Images de page
PDF
[ocr errors]
[ocr errors]

Collége, suivant l'intention de son frére.
Cette fondation fut faite par son testa-
mcnt en 14e 1 ; il mourut en 14o2 , & fut
enterré dans l'Eglise de l'Abbaye royale de
saint Victor-lès-Paris. -
Guillaume avoit institué huit personnes
de confiance pour ses Executeurs testamen-
taires , mais la peste qui régnoit alors à Pa-
ris, en emporta sept en peu de tems. Il ne
resta que Beuve ou Beuvin de Winville, qui
en 1422, fit subroger par Sentence de l'Offi-
cial de Paris,trois autres Exécuteurs testamen-
taires, à la place de ceux qui étoient morts.
Beuvin né à Winville , Village situé près
de la Ville de St. Mihiel, & qui, suivant l'u-
sage de son siecle, portoit le nom du lieu de
sa naissance , étoit lui-même un membre
distingué de l'Université de Paris, & joüis-
soit d'une fortune considérable. Il avoit été
d'abord l'éléve, & ensuite l'ami intime de
Guillaume. Il lui donna après sa mort des
preuves de son attachement , car non seule-
ment il travailla avec zéle à faire exécuter
sa fondation, mais il employa la plus grande
partie de ses biens à l'augmenter. Il redigea
les Statuts du Collége, qui furent approu-
vés le trcize Mai 142 3 , par Jean de la Ro-
chetaille, Evêque de Paris, & Patriarche ti-
tulaire de Constantinople. Beuvin mourut le
huit Avril 1432, & fut inhumé dans le chœur
des Carmes de la Place Maubert. On dit
tous les jours dans cette Eglise une Messe
pour le repos de son ame : & comme elle se
dit dès le point du jour, on l'a appellée la
Messe du Cliquet.
Le Collége de la Marche est maintenant
composé d'un Principal, de deux Chape-
lains , d'un Procureur , & de vingt & un
Boursiers.
Il a pour Supérieur majeur & Proviseur,
M. l'Archevêque de Paris, à qui appartient
en cette qualité le droit de nommer seul le
Principal, de donner des provisions aux Cha-
pelains, Procureur & Boursicrs ; de visiter
& faire visiter le Collége par tel Commis-
saire qu'il juge à propos , de faire des Or-
donnances pour la réformation des abus ,
l'exécution des Statuts , la manutention du
bon ordre & l'administration du temporel.
Guillaume de la Marche, premier Fon-
dateur du Collége, y établit un Principal ,
un Chapelain, un Procureur , six Boursiers
& un Domestique.
Le Principal doit être Prêtre, au moins
Maître-ès-Arts dans l'Université de Paris, &
est chargé de dire trois Messes par scmaine.
Le Fondateur veut qu'on préfere pour cette
place, les sujets elevés dans le Collége, sur-
tout, ceux qui sont de la Ville de la Mar-
che-en-Barrois ou des environs , & au dé-
faut de sujets capables qui ayent les quali-
ZZ Z

[ocr errors]

- v Premiers Fondation.

| Seconde Fendation.

tés, il laisse à l'Evêque de Paris la liberté de choisir parmi ceux qui sont de la Province de Rheims, ou de celle de Sens, selon le Rit de l'Eglise. Le Principal est le Supérieur immédiat de tous ceux qui vivent dans le Collége ; c'est pourquoi les Statuts l'appellent ordinairement Maitre, Magister.Ses fonctions sont de présider aux assemblées, aux délibérations & aux exercices; de veiller aux mœurs & aux études , de reprendre , corriger, &c. en un mot, il est l'inspecteur dc tout ce qui concerne le spirituel & le temporel du Collége. Le Chapelain doit être Prêtre, de la Ville de la Marche, ou des environs : il est chargé de dire quatre Messes par semaine. Guillaume de la Marche n'avoit point fondé de Chapelain par son testament , mais Beuvin de Winville, & les subrogés Exécuteurs testamentaires, employerent à la fondation de ce Chapelain, deux legs faits par ledit Guillaume, l'un à sainte Geneviéve du Mont, & l'autre à saint Victor, auxquels ces deux Abbayes renoncerent par actes des 17 Avril 14o4, & 29 Avril 14o5. Le Procureur est chargé de faire la recette & la dépense du Collége. Sa gestion ne dure qu'un an, mais il peut être continué. Des six Boursiers , quatre doivent être de la Ville de la Marche, ou des lieux les plus proches, & deux de Rozieres-aux-salines. Beuve ou Beuvin de Winville augmenta cette premiere fondation de celle d'un Chapelain & de six Boursiers. Ils doivent être des Villages de Winville, Varneville, Buxieres, Buxereulles & lieux circonvoisins , tels que St. Mihiel. - - C'est à ces deux premiers Fondateurs que le Collége doit sa constitution & ses réglemens. Beuvin Auteur des Statuts, est entré dans le plus grand détail de ce quiconcerne la discipline , l'administration du temporel, les devoirs des Officiers & des Boursiers , la célébration de l'Office Divin, &c. Une des dispositions particulieres de ces Statuts, c'est que tous les Boursiers seront Etudians dans

la faculté des Arts, que la durée de leurs

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]
[ocr errors]
[ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors]

de treize cens ecus d'or au soleil, qui furent alors évalués, & portés en recette pour la somme de deux mille trois cens quarante livres dix sols. Il y a au Collége depuis plus de cent ans, un Boursier de Nixéville près Verdun , ou des environs , dont on prétend que la place a été fondée par Me. Jacquart, ancien Procureur & Chapelain dudit College , cependant on ne trouvc ni le titre original, ni copie de cette fondation , & on ne voit pas qu'il ait été donné aucun fonds pour la subsistance de ce Boursier. On trouve seulement que Me. Jacquart légua au Collége par son testament, une somme de douze cens livres pour être employée au rachat de quelques rentes dont il étoit chargé , c'est ce qui paroit par le compte rendu le vingt-quatre Octobre 1 559, pour les années 155o, jusques & compris 15 R7. Mais il n'est fait mention d'aucune charge imposée au Collége, telle que seroit l'entretien d'un Boursier. Me. Jean Mercier, successivement Procureur, Chapelain & Principal du Collége, ensuite Curé de saint Germain l'Auxerrois à Paris, fonda en 1 678, 1 683 & 17o1 , pour ses parens, & pour des sujets de la Ville de Briey & des environs, même à leur défaut pour des enfans nés sur ladite Paroisse de S. Germain l'Auxerrois, trois Bourses , qu'il dotta par la donation des capitaux de diverses parties de rente, qu'il avoit acquises sur le Collége, & dont il a joui jusqu'à son décès, arrivé le 5 Septembre 17o6. Les capitaux montoient à la somme de 4o824. liv. & les arrérages fixés par lui au denier 4o, après sa mort, produisent une rente de 1o2o livres 12 sols. Il y a cette difference entre les trois Bourses fondées par le sieur Mercier, & les au*

[ocr errors][merged small][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[merged small][ocr errors]

Paris. Pendant ces trois ans le Collége, sur le certificat du Supérieur de Seminaire, paye à chacun de ces Boursiers 3oo livres par an. Toutes ces fondations sc sont conservées dans leur entier, & ont encore aujourd'hui leur execution : Les Bourses fondées dans tous les autres Colléges de l'Université sont réduites aux deux ticrs, à la moitié, &c. Le seul College de la Marche voit subsister, à l'exception d'une seule, toutes celles qui y ont été établics. * , Lorsque la Principalité de ce Collége vient à vacquer, la pleine collation en appartient à M. l'Archevêque de Paris, comme Supérieur & Proviseur; mais il doit se conformer dans le choix du sujet aux conditions prescrites par les Statuts, & qui ont été expliquées ci-deslus. ll faut néanmoins observer que la Jurisprudence actuelle, confirmée par grand nombre d'Arrêts du Parlement, dont quelques-uns regardent la Principalité du Collége de la Marche même, est de ne point exiger rigoureusement l'execution des anciens Statuts, en ce qui concerne les lieux où ils ont voulu que fût né le Principal. Les Colléges sont aujourd'hui tout differens de ce qu'ils étoient il y a deux cents ans; & l'expérience a fait voir que le bien public ne permet pas toujours que la nomination du Principal soit bornée aux sujets d'uné petite Bourgade, ou d'un petit Canton. La nomination aux deux Chapelles , se fait par le conseil du College , c'est à dire, le Principal, le Chapelain en place, le Procureur, & ceux des Boursiers qui sont assez avancés en âge, pour donner leur suffrage avec connoissance. Le Chapelain nommé est présenté à M. l'Archevêque de Paris, duquelilreçoit ses Provisions & son Institution Les deux Chapelains fontalternativement l'Office Divin dans la Chapelle du Collége, chacun pendant sa semaine. Ils doivent assister aux Assemblées & Délibérations, aider le Principal, & veiller sous lui & avec lui à la conservation du temporel & à la manutention du bon ordre. La vacance d'une Bourse arrivant, le Principal & les Officiers du College en donnent avis au Curé du lieu, pour lequel cette Bourse a été fondée; par exemple, au Curé de la

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[merged small][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

entre la Marche & la Roche.Marcourt a pro-
duit quelques hommes illustres, commeEve-
rard Marcourt, Général des Jésuites, ImOrt CIl
158o,& quelques autressavans de mémenom.
M A R E Y , Village & Prieuré.
MA REY , Mariarum , village du Diocèse
de Toul , Recette & Bailliage de Bour-
mont , Cour Souveraine de Nancy , Sei-
gneurs, le Roi & Mr. Gautier. La Pa-
roisse a pour Patron la sainte Vierge en sa
Nativité. Le Chapitre de Deneuvre nomme
à la Cure, & est seul décimateur, & cela ap-
paremment à cause du Prieuré de Marey,dont
le Patron est S. Laurent, dépendant de l'Ab-
baye de St. Mihiel, qui a été uni audit Cha-
pitre de Deneuvre en 171 o, moyennant une
redevance annuelle de 12 florins d'or, parta-
geable par moitié entre l'Abbé & les Reli-
gieux de St. Mihiel.
La Cense de Salins-l'Etape dépcnd de la
Paroisse de Marey. Il y a de plus un hermi-
tage à la nomination du Prieur. Il y a dans
Marey environ 7o. habitans.
Il faut voir le Pouille de Toul pour le dé-
tail des dixmes. Ce Poüillé porte, que le
Prieuré de S. Laurent est en commande, &
vaut 4oo. livres. Le Papc Pascal II. en 1 1o6.
dans la confirmation des biens de l'Abbaye
de St. Mihiel, nomme portionem Mariacicum
Ecclesia & decimis.
L'Histoire de l'Abbaye de S. Mihiel, porte,
qu'il y a un Prieure dépendant de cette Ab-
baye, fondé par Manegaud, Abbé de cette
Maison, pour des Religieuses. Il a gouverné
ce Monastere depuis l'an 1 1 5 1. jusqu'en
1 178. Aux Religieuses ont succédé des Re-
ligieux Bénédictins. Enfin ce Prieuré est au-
jourd'hui uni au Chapitre de Deneuvre, qui

- est devenu collateur de la Cure.

Marey a presque toujours dépendu des
Seigneurs de Serocourt , qui en ont fait les
rcprises des Ducs de Bar & de Lorraine.
Ce Prieuré est fort différent d'un autre
Prieuré nommé Merodorum, appartenant aussi
autrefois à l'Abbaye de St. Mihiel. Il en est
arlé sous le nom de Merodorum, dans la Bulle
de Pascal II. de l'an I I o6, & dans la dona-
tion du Prieuré d'Insmingen 1 1 o2 , où se voit
la signature de Merodore, ou de Merodove.
Or ce Prieuré de Merodove est apparemment
celui de Méroüé près Mont-beliard, avant
l'an 1443 , comme il paroit par la chartre
de confraternité de cette Collégiale avec
l'Abbaye de S. Mihiel en cette année 1443.

[merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[merged small][ocr errors][ocr errors]
« PrécédentContinuer »