE VIII.

PREMIERE ENTRÉ E.

Champagne, valet de Sganarelle, frappe en dansant aux portes de quatre médecins.

· SCENE IX.

Les quatre médecins dansent, et entrent avec cérémonie chez Sganarelle.

FIN DU PREMIER ACTE.

ACTE SECOND.

SCENE I.
SGANARELLE, LISETTE.

LISE TT E. Que voulez vous donc faire, monsieur, de quatre médecins ? N'est-ce pas assez d'un pour tuer une personne ?

SGAN AR E L L E. Taisez-vous. Quatre conseils valent mieux qu'un.

LISETTE. Est-ce que votre fille ne peut pas bien mourir sans le secours de ces messieurs-là ?

S GAN ARELLE.
Est-ce que les médecins font mourir? Mis

as ' LISETTĖ, . Sans doute; et j'ai connu un homme qui prouvoit, par de bonnes raisons, qu'il ne faut jamais dire, Une telle personne est morte d'une fievre et d'une fluxion sur la poitrine; mais, Elle est morte de quatre médecins et de deux apothicaires. ,

SGANARELLE.
Chut! n'offensez pas ces messieurs-là.

LISETTE. Ma foi, monsieur, notre chat est réchappé depuis peu d'un saut qu'il fit du haut de la maison dans la rue, et il fut trois jours sans manger, et sans pou. voir remuer ni pied ni patte; mais il est bien heureux de ce qu'il n'y a point de chats médecins, car ses affaires étoient faites, et ils n'auroient pas manqué de le purger et de le saiguer.

SGANARE L LĖ. Voulez-vous vous taire? vous dis-je. Mais voyez quelle impertinence! Les voici.

LISETTE. ; Prenez garde, vous allez être bien édifié. Ils vons diront en latin que votre fille est malade.

SCENE Į I. MESSIEURS TOMÈS, DESFONANDRÈS, MACRO

TON, BAHIS; SGANARELLE, LISETTE.

RELLE.

He bien, messieurs?

'M.'TOʻM È s. Nous avons vu suffisamment la malade, et sans doute qu'il y a beaucoup d'impuretés en elle.

SGANARE L L E. Ma fille est impure! ;

M. TOM È S. Je veux dire qu'il y a beaucoup d'impuretés dans son corps, quantité d'humeurs corrompues.

SGANAR ELLE.
Ah! je vous entends.

M. TOM È S.
Mais... Nous allons consulter ensemble.

S GANAR ELLE.
Allons, faites donner des sieges.

LISETTE, à M. Tomès. Ah! monsieur, vous en êtes !

SGANARELLE, à Lisette. .' De quoi donc connoissez-vous monsiear?

LISETTE. De l'avoir vu l'autre jour chez la bonne amie de madame votre niece.

M. TOM È S. Comment se porte son cocher ?

LISETTE. Fort bien. Il est mort.

M. TOMÈS. Mort?

LISETTE, Oui.

M. TOMÈS. Cela ne se peut.

LISETTE. Je ne sais pas si cela se peut, mais je sais bien que cela est.

M. TOM È S.
Il ne peut pas être mort, vous dis-je.

LISETTE.
Et moi, je vous dis qu'il est mort et enterré.

M. TOM È S.
Vous vous trompez.

LISETTE.
Je l'ai vu.

M. TOMÈS. Cela est impossible. Hippocrate dit que ces sortes de maladies ne se terminent qu'au quatorze, ou an vingt-un; et il n'y a que six jours qu'il est tombé malade..

LISETTE.

Hippocrate dira ce qu'il lui plaira; mais le cocher est mort.

SGANARELLE.

Paix, discoureuse. Allons, sortons d'ici. Messieurs, je vous supplie de consulter de la bonne maniere. Quoique ce ne soit pas la coutume de payer auparavant, toutefois, de peur que je ne l'oublie, et afin que ce soit une affaire faite, voici...

(Il leur donne de l'argent, et chacun en le recevant fait un geste différent.)

« PrécédentContinuer »