Images de page
PDF

renduë à la Duchesse dès le sept Décembre de la même année. Les Ducs de Bar en demeurèrent en pos'session, & en firent hommage à l'Evêque de Le, 7.7uil- Verdun; on remarque en particulier qu'en let, : 399. 1399. Robert Duc de Bar fit ses reprises de Thiébaut de Cusance, Evêque de Verdun. En 1436. Le Duc René fit pareilles reprises · de Louis d'Haraucourt, Evêquc de Verdun ; · ce que ses Successeurs Ducs de Bar, & Ducs - de Lorraine, continuèrent de faire. Le Duc Antoine ayant été inquiété par les · Officiers Royaux, qui prétendoient que Clermont relevoit du Comté de Champagne, le | Duc Antoine fitvoir au contraire, que de tout •tems ceux de Clermont avoient relevé leurs appellations aux grands jours de St. Mihiel, & que Clermont étoit un Fief, que lui & lcs Longuerue Ducs ses Prédécesseurs, avoientrepris des Evêdescription ques de Verdun. Le Roi par le traité de Rude la fran- milly, de l'an 1 539. déclara que le Duc de o ° o Lorraine joüiroit de Clermont , comme ses * o * Prédécesseurs en avoient joüi. L'Evêque de Verdun, Nicolas Psaume,dans · l'hommage qu'il fit à l'Empereur, en 1548. y comprit Clermont en Argonne , & le Duc " Charles III. traita avec le même Evêque, le- quel en 1564. moyennant une petite récompense, lui céda tous les droits de Fiefs, & les devoirs, dont étoient tenus les Ducs de Bar, envers les Evêques de Verdun pour Clermont, Vienne, Varenne & autrcs lieux; ainsi Cler· mont en Argonne a été compris dans les investitures impériales données par les Empercurs Ferdinand I. Rodolphe II. & Ferdinand II. aux Ducs Charles III. & Henri II. de Lorraine. - o #ristoire de Après la Bataille de Bulgnéville, & penLorraine » dant la prison du Duc René I. on donna à

[ocr errors]

té de Clermont, avoit été donné pendant la

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Comté de Blamont, & des Seigneuries de Clermont en Argonne, & de Hatton-châtel ;

[ocr errors]

rentrèrent ensuite dans ces Seigneuries, apparemment , par quelqu'ajustement avec la Duchcsse de Brunsvich, ou après sa mort. Le Duc Charles IV. étant imprudemment entré en guerre avec la France, fut obligé en 1632. par le traité de Liverdun, & ensuite par le traité de Paris de 1 641, de céder au Roi Louis XIII. le Comté de Clermont en Argonne, ce qui fut confirmé en ce qui regarde Clermont, par les traites des Pirenées & de Vincennes. Le Due Charles lV. eut beau protester à Epinalle 28. Avril 1641. de nullité contre tout ce qu'on lui avoit fait signer à Paris, protestant en particulier qu'il n'avoit jnmais eu intention de distraire de son Duché de Bar, le Comté & la Ville de Clermont; ces traités furent rigoureusement exétes. Les Villes de Stenay, Jametz & Dun, demeurèrent à la France. Le Roi Louis XIV. donna en pleine propriété le Comté de Clermont, à Louis de Bourbon, Prince de Condé, qui en vertu du traité des Pirenées, ratifié par le Duc de Lorraine, en 1661. au traité de Vincennes, en a toujours joüi, & en joüit encore, o Le même Duc Charles IV. avoit cédé en Ibid. p4go 1 634. au Duc Nicolas-François, son Frére, ** pour Dot de la Princesse Claude, qu'il devoit épouser, les Comtés de Clermont, Stenay, Jametz & Dun ; mais il jugeoit bien que cette cession seroit sans effet. La Duchesse Nicole, Epouse du Duc Charles IV. fut obligée de renoncer à ses oppositions formées contre la cession faite au Prince de Condé, des Villes & Comté de Cler- mont, Stenay , Jametz & Dun. La Reine, Ibid. page Mere de Louis XIV. fit offrir en 1652. au 465.' ^ : Düc Charles IV. de lui faire rendre le Comté de Clermont, s'il vouloit prendre son parti contre les Princes ; Mais Charles refusa ces offres , & continua la Guerre. En 1654. le Vi-Comte de Turrenne, en- lbid.page .

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Forteresse de Clermont étant jugée inutile chevêque de Tréves, qui mourut en 126o. Pour la défense des Frontieres, fut rasée & la fit entourer d'un rempart de terre , d'une

demantelée.

Prieuré de Belchamp en Argonne.

Histoire de , Le Prieuré de Belchamp en Argonne, proLorraine , che la Ville de Clermont, est de l'Ordre du # # Val-des-Ecoliers, & fut fondé en 1225. par 7/ef ,†. Henri Comte de Bar, qui lui assigna des re§. venus suffisans pour y entretenir une petite & ccccxiv Communauté. Les Comtes & Ducs de Bar,ses Successeurs, y ajoutèrent de nouveaux biens ; ce qui n'a pas empêche que ce Prieuré ne soit demeuré dans une assez grande médiocrité.En 1368. Iolande Comtesse de Bar, ayant fonde au Château de Clermont, une Chapelle sous l'invocation de St. Oricle, ou odelric , la donna aux Religieux de Belchamp. St. Didier Evêque de Langres, est Patron de l'Eglise de Clermont. On y conserve dans un Reliquaire d'argent, des Reliques de ce Saint, approuvées par le Grand Vicaire du Prince François, Evêque de Verdun ; elles avoient été données par Sébastien Zamet, Evêque de Langres. La Cure étoit autrefois à la présentation de l'Archidiacre d'Argonne ; elle est à présent à celle duChapitre de Verdun, , auquelunArchidiacre la céda. Le Bailliage du Comté de Clermont, est séant à Varennes.

[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors]
[ocr errors]

ans après en 129 I. les Bourgeois de Coblens,

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Tom. I. page 25.' : b ) j# lib. 4. de Bello Gallico.

[ocr errors]

De Honthem t. 2. page 866. JNot.

[merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors]
[ocr errors][merged small]
[ocr errors]
[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]

lui fut confirmé par l'Empereur Albert, le vingt-cinq Août 1298. & encore par l'Empcreur Henri VII. en 13o9. le 15. Septembre, en faveur de l'Archevêque Baudoüin, auquel il accorde & à ses Successeurs , la faculté de racheter cette Terre, en rendant les sommes pour lesquelles elle aura été engagée, & qu'il en joüira de même que ses autres revenus qui n'ont pas été engagés. Cette Ville ayant été affligée d'une cruelle peste pendant plusieurs années, l'Archevêque de Tréves, lui accorda en 1426. l'exemption des charges ordinaires pour l'espace de dix ans. Cocheim a beaucoup souffert pendant les Guerres du Palatinat , le Marquis de Bouflers en 1688. se rendit Maître de Cocheim , y tua, ou fit prisonnies seize cens Brande-bourgeois, & saccagea la Ville.

COEURS , ou KOEURES.

CoE URs ou KoEURE s, nommé en latin Histoire de Coria, ou Ulmus; dans la Chartre de Fonda- Lorraine » tion de l'Abbaye de St. Mihicl en 7o9. Le # Po* Comte Vulfoad , donne à cette Abbaye ce * qui lui appartenoit à Ulme, nommée vulgairement Coria. In Villa que dicitur ulmo, que in populo vocatur coria. Le Pape PascalII. confirmant les biens de l'Abbaye de St. Mihiel en I I o6. y met la petite Cœurs, parva Coria. Hist.Leth. Ilyacn effet deuxVillages de Cœurs, la gran- t.1.p.523. de & petite Cœurs , fituées sur la Meuse au couchant de ce fleuve , entre St. Mihiel & Commercy. Dans le titre de l'an 13o1. où Henri Comte de Bar, soumet son Duché de Bar, à l'hommage du Roi Philippe le Bel, il nomme expressement les deux Cœurs, comme faisant partie du Barrois mouvant, ce qui ne se voit pas dans la plûpart des Exemplaires de ce titre, quin'ont pas été fidélement coppiés. Cœurs , est donc un lieu très ancien, mais qui n'est aujourd'hui remarquable par aucun endroit, que par son Château, qui a servi de demeure à Marguerite de Lorraine, Reine d'Angleterre,pendant six ans,depuisl'an 1464. jusqu'en 147o. Nous y avons encore vû l'Appartement qu'elle occupoit , & où l'on remarquoit ses Armes , & quelques peintures dans les vitraux , avant qu'on eût rétabli ce Château en l'état où il est aujourd'hui , appartenant aux Héritiers de Mr. Barrois de Manonville. ". Le Duc Erric, ou Henri de Lorraine , Evê- Histoire de que de Verdun, en 16o6. résidoit au même Verdun, p. Château de Cœurs, lorsqu'il donna le six Juil-495let de cette année, une Ordonnance , pour faire informer contre les Auteurs d'une Requête qui demandoit établissement d'une Chambre Royale à Verdun. Le Prince François de Lorraine, Evêque Iiidem F. de Verdun , se retira au même Château de 514.

[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

Cœurs en 1626. & il fit afficher à Verdun un Monitoire contre ceux qui s'emparoient des Biens de l'Eglise, à l'occasion des démolitions qu'on avoit faites en l'Abbaye de St. Vanne, pour y bâtir une Citadelle. Cœurs la grande, est quelquefois écrite Kiévres, ou Quievres. St. Martin est Patron de l'Eglise : la Cure est à la présentation de l'Abbé de St. Mihiel. Cœurs la petite, Annéxe de la grande, elle aSt. Remi pour Patron. On lit dans les Archives de Lorraine, qu'en 14o9. la Terre de Cœurs fut donnée à Jcan d'Armenéville, & qu'en 15o4. elle fut engagée pour deux mille francs Barrois, & que la même année 1 5o4. Mahaut Desarmoises, ayant épousé par complaisance, pour ses Pere & Mere,Jean Darmenéville,ou Darméville, Seigneur Usufruitier de Cœurs; le Duc René II. donna son consentement à ce que ladite Mahaut & ses Enfans , joüissent du Château de Cœurs , & de ses revenus, comme aupaT2ValIlt. En 1523. Cette Seigneurie fut engagée à Jean d'Auviller, pour quatre millc frans, & en 1 526. elle fut vendue à Robert de Viller, pour deux mille frans, à faculté de rachat.

[merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small]
[ocr errors]

' f 594 par Dom Nicolas Jobal, Religieux &

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]

viron cent - cinquante Habitans. · Il y a dans l'Archîve de Lorraine un trèsrand nombre d'Eerits au sujet de Columbey§ dont la Seigneurie étoit contestée par diversSeigneurs Jean Sire de Choiseuil lui donna des Chartres de franchise au mois d'Août 1338. confirmées le même jour par · Edoüart , Comte de Bar, & le 1 2. Octobre 1586. par le Duc Charles III.

C O M M E R C Y. Prieuré de Breuil, Collégiale de St. Nicolas.

LA Ville de Commercy ou Commarcy, (a) * comme elle est nommée dans les anciens monuments, tire son Nom de Marcha qui signifie limité, parce qu'elle se trouve située sur la Meuse, qui est une Limite entre la France & la Lorraine. Dans les Tables de Peutinger, · on trouve Fines sur la Meuse entre Nasium & Tullum. Ces Limites ou Fines peuvent marquer ou Commercy, ou Void, toutes deux sur la Meuse , mais plutôt Commercy, Marcha & Fines sont synonimes. Commercy est une Terre, pour ainsi dire, | isolée & independante de la Lorraine & du 3arrois, n'ayant jamais été unie ni incorporée ni à l'une ni à l'autre, nijuridiciable à leurs · Chambres des Comptes. Les Loix, Coutumes o & Ordonnances de ces deux Duchés n'ont été ni publiées, ni observées dans la Terre de | Commercy; il a ses Usages , Juridictions & , Justice particuliere; & les Charges, Tailles & Redevances dont ses Bourgeois sont attenus, · n'ont ricn de commun avec les autres Sujets • des Duchés de Lorraine & de Bar , ce qui se peut prouver depuis plus de trois cents ans. Aujourd'hui Commercy est le Chef-lieu d'une Principauté. Office, Recette, & Bailliage. Cour Souveraine de Nancy. Le Bailliage de Commercy comprend environ trente cinq Bourgs,Villages ou Hameaux. LaVille de Commercy, les Villages d'Euville & de Lerouville, sont Pays de Droit écrit. Chonville, Méligni-le-grand, Ménil-la-horgne, la Neuveville-au-Rupt & Ville-Issey, suivent la Coutume de Vitri-le-François. Les autres Lieux de la dépendance, sont régis par les | Coutumes de Lorraine & deSaint-Mihiel. La Mesure est le Boisseau ou Bichet, celui de Froment pèse environ cinquante livres. Il y avoit § à Commercy un Tribunal, appellé la Cour des grands Jours. Il fut supprimé par · Edit du 23. Janvier 1723. quelques jours après la mort du Prince de Vaudémont La Terre de Commercy a été possédée anciennement par des Seigneurs particuliers. En 967. on connoit les Scigncurs de Commercy; on verra cy-après Ricuin, Seigneur de ·Commercy, Pere de l'Evêque de Toul de mêmc nOm , mOrt cn I 2.2.6. ::

[ocr errors]
[ocr errors]

Voyez les

de Bouzonville, qui appartenoit à Thierri, Pro de

en échange de Commercy, qui appartenoit à l'Evêque de Metz.

[ocr errors]
[ocr errors]

· licu ; car les Ducs de Lorraine ont toujours

[ocr errors]

Toutes les Croniques du Pays marquent

[ocr errors]
[ocr errors]
[merged small][ocr errors]

sous l'an 823. près la Ville ou le Village de de Lorr, Commercy, qu'une Fille agée de douze ans, 7om. I. demeura trois ans sans prendre de nourriture, P# 5oo

jusqu'au mois de Novembre 825. qu'elle commença à manger à l'ordinaire. Le Prieuré de Notre Dame de Breüil proche Commercy fut fondé vers l'an 1o9o. & donné à l'Abbaye de Molesmes. En 1o96. Pibon Evêque de Toul, renouvella & confirma cette donation, & y ajouta la Cure de Commercy. En 1 124. Ricuin de Commercy, Evêque de Toul, confirma la même donation , mais comme l'Abbaye de Molesme, à † ce Prieuré & la Cure de Commercy sont donnez, étoit du Diocèse de Langres, les Evêques de Toul , Pibon & Ricuin, obligent l'Abbaye de Molesme de donner, outre les Cens ordinaires que chaque Paroisse devoit à fon Evêque, à Pibon, six deniers Toullois par

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][ocr errors]

Il y a beaucoup d'apparence qu'avant la

Fondation du Prieuré de Breüil proche Commercy, il y avoit au même endroit des Filles dévotes, qui y demeuroient & qui furent ensuite transferécs au Monastere de saint Maur de Verdun, (b) où elles continuerent à chanter les louanges de saint Pantaleon. A ces Filles, succéderent des Religieux Benedictinstirez de l'Abbaye de Molesme. La Paroisse de Commercy est dédiée sous le Nom de saint Pantaleon, Martyr de Nicomcdie. Brunon Archevêque de Cologne, ayant été envoyé par l'Empereur Othon I. de mander en mariage à l'Empereur d'Orient sa Fille Theophanie, pour le Prince Othon II. fon Fils; l'Empereur d'Orient donna par pre

[ocr errors]
[ocr errors]
« PrécédentContinuer »