Images de page
PDF
[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]
[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][graphic]

dans l'Abbaye de saint Mansuy. Ricuin, Seigneur de Commercy, donna à l'Eglise de Toul, en considération de son Fils, une partie de la Seigneurie de Commercy ; sçavoir, la moitie du Château , la moitié de la Rivière de Meuse avec la Pêche, les Villages de Méligny, Vaulx, Saulx, Rélouville, Pont, Chonville, Fontoy, Morville, Tantonville, Maceronville, Gironville; ce qui fut agréé par la Sœur de Ricuin. Les Villages de Morville & de Maceronville ne subsistent plus; ils étoicnt situez l'un entre Vignot & Euville, & l'autre entre Vignot & Boncour. Les Evêques de Toul possédoient encore quelque chose à Commercy en l'an 14o8.je ne sçaisi Ricuinreprenoit le Châtcau de Commercy de l'Evêque de Metz, je n'en trouve rien dans les Monumens qui sont | venus à ma connoislance. A, io. , Maisjesais que, depuis ce tems, on trouve # # plusieurs fois & hommages rendus par les Seinealag. des geurs de Commercy, aux Evêques de Metz, Grands de comme on le verra cy-après. la Couron- LaTerre & Seigneurie de Commercy entra oooooran- dans la Maison de Sarbruche par le Mariage de * #s'• Simon IV. Comte de Sarbruche, Fils de Maheu de Sarbruche, & d'Amé de Mont-faucon. | Ce Simon IV. Comte de Sarbruche, descendoit de Renaut I. du nom, Comte de Bar, mort en 1 14o. qui eut plusieurs enfans; entre autre, Etiennette de Bar, qui épousa en 1 14o. Hugeus Il I. du nom, Seigneur de Broyes, de * Château Villain & de Commercy. De ce Mariage sortit Simon de Broyes, Sei† de Commercy, qui fut Pere d'Elisa

[ocr errors]
[ocr errors]
[merged small][ocr errors]

Priere de Gobert, Scigneur d'Apremont, à qui ces Eglises appartenoient, par la concession de l'Evêque de Toul. Il leur donna aussi la Léproserie de saint Aubin, & défend d'yintroduire à l'avenir d'autres Lépreux. Il donne aux Chanoines de Commercy , le droit & l'exemption de Communauté, & défend d'introduire jamais parmi eux une autre sorte d'habillement. On y voit le sceau de Mathieu , Avoüé de Commercy, & de plusieurs autres Personnes ; le Fondateur se réserve le droit de confirmer le Prevôt élu par le Chapitre, & accorde au Prevôt & aux Chanoines, le droit de nommer aux Prébendes, lorsqu'elles viendront à vaquer. Simon de Sarbruche en 1 324, du consentement de Maheu d'Apremont, sa Femme,

& de Jean leur Fils, affranchit ses Sujets de

la Terre de Commercy , moyennant certaincs redevances, & certaines servitudes, qu'ils lui devront payer chaque années aulieu qu'auparavant il prenoit dans ce lieu, à sa volonté, le haut & le bas, le plus & le moins. Simon eut pour Fils, Gautier de Sarbruche. Robert de Sarbruche, relevoit de l'Evêque de Metz pour cette partie de la Terre de Commercy qu'il tenoit : car en 1248. la Veuve de Gauthier de Commercy , Gauticr & Henri, ses Fils , rendent leurs fois & hommages à Jacques de Lorraine , Evêque de Metz, pour le Fief de Commercy, & ses dépendances. On raconte que Henri de Vaux, ou Henri Lenoir, Chevalier Champenois, étant assiégé dans le Château de Commercy, par les Anglais , & Barthelémi de Bonnes , ou de Brunes, quicommandoit au siége, ayant par dehors fait sapper la plus grande partie du Château, en sorte qu'il ne restoit qu'à mettre le feu pour accabler les Assiégés sous les ruines, Barthelémi de Brunes , somma Henri de sortir pour parlementer; il sortit lui quatriéme, & ayant vû de ses yeux le danger dont il étoit menacé, dit à Barthelémi; certainement vous avez bonne cause , ce que fait en avez, vient de grand gentillesses si, nous rendons à votre volonté, les print Messire Barthelémy comme ses Prisonniers , & les fit lors hors de la Tour partir, & uns c# autres, & leurs Biens aussi, c3- puis fît bouter .efeu à la Mine. Si ardirent les étançons , co puti quand ils furent ars , la Tour qui étoit mallement grosse, s'ouvrit & se partit en deux, c3 renversa d'autre part. Ceci arriva l'an 1359. Il paroit par le récit de Froissart, que ce Château étoit près de Commercy , & appartenoit à l'Archevêque

[ocr errors][merged small][ocr errors]

e) Voyez ce que j'ai dit de laVille deSarbruche entraitant de la Généalogie de la Maison de subruche

2.39.

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

-
de Reims. Or je ne connois aux environs de
Commercy , aucun Château appartenant à
l'Archevêque de Reims , aussi Mr. Marlot,
dans son Histoire de Reims, a fort bien fait
voir qu'en cette endroit, il ne s'agit pas de
Commercy, mais de Cormicy, en latin , Cul-
misiacum , Terre appartenante à l'Archevê-
que de Reims ; ce que j'ai jugé à propos de
rapporter ici, pour précautionner ceux quili-
ront Froissart & Michel de Montagne, quira-
portent ce fait, où ils lisent tous deux Com-
mercy, aulieu de Cormicy. -
En 1349. Jean, Comte de Sarbruche, &
Seigneur de Commercy , donna à l'Abbaye
de St. Avold, la Chapelle de Varandes, &
l'érigea en Prieuré, pour un Prieur, & deux
Religieux Prêtres. -
| En 1352. Jean, Comte de Sarbruche, &
Seigneur de Commercy, & Giles de Bar, son
Epouse, & Simon de Sarbruche, Chevalier,
Sire de Commercy, reconnoissent avoir vû,
lû, tenu les Lettres de Jean de Sarbruche &
de Giles de Bar, son Epouse, de l'an 1349.
dont on vient de parler, & les avoir confir-
mées & agréées. | r -
Et en 1376. Jean de Sarbruche, Seigneur
de Commercy & deVenizé, donne commis-
sion à son Cousin Erard Danglure, & à Gc-
rard de Ciriere, de faire en son nom, ses re-
prises du Donjon de Commercy , & de ce
qui en dépend, auprès du Seigneur Evêque
de Metz, de qui tout cela releve. Ladite re-
prise fut faite en 1377,
Le même Comte Jean de Sarbruche, Bou-
teillier de France, fit ses reprises de la pleine
Terre, en la Seigneurie de Commercy, auprès du
Roi Charles VI. le sept Décembre 1 38o. &
son Fils, Philippe de Nassau, les fit en 1385.
Le même Jean de Sarbruche, Scigneur de
Commercy, fit son Testament en 1 38o. par
lequel il ordonne s'il meurt en France, ou en
Pays Romain (où l'on parle Roman ou Fran-
çois,) que son corps soit enterré à Commer-
cy, en la Chapelle de saint Nicolas ; & s'il
meurt en Allemagne, il choisit sa Sépulture
dans le Chœur de l'Abbaye du Val, de Cos-
senges, où ses Peres & Meres sont inhumés.
Il veut que le jour de son décès, à la derniè-
re Messe , qui sera de Requiem , on méne à
l'offrande seulement, deux Chevaux, sur l'un
desquels sera monté un Homme, armé de ses
armes, Heaumes, Flavel, en la manière usi-
tée dans ces cérémonies ; & ce cheval sera
couvert d'un drapt orné de ses Armes. Le se-

cond cheval ne sera pas couvert, mais celuiqui

[ocr errors]

De puis Joan de Sarbruche, les Seigneurs

de Commercy , pour la part de Sarbruche, font leurs reprises des Rois de France, & des Evêques de Metz. En 1383. Philippe Comte de Nassau de Sarbruche, fit ses reprises de Thieri, Evêque de Metz, pour la Seigneurie de Commercy. Et en 1 384. il prit des Lettrcs de souffrance du Roi de France, parce qu'il ne pouvoit se rendre à Paris pour y faire ses hommages. L'année suivante 1385. Philippe de Sarbruche, rendit ses fois & hommages à Charles VI. Roi de France, comme je l'ai deja remarqué, mais seulement pour la Terre pleine sise en laChatellenie & Seigneurie de Commercy, où est reservé le Château & Ville de Commercy, les Villes de Breuil, les halles, les foires & Marchés de Lérouville , & ce qui en est tenu par les Seigneurs de Châlons. Les halles de Commercy , où se tiennent les foires & marchés, sont situées hors desanciens murs de Commercy, & forment à présent une des principales parties de cette Ville. La Paroisse du Village de Lérouville , située à une lieuë de Commercy, sur la Meuse au septcntrion, passe pour être la Mere-Eglise de Commercy. Il paroit parce qu'on vient de dire, que les Seigneurs de Châlons tenoient quelque chose dans ce qu'on appelle la Terre pleine de Commercy. En 1395. Raoul de Couci, Evêque de Metz, donna ses Lettres de Gagierre, des Fiefs d'Apremont & de Commercy, à Henri, Fils Aîné du Duc de Bar, pour la somme de dixhuit cens frans d'or , le 2 I. Janvier 1 3 5 5. Et le premier Février 1395. le même Henri de Bar , reconnoit que le même Evêque de Metz, a droit de rachat sur les Fiefs d'Apremont & de Commercy, moyennant la somme de huit cens frans de bon or. En 14oo. Emeri de Sarbruche , Sieur de Commercy, fit ses reprises auprès du même Raoul de Couci, pour la Seigneurie de Commercy, en ce qui concerne lapart de Sarbruche. Et en 14o8. Amé de Sarbruche, Seigneur en partie de Commercy, reprend de Philippe de Ville, Evêque de Toul, ce que ses Prédécesseurs avoientrepris des Evêques de Toul, favoir : une ruë à Commercy. Fait le quinze Août 14o8. Henri Comte dc Bar, & Pierre, Seigneur de Brixei,ne voyoient qu'avec chagrin les Terres deCommercy,d'Aulnoy & de Pagney-surMeuse, soumises à l'Evêque de Toul. Ils empêchèrent Thomas de Belrain, d'en venir faire ses reprises & hommages à Eudes de Sorcy, Evêque de Toul , celui-cy entreprit de s'en venger par les Armes; mais ses Gens furent battus auprès de Void, par les Troupes du Comte de Bar. Ce Prince fit ensuite

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

· cet accord, ledit Comte ne se contentant pas

d'une grande & notable Tour, qui pouvoit bien passer pour Donjon , fit faire une vaste clôture, avec de grands & hauts murs, & des Tours comme pour une Forteresse. Les deux Freres, Simon & Amé, lui firent signifier de démolir ces murs, avec défense d'en elever de nouveaux ; enfin ces différents furent terminés le samedy avant Noël, 1 384. & il fut arrêté que les choses demeureroient en l'état où elles se trouvoient. Il y eut encore un accord de l'an 14o3. au sujet des Fortifications des deux Châteaux de Commercy. Dans la suite les Seigneurs du Château bas de Commercy , furent connus sous le nom de Seigneurs de Commercy , en la part de Sarbruche, & ceux du Château haut, simplementSeigneurs, ou Damoiseaux de Commercy, Souverains d'Euville. Dans les tems qui ont suivi , on vit diverses reprises des Seigneurs de Commercy, auprès du Roide France; par exemple, en 1437. Robert de Sarbruche , fit hommage au Roi CharlesVII. des Terres qu'il teneit en la Chatellenie de Commercy, hors la Ville & le Château de Commercy; c'est-à-dire pour le Château bas, & la part de Sarbruche. En I44o. le même Robert de Sarbruche , fit hommage au Koi, pour sa Ville & Château de Commercy, en punition des pilleries, incendies, sacriléges, violences, & autres excès commis par lui sur les Terres de Sa Majesté, comme il est plus amplement porté par les Lettres d'abolition & de pardon accordées audit Comte de Sarbruche , lequel en cette occasion livra les clefs du Château & de la Ville de Commercy, au Bailli de Chaumont, qui les reçut au nom du Roi , le premier de

Mars mil quatre cens quarante. Et en 1444. ledit Robert de Sarbruche , fait hommage lige au Roi pour la moitié de sa Terre , Ville & Château bas de Commercy, c'est-à-dire, de la moitié de cette Ville qui reléve de la France. Fait le dernier Janvier 1444. ou I445. avant Pâques. Robert de Sarbruche, Fils du précédent, fait encore hommage au Roi , de la Ville & Château de Commercy , entre les mains de Guillaume de Luxembourg, le vingt-sept Décembre 1473. Tout cela prouve que la partie de la Seigneurie ou de la part de Sarbruche à Commercy, relevoit de la France, en même tems on voit qu'elle relevoit aussi de l'Evêque de Metz, de celui de Toul, & assez long-tems après, du Duc de Lorraine; car jusqu'icije n'ai pas remarqué que les Ducs de Lorraine ayent eu aucune part dans laSeigneuric de Commercy. · Mais le 9. Août 14o8.Amé de Sarbruche, Seigneur de Commercy & de Venizé, ayant été fait prisonnier par le Duc Charles II. le Samedi devant le Dimanche Letare, ou l'ami Carême, en 14o6. ou I4o7. avant Pâques, à la journee près de Condé sur-Moselle, & ayant été mis en libcrté en 14o8. à condition de faire hommage au Duc, & de lui promettre de n'êtrejamais contre lui, en fait d'armes ni ouvertement ni tacitement, ni contre l'Evêque

& la Ville de Mctz , ledit hommage ra

chetable pour la somme de neufmille frans de bon Or, au coin du Roi, payables en la Ville de Nancy, six mois après qu'il en auroit été requis par ledit Ducou par son certain Message. La suite fera voir que les Evêques de Metz ont encore depuis ce tems , exercé le droit d'hommage sur la Terre de Commercy. J'ai en main un Mémoire manuscrit composé après l'an 162 I. pour montrer que les Seigneurs de Commercy ont été affranchis de l'hommage qu'ils devoient à un Evêque de cette Eglise, qu'ils en ont été affranchis par un Evêque, nommé Thiery ou Raoul, vers l'an 12o1. & que depuis ce tems ils ont joüi paisi

· blement & sans trouble ni interruption, des

droits de Souveraineté dans cette Terre & ses dépendances , & qu'encore qu'ils ayent fait hommage au Roi, cela n'a pas empéché qu'ils n'ayent usé en qualité de Seigneurs de Commercy & d'Apremont, de tous les droits de Regale.Ilavance que cette exemption de rendre hommage à l'Evêque de Metz, a été autorisée par l'Empereur & par la Chambre Impériale, à la poursuite & diligence duditSieur Evêque de Metz. · Il dit qu'environ l'an 14o4. le Roi Charles VII. étant à Nancy, engagea Robert de

· ( * ) Henri Fils de Frideric II. fut fait Roi de Germanie , ou Roi des Romains , en 1219.

Sarbruche

Sarbruche à lui faire hommage de main & de bouche, de la Seigneurie de Commercy, à condition que le Roi donneroit à Robert une pension de deux cens livrées de terre, ou de deux cens livres de revenus affectées sur certaines Terresdans le Pertois, mais qu'on ne trouve pas, que ni ledit Robert de Sarbruche ait jamais été payé de ce revenus de deux cens livres, ni qu'il ait fait hommage au Roi Charlcs VII. Ainsi ledit Seigneur & les Siens, depuis ce tems, ont toujoursjoui dans leurs terrcs de tous les droits de Souveraineté, comme auparavant, tellement, qu'en 1517. quoique la Terre de Commercy fut alors tenuë par indivis avec le Duc de Lorraine, le Seigneur de Sarbruche nomma pour présider de sa part aux GrandsJours qui se tirent à Commercy, conjointement avec le Sieur Nicolas Mus, Avocat du Roi à Châlons, & de la part du Duc dc Lorraine, avec Messire Gillet Riquechier, Doyen en l'Eglise Collegiale dudit Commcrcy, dans lesquels Grands-Jours on rendit plusieurs Sentences, & on vuida plusieurs Appellations, qui ont été exécutées, & sont passées en choses • jugées. L'Auteur du Mémoire soutient, qu'en matiéres feodales, les Reprises n'attribuent autre chose au Seigneur Feodal, sinon le service fidel, que celui qui reprend, promet de lui faire ou faire faire en juste & raisonnable querelle, & non autrement; ensorte que le Roi recevant l'hommage du Seigneur de Commercy, lui a ermis de continuer de jouir de ses Terres & Seigneuries de Commercy, en telles franchises, libertés, droits & prérogatives que lui & ses Prédécesseurs avoient accoutumé d'en jouir. Et est la copie desdites Lettres contenues au Cartulaire, où sont écritcs les Chartres de Commercy, dit l'Auteur du Memoire. Enfin l'Arrêt donné pour le Prieure de Breüil-les-Commercy au Conseil privé du Roi en 162 I. contre le FeûSieur Président de Guerpont, par lequel, la Cause & les Parties avoient été renvoyées à Commercy pour y être vuidées, nonobstant un Arrêt obtenu au

[ocr errors][ocr errors]

l'Histoire : d'un Evêque de Metz, de ce nom, en ce tems là, qui soit entré en guerre avec les trois Comtes , qui l'ayent fait prisonnier, & qu'il ait été tiré de leurs mains par lcsSeigneurs de Commercy; & ce qui renverse tout ce systcme, c'est que depuis l'an 1 2o I. on trouve plusieurs reprises de la Tcrre de Commercy, faites par les Scigneurs dudit lieu, auprès des Evêques de Metz, comme il paroit par ce que nous avons dit iusqui-ci, & cc qu'on dira cyaprès. Quant aux droits de Rcgale & de Souverainete exercés à Commercy par les Seigneurs Damoiseaux dc ce lieu, la chose est indubitable; & nous avons donné des preuves d'annoblissement, & d'autres graces accordées par des Seigneurs Damoiseaux de Commercy; on peut voir ce que nous avons dit de la Genealogic des Seigneurs de Commercy, ils se sont qualifiés Souverains d'Euville jusqu'à ces derniers tems. Euville est un petit Village, à une lieuc de Commercy vers le Midy. Mais cela ne regarde que les Damoiseaux, Seigneurs du Château-Haut de Commcrcy. uant à ceux du Château-Bas & le la part de Sarbruche, ils n'ont pas annobli, que je sçache, mais ils ont fait la guerre & la paix de leur autorité, commc vrais Seigneurs Regalicns. · En 14o9. plusieurs Allemans ayant été vaincus & faits prisonniers en la Ville de Hames, par Amé de 5Tbruche, Seigneur de Commercy, comme aidant du Comte deSarverden son cnnemi; Louis, Cardinal de Bar, Edouard, Marquis du Pont, & Jean de Bar, Seigneur du Puisoye, s'employent pour procurer la délivrance de ces Seigneurs prisonniers, sçavoir de Laudement de Lichtembcrg, Frideric de Bitches, Comte des Deux Ponts, Chantre de Strasbourg, Raimond de Trubal, Chevalier , Suviker de Sickergen , Henri Bayer, Volf Mecser, Herbiche de Durinchem, Paulus de Wenstein, Guerard de Linange, Esbe Lezel, Hanneman Hozner , Gcorge Herter , Jean Tronchct de Harthusen, Henri Vekc de Mcrsin, Jean Volf Laser de d'Aldorf, Obrecht Heilt, Jehan, Landelk & plusieurs autres , au nombre de septantecinq Personnes Plusieurs Parens & Amis de ces Seigneurs, se présentèrent à saint Mihiel , devant ledit Cardinal de Bar, pour convenir de la rançon des Prisonniers, & il fut convcnu I °. qu'on payera audit Amé de Sarbruche, pour ladite rançon vingt cinq mille écus , pour les frais de la Guerre, quatre mille huit cens écus, pou* le droit des Commis & des Gardes, cent ccus, pour la poudre à canon qu'ils gâtèrent & jettèrentquandils pensèrent se sauver,ccnt écus; en tout trente mille écus , dont lesdits Prisonniers demeurèrent charges devingt-sixmillesix ccns K K

« PrécédentContinuer »