Images de page
PDF
[ocr errors][ocr errors]

IL y a encore un autre Champigneule du Diocèse de Toul, Doyenné de Bourmont. L'Eglise a pourPatron saint Thiebault Collateur, le Commandeur de Robécourt; Décimateur, le même Commandeur pour les deux tiers; le Curé pour l'autre tiers. Le Seigneur du lieu a la moitié de la Dîme dans certaines contrées, l'Eglise de Rosieres dans quelques autres Terres. CourSouveraine de LorIalIlC. , Ily a dans l'Eglise Paroissiale deux Chapelles. I°. La Chapelle de Notre-Dame; Pa: tron, le Seigneur du lieu; revenu 51o. francs ; "charges, 24. Messes, II°. La Chapelle de saint Roch. Revenu dix francs; charge une Messe le jour de St. Roch. | Il y a dans ce Village 42. ou43. Habitans.

[merged small][ocr errors]

CHARDoGNE, Village du Diocèse deToul, dans le Barrois mouvant, situé entre laVille de Bar-le-Duc & l'Abbaye de Ste. Hoult, entre deux ruisseaux qui tombent dans l'Orney.

Juridiction du Juge des Seigneurs, Office, Recette & Bailliage de Bar, Présidial de Châlons, Parlement de Paris. La Paroisse a pour Patron saint Remi; les Seigneurs & l'Archidiacre de Rinel nomment à la Cure, M. le Marquis de Lenoncourt en est Seigneur,haut, moyen, & bas Justicier.

Ilya dans l'Eglise une Chapelle sous l'invocation de saint Sebastien, fondée par les Seigneurs qui cn ont la Collation. Le Curé est Décimateur pour un cinquiéme, & un quinzieme dans la grosse Dîme. Le Chapelain de la Chapelle de saint Sebastien pour un cinquiéme : les Seigneurs pour un cinquiéme, Mrs. Le Bégue & Didelot de Bar pour deux cinquiémes; le Curé a encore moitié dans la menuë Dîme & toutes les Novales; le Poüillé de Toul est un peu different de ceci, on peut le consulter. Il y a dans Chardogne environ deux cens Habitans.

La Maison de Chardogne étoit de l'ancienne Chevalerie, aujourd'hui éteinte , elleportoit de gueule à cinq annelets d'argent mis en Sautoir, au Lambel de trois pendans de même, cette Terre est passée à la Maison de LcIlOIlCOUlTt.

CHAR MES SUR - MOSELLE.

CHARME s, est une petite Ville située sur la Moselle, à une lieuë au dessous de Châtel, dans une situation fort agreable, avec titre de Prévôté, aujourd'hui Bailliage, ayant dans son District environ 24. Villages ou Hameaux. Il y a un Couvent de Capucins bâti en 1627. & une Maison de Filles du TiersOrdre de saint Dominique. Les Comtes de Toul étoient anciennementSeigneurs de Mirecourt & de Charmes, comme on l'infere de la Chartre de Mirecourt de l'an 1234. imprimée dans la nouvelle Edition de l'Histoire de Lorraine.

Cela paroit encore plus clairement par des lettres de la même année 12 34. par lesquelles,FridericComte de Toul, donne à Thirion Bamuset , la moitié du Four de Charmes; & la même année, le même Frideric céde à Arnoû Chevalier de Bresse, en Fief & Hommage, les Copelles du Marché de Charmes. En 1269. Ferride Charmes qui fut Fils d'Hetedon, dit Comte de Toul, affranchit les Bourgeois de Charmes & régle les redevances

qu'ils

qu'ils lui devoient payer chaque année; sçavoir par tête, cinq sols toulois , s'ils demeurent dans leur propre maison, & deux sols & demi s'ils demeurent en maison d'autrui : tant , par Bête tirante, tant par Vache, tant par Cheval. Si les Bourgeois ne payent aujour marqué, le Seigneur pourra ne les pas recevoir le lendemain, sinon au double de la somme duë. Il régle les amandes de Mésus, & ordonne que le Bourgeois quiétant commandé pour aller hors de laVille à la suite de son Seigneur,pour faire proye, ou pour faire semblant chose, faitrefus d'y aller, payera douze sols d'amande. • Si le Bourgeois est commandé pour aller à la chevauchee du Seigneur, il se défrayera le premier jour & la premiere nuit ; après cela, il sera défrayé aux § du Seigneur. Tout le reste est presque le même que dans la Chartre de Mirecourt. Le Maire, le Doyen, & le Juré ne seront en charge qu'une année. Le Bourgeois de Charmes ne peut porter témoignage contre les Gens de la Famille du Comte, ni réciproquement la Famille du Comte contre les Bourgeois. Pour assurance de ces promesses, le Seigneur Ferri de Charmes donne pour garant Ferri III. Duc de Lorraine, & consent que si lui Ferri, Seigneur de Charmes n'exécute pas ses promesses envers les Bourgeois de Charmes, ledit Duc Ferri tienne en Fief la Ville de Charmes du consentement dudit Seigneur; & comme il n'avoit point de Sceau particulier, il a prié le Duc Ferri de mettre le sien à ces Lettres, qui furent faites le jour des Bures, au mois de Mars 1269. on 127o. avant Pâques. Depuis un certain tems, on connoit dans le pays, une Maison considérable qui porte le nom de Charmes, & qui pourroit descendre, au moinspar les femmes,desanciensSeigneurs de Charmes,comme Eudes deCharmes en 131o. qui vend au Prince Maheu de Lorraine, pour 2oo. livres de petits Forts , vingt livrées de terre sur le Ban de Haixo. Et en 1326. Eudes de Charmes, renonce au droit de rachat des vingt livrées de terre venduës par lui en mille trois cent vingt. Et en1444. Nicolas de Charmes reprend du Duc René l. la moitié des Droitures & Coelles de Charmes. En 15o4. Jean de Charmes, reprend du Duc René II.les mêmesDroitures. Les Ducs de Lorraine, & en particulier le FerriIII. avoit acqui des Seigneurs de Charmes, dès l'an 1285. les Fiefs, Forteres· ses & Hommes de garde, qu'ils avoient à · Charmes. Voyez la Généalogie des Comtes de Toul. Depuis ce tems, c'est-à-dire, depuis 1285. les Ducs de Lorraine sont démeurez ` Seigneurs Souverains & Propriétaires de la Ville de Charmes.

En 1 5 1 I. il y a dans l'Archive de Lorraine, une reprise de Guillaume Desarmoises, des Copclles du Four de Charmes, dont il joüissoit, à cause de Marguerite de Charmes son Epouse. En 1 527. le 1 1 , Mars, Thomas Desarmoises fut fait Capitaine de Charmes. En 1619. les Copelles de Charmes furent données au Sieur deMarainville, à vie. En 1614.le Bois De la Wêpre près Charmes, fut donné au Sieur d'Anglure,pour les eslarter & y construire maison. En 1 562. le 25. Janvier, Nicolas Desarmoises, au nom de ses Freres & Sœurs, vendit au Duc Charles III. tous ses droits & actions sur le Four Bannal de Charmes, Maison & Affoüage en dépendants, moyennant, 2 5oo.francs, Le Duc Charles III. en 16o6. par son Testament, donne au Cardinal Charles de Lor- # raine son second Fils, les Ville, Château & § ' Segneuries de Charmes, & au cas que le Pré- page 145». lat voulût rétablir le Chateau de Charmes, il veut que le revenu de cette terre, vaille audit Cardinal annuellement, la somme de vingt mille francs Barrois. Charmes souffrit beaucoup pendant la Histoire de guerre du Duc Charles de Bourgogne contre #e : le Duc René II. La Ville fut assiegee, pillée & 7 . brûlée par le Duc de Bourgogne en 1475.Il page nos. n'y avoit dans la Place que quarante Gascons, commandez par le Petit-Picard; la Garnison fut penduë aux Saules qui étoient près la Ville, uelques années auparavant & pendant l'absence du Duc Nicolas en 147I. le Maréchal de Bourgogne étant Maître de Chatel- Ibidem. sur-Moselle, les Bourgeois de Charmes firent la petite guerre sur ceux de Chatel, & enlevérent leurs troupeaux. Ceux de Chatel userent de réprésailles. Le Conseil de Régence de Lorraine étoit résidant à Charmes, & ordonna le siége de Chatel. Cette Ville, apparamment, auroit été forcée, si le Duc Nicolas, qui étoit à Paris, ne l'cût donnée avant sa prise à un Seigneur de Clermont, ce quirallentit extrêmement le courage des Assiégeants & les portaà s'accommoder avec la Garnison. Pendant les dernieres guerres de Lorraine sous le Duc Charles IV. en 1 637, ce Prince reprit la Ville de Charmes & quelqu'autres Places, qui étoient occupées parles François. Peu de tems après le Colonel Gassion profitant de l'absence du Duc Charles qui étoit à Besançon, occupé de son Mariage avec Madame de Cantecroix, † Charmes, la surprit, l'escalada & y mit le feu; la flâme gagna si rapidement les maisons, qu'apeine les Soldats ennemis eurent le loisir de piller la

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[merged small][ocr errors]

pages 1 1 1.

-

Ville ; elle fut réduite en cendres presqu'en

un moment. Le Traité de Charmes passé en 1633. en

Lorraine. Le Cardinal se rendit à Charmes sur les cinq heures du soir du 18. Septembre, accompagné du Cardinal de la Valette ; du Nonce † Pape , & de quantité de Seigneurs. Le Duc n'y arriva que sur le minuit ; il ne vit le Cardinal , que le lendemain , ils eurent ensemble de longues conferences , sans pouvoir rien conclure. Le Cardinal l'ay•ant rencontré qui revenoit de la Messe , lui persuada de venir trouver le Roi Louis XIII. qui étoit à la Neuve-ville près Nancy , Charles y consent, & sur le champ on dresse un acte , par lequel le Duc ratifie le Traité de Nancy, passé avec le Duc Nicolas-François, son Frere ; auquel on ajoute deux articles ; 1°. Que le Duc pourroit faire sa demeure à Nancy , avec tous les honneurs dûs à son rang 2°. Que si dans trois mois il accomplit les conditions de l'accord , le Roi

lui restituera Nancy , dont les fortifications

[ocr errors]
[ocr errors]

Charmes est à sept lieuës de Nancy , six de Lunéville, cinq d'Epinal, deux & demie de Mirecourt, &deux de Bayon. Le Bailliage de Charmes se régit par la Coutume de . Lorraine , & le Village de Vincey , par celle d'Epinal. La Ville de Charmes a produit quelques Ecrivains célèbres, comme Jean Ruyer, Chanoine de St. Diey ; Nomesius, Auteur d'un Parnasse poètique ; Alberi , Auteur d'une Vie de St. Sigisbert ; le P. Thomas, Capucin, Auteur d'une Théologie morale. · On voit dans l'Eglise Parroissiale, une fenêtre en verre peint, faite en 1293. par les Tailleurs & Cordonniers de Charmes, en l'honneur des Sts. Crépin & Crépinien.

[ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]

monumcns qui s'y remarquent, ne sont nullement antiqucs.

il cantonna ses Troupes à Charny , Vatronville & Dieuë , & empêcha qu'il n'entrât des vivres dans la Ville , ce qui obligea les Bourgeois de recourir à sa clémence, & de promettre avec serment, de ne faire dèsormais aucune entreprise contre sa Jurisdiction. V. Cependant les principaux Citoyens s'étant rendus secrêtement à Aix - la - Chapelle , avoient obtenu du Roi des Romains, la confirmation de tous leurs Privilèges, avec pouvoir d'établir sept Jurés, & un Sou-doyen, pour gouverner la Ville au nom de l'Empéreur , & quatorze Echevins, pour y rendre la Justice, après avoir été présentés à l'Evéque , par pure cérémonie , sans être obligés d'avoir son approbation. Le Diplome etoit du 31. Mars 1227. L'Evêque Raoul de Torote , ayant eu connoissance de ce Diploi ne subreptice, se pourveut aussitôt, & ayantreprésente à l'Eméreur Henri, que ces lettires étoient prejudiciables aux droits de son Eglise, il en obtint aisément la révocation , par des Lettres Patentes dattées de Vorms , le 6. des calendes de May 1227.Ces différens furent terminés par un traité de Paix , par lequelle Prélat cédoit aux Bourgeoi : l'administration

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]
[ocr errors]

rent de les y aller forcer, & : sortirent de la Ville le Lundy d'après la St. Barthelémi , 1226. au nombre de douze - ou treize mille Hommes. L'Evêque Guide | Mello, quiétoit sorti de Charny,avec environ trois censHommes de ses Gens, ayant apper :çu l'Armée des · Bourgeois, gagna le haut c l'une montagne ur fondre sur eux , lorsqu 'ils passeroient. l les attaqua avec tant de vj gueur, qu'il les

mit en fuite, & les obligea c le lui demander

la Paix, puis retourna Victor ieux à Charny.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

• Duc Raoul , qui étoit a%rs à l'armée du
Roi Philippe de Valois; à son retour il trou-
· va l'esprit de l'Evêque Ademare fort aigri
-contre la Duchesse Isabelle Régente, car le
· Duc Raoul , n'étoit pas encore en majorité ;
· le Prélat avoit amassé beaucoup de Troupes,
-& avoit attiré dans son alliance , le Comte
- de Bar , & quelques autres Seigneurs du
-Pays.
La Guerre fut déclarée de la part de l'E-
vêque , en 1 342. & les bostilités commen-
• cèrent dès lors de part & d'autre, avec beau-
· coup de vivacité , tout le Pays en reslentit
les violens effets. Le Comte de Bar , étant
- mort en I 344. on songea de part & d'au-
tre , à faire la paix. On prit pour Arbitre
le Comte de Luxembourg, qui en régla les
conditions en cette sorte. Que l'Evêque
· payeroit au Duc Raoul , dix milles livres ;
qu'au lieu de Moïen & de Remberviller,
· qui avoient été cédés au Duc , l'Evéque
Ademare lui laisseroit en toute hauteur ;
Turkestein , & tout ce qu'il possédoit dans

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
« PrécédentContinuer »