Images de page
PDF
ePub

N'ont pas toujours rendu de ces fameux services;
Il faut l'occasion ainsi que le pouvoir.
El le mérite enfin que vous nous faites voir
Devroit...

ALCESTE.

Mon dieu! laissons mon mérite, de grace; De quoi voulez-vous là que la cour s'embarrasse? Elle auroit fort à faire, et ses soins seroient grands D'avoir à déterrer le mérite des gens.

ARSINO É. Un mérite éclatant se déterre lui-même. Du vôtre, en bien des lieux, on fait un cas extrême; Et vous saurez de moi qu'en deux fort bous endroits Vous fûtes hier loué par des gens d'un grand poids.

ALCESTE.

Hé! madame, l'on loue aujourd'hui tout le monde,
Et le siecle par-là n'a rien qu'on ne confonde.
Tout est d'un grand mérite également doué;
Ce n'est plus un honneur que de se voir loué:
D'éloges on regorge, à la tête on les jette,
Et mon valet-de-chambre est mis dans la gazette,

ARSINOÉ.
Pour moi, je voudrois bien que, pour vous montrer

mieux, Une charge à la cour vous pùt frapper les yeux. Pour peu que d'y songer vous nous fassiez les mines, On peut, pour vous servir, remuer des machines; Et j'ai des gens en inain que j'emploierai pour vous, Qui vous feront à tout un chemin assez doux.

ALCESTE.

Et que voudriez-vous, madame, que j'y fisse ?
L'humeur dont je me sens veut que je m'en bannisse;
Le ciel ne m'a point fait, en me donnant le jour,
Une ame compatible avec l'air de la cour.
Je ne me trouve point les vertus nécessaires
Poar y bien réussir et faire mes affaires :

Etre franc et sincere est mon plus grand talent:
« Je ne sais point jouer les hommes en parlant;
Et qui n'a pas le don de cacher ce qu'il pense
Doit faire en ce pays

fort

peu de résidence. Hors de la cour, sans doute, on n'a pas cet appai Et ces titres d'honneur qu'elle donne aujourd'huiz Mais on n'a pas aussi, perdant ces avantages, Le chagrin de jouer de fort sots personnages ; On n'a point à souffrir mille rebuts cruels; On n'a point à louer les vers de messieurs tels , A donner de l'encens à madame une telle, Et de nos francs marquis essuyer la cervelle.

ARSINOE.

Laissons, puisqu'il vous plaît, ce chapitre de cour: Mais il faut que mon cour vous plaigne en votre

amour; Et pour

vous découvrir là-dessus mes pensées, Je souhaiterois fort vos ardeurs mieux placées. Vous méritez sans doute un sort beaucoup plus

doux,

Et celle qui vous charme est indigne de vous.

ALCESTE.
Mais, en disant cela, songez-vous, je vous prie;
Que cette personne est, madame, votre anije?

ARSINOÉ.
Oui. Mais ma conscience est blessée en effet
De souffrir plus long-temps le tort que l'on vous faite
L'état où je vous vois afflige trop mon ame,
Et je vous donne avis qu'on trahit votre flamme.

ALCESTE.
C'est me montrer, madame, un tendre mouvement;
Et de pareils avis obligent un amunt.

ARSINO E.
Oui, toute mon amie, elle est, et je la nomme.
Indigne d'asservir le cæur d'un galant homme;
Et le sien n'a pour vous que de feintes douceurs.

[ocr errors]

ALCESTE.

Cela se peut, madame; on ne voit pas les cæurs :
Mais votre charité se seroit bien passée
De jeter dans le mien une telle pensée.

ARSINOÉ.
Si vous ne voulez pas être désabusé,
Il faut ne vous rien dire; il est assez aisé.

[ocr errors]

ALCESTE.

Non. Mais sur ce sujet, quoi que l'on nous expose, Les doutes sont fâcheux plus que toute autre chose; Et je voudrois, pour moi, qu'on ne me fit savoir Que ce qu'avec clarté l'on peut me faire voir.

ARSINOÉ. Hé bien ! c'est assez dit; et, sur cette matiere, Voas allez recevoir une pleine lumiere.Qui, je veux que de tout vos yeux vous fassent foi. Donnez-moi seulement la main jusques chez moi: Là, je vous ferai voir une preuve fidele De l'infidélité du coeur de votre belle; Et si pour d'autres yeux le vôtre peut brûler, On pourra vous offrir de quoi vous consoler.

FIX DU TROISIEME A OTE,

ACTE QUATRIEME.

SCENE I.

ÉLIANTE,

PHILINTE.

PIILINTE.

Non, l'on n'a point va d'ame à manier si dure,
Ni d'accommodement plus pénible à conclure:
En vain de tous côtés on l'a voula tourner,
Hors de son sentiment on n'a pa

l'entrainei;
Et jamais différend si bizarre, je pense,
N'avoit de ces messieurs oocupé la prudence.
« Non, messieurs, disoit-il, je ne me dédis point,
« Et tomberai d'accord de tout, hors de ce point.
« De quoi s'offense-t-il? et que veut-il me dire ?
« Y va-t-il de sa gloire à ne pas bien écrire ?

Que lui fait mon avis qu'il a pris de travers ? « On peut être honnête homme, et faire mal des vers: « Ce n'est point à l'honneur que touchentces matieres. « Je le tiens galant homme en toutes les manieres, « Homme de qualité, de mérite et de cæur, Tout ce qu'il vous plaira, mais fort méchant auteur. « Je louerai, si l'on veut, son train et sa dépense, « Son adresse à cheval, aux armes, à la danse: Mais, pour louer ses vers, je suis son serviteur; Et, lorsque d'en mieux faire on n'a pas le bonheur, « On ne doit de rimer avoir aucune envie, « Qu'on n'y soit condamné sur peine de la vie». Enfin toute la grace et l'accommodement Où s'est avec effort plié son sentiment, C'est de dire, croyant adoucir bien son style:

« Monsieur, je suis fâché d'être si difficile,

Et, pour l'amour de vous, je voudrois, de bon cæur,
« Avoir trouvé tantôt votre sonnet meilleur»,
Et dans une embrassade on leur a, pour conclure,
Fait vite envelopper toute la procédure.

ÉLIAN TE.
Dans ses facons d'agir il est fort singulier:
Mais j'en fais, je l'avoue, un cas particulier;
Et la sincérité dont son ame se pique
A quelque chose en soi de noble et d'héroïque.
C'est une verta rare au siecle d'aujourd'hui,
Et je la voudrois voir par-tout comme chez lui.

PHILINTE.

Pour moi, plus je le vois, plus sur-tout je m'étonne
De cette passion où son cour s'abandonne.
De l'humeur dont le ciel a voulu le former,
Je ne sais pas comment il s'avise d'aimer;
Et je sais moins encor comment votre cousine
Peut être la personne où son penchant l'incline.

'ÉLTÁNTE.
Cela fait assez voir que l'amour, dans les cours,
N'est pas toujours produit par un rapport d'humeurs;
Et toutes ces raisons de douces sympathies,
Dans cet exemple-ci, se trouvent démenties.

PHILINTE. Mais croyez-vous qu'on l'aime, aux choses qu'on peut voir?

É LIANTE. C'est un point qu'il n'est pas fort aisé de savoir. Comment pouvoir juger s'il est vrai qu'elle l'aime? Son coeur de ce qu'il sent n'est pas bien sûr lui-même; Il aime quelquefois sans qu'il le sache bien, Et croit aimer aussi, par fois, qu'il n'en est rien.

PHILINTE.

Je crois que notre ami, près de cette cousine,
Trouvera des chagrins plus qu'il ne s'imagine;

« PrécédentContinuer »