Images de page
PDF
[ocr errors][merged small][ocr errors]

Lorr t. I.

p44.

2 I 2 .

Prince de Commercy nomme à la Cure. le Pouillé dit qu'il semble que le Chapitre de Commercy nomme à la Cure alternativement avec le Prince, puisqu'en 1 536. le Chapitre nomma le Cure, & en 1 537. Philippe de Sarbruche y nomma, & qu'en 1541. le Chapitre donna la Cure. La dixme se partage entre plusieurs décimatcurs, que l'on pcut voir dans le Pouillé de Toul, tome 2. pp. 3o6. 3o7. La Maison de Me'igni porte d'Azur à deux bandes entrepotencées d'or.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

de cette garnison voyant l'armée de l'Evêque Thierri s'approcher, vinrent lui apporter les clefs de la Forteresse, lui demandant la paix aux conditions qu'il voudroit leur imposer. 4 La ville de sainte Menhouda été plusieurs fois assiégée & prise. Nous venons de voir que dès le onziéme siécle , elle avoit pour Seigneur Manasies, Comte de Rhetel. Les Charelains de Vitri étant devenus Comtes de Rhétel, furent aussi Seigneurs de sainte Menhoud. Le tout a été réuni à la Champagne. Valeran , Seigneur de sainte Menhoud fonda vers l'an 1 128. le monastere de la Chalade, & s'y fit Religicux. , Vers le même tcms & environ l'an 1 152. Albert, Seigneur de sainte Menhoud, & Robert de Conflans commircnt de grandes hostilités sur les terres de l'Evêché de Ver. dun. Alberon de Chini , Evêque de cette Eglise, leva des troupcs , les attaqua & les defit. Albcrt fut fait prisonnier, & obligé de rendre tout ce qu'il avoit pris. Robert de Conflans après avoir été battu dans plusieurs occasions, fut aussi obligé de demander la paix. Albert Pichot, bâtard de Thiébaut Comte de Champagne, demeuroit dans le Château de sainte Menhoud avec une troupe de bandits, dont il se servoit pour désoler les terres des Evêchés de Verdun & de Châlons. Arnoud, fils d'Albert Comte de Chini, étoit alors Evêque de Verdun. Il fit des préparatifs pour assiéger le Château de sainte Menhoud, & avec le secours des troupes de Simon II. Duc de Lorraine, & de Gui, Evêque de Châlons, il alla assieger Pichot dans sa forteresse. Sa situation en rendoit l'accès difficile, & avant qu'on eût pu l'attaquer dans les formes, Arnou de Chini, Evêque de Verdun, fut tué d'un coup de fiéche tiré de dessus les murs du Château Sa mort jetta le troûble & la consternation dans l'armée; les Princes qui étoient venus à son secours se retirerent, & on fut obligé de lever le siege & d'abandonner l'Entreprise. L'Evêque Arnou mourut en 1 18 I. Le Roi Louis XI. avoit cédé sainte Menhoud & quelques autres places au Duc Nicolas de Lorraine, en considération du mariage qu'il disoit vouloir faire de ce Prince avec la Princesse Anne sa fille, mais dont il n'avoit nulle envie. Sous le Duc Charles III. en 1 592. il y eut un cartel entre le Duc & le Roi Henri IV. passe à sainte Menhoud, par M. de Luxembourg, Duc d'Épiney, député de la part du Roi Henri IV. & M. d'Hauslonville, Maréchal du Barrois, de la part du DucCharles IIL pour prévenir la ruine entiere des

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][merged small][ocr errors][merged small]

Ce terme la Horgne, ajouté au Ménil, vient du latin horna, qui signifie proprcment de l'année, Palea horna, de la paille fraiche ; on connoit dans la Lorraine plusieurs lieux du nom de Horne, ou de Horgne : comme la Horgne du Sablon de l'Isle de Metz , le fief de la Horgne , dans le village de Goin ; la Horgue, ferme dans le Cuneci , hameau du Saulcy , la Horgne, cense comprise dans Peltrc. Tous ces lieux viennent de la même racine du latin horma , comme qui diroit une ferme du revenu de l'année, qui produit à son maître son revenu annuel , payable au bout de l'annce, à la distinction du village qui produit au Seigncur dans chaque saison des revenus, des services, des préstations de chaque espcce.

Le terme hornus & horna, se trouve dans les auteurs de la plus pure latinité, pour signifier une chose annuelle, une chose qui cst de l'année; Nonius : hornum quod est hujusanni. Vinum hornum , Horat. Epod. 2. 1o. horma dulci vima proviens dolio. Et le même

[ocr errors]

de l'année , & encore, frige hornâ placare manes 3. Carm. Ode I 3. I. & de même hornotinum frumentum. Hornotine nuceo , &c. Voyez iDiétionarium Roberti Stephani , an I 544. •, M E N I L - L A - T O U R.

[merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

de grandes difficultés par rapport à la Fran

[ocr errors]
[ocr errors]

élû Abbé de Senones le quinze Juin 1728. dès le lendemain on le pressa de donner à S. A. R. cette satisfaction de faire un établissement de Religieux de sa Congregation à Lunéville : il promit d'y pcnser serieusement dès qu'il auroit mis ordre aux affaires , & aux bâtimens qu'il y auroit à faire dans son Abbaye. En effet il se proposa dès lors sans toucher au titre abbatial, § demembrer un revenu d'environ douze mille livres, pour fonder un Monastere à Lunéville ; il cn fit la proposition à Messieurs du Conseil de Regence, établi à Lunéville après le décès du iDuc Leopold, arrivé en 1729. la chose fut aggrée & applaudie, & on en sollicita les Bulles en Cour de Romc. Elles furent expédiées le six des Jdes de Juin 1734 & confirmées par Arrêt de la Cour Souveraine de Nancy, le vingt-quatre Juillet même année, & même par Arrêt du Conseil d'Etat, le trente Janvier 173 5. ccrtains incidens imprévus ayant empêché l'exécution du premier projet qui étoit de faire cet établisiement à Lunéville. Madame la Duchesie Doüairiere de Lorraine, consentit qu'il se fit au Prieuré de Leomont proche Lunéville, il y fut fixé pcndant quelque tems, mais comme l'endroit ne parut pas Proprc

pour une Communauté, tant par le défaut des eaux , que pour d'autres inconvéniens, il fut résolu de le transferer au Ménil , près de Lunéville, où il subsiste aujourd'hui. On acheta donc pour la somme de cent mille livres, la maison, la ferme, le grand jardin, & toutes les appartenances de M. le Prince de Craon , provenant de M. de la Tour de St. Mihiel; le tout du consentement de Son Altesle Royale, Madame la Duchesle de Lorraine , ce qui fut confirmé par nouvelles Bulles de sa Sainteté, en datte de l'an 1737.

Et eomme la Communauté des Religieux de Senones n'avoit donné son consentement à ce démembrement, qu'à condition qu'on leur donneroit quelque espéce d'indemnité.

Le R. P. Dom Calmet lui ceda huitjours de terre situés au bas de la vigne de Leomont , pour y placer une vigne nouvelle ; ce qui s'est exécute du conscntcinent de la Communauté du Menil , & confirmé au Chapitre général de l'an 1735. & homologué par Arrêt du Parlemcnt de l'an 1737. l)epuis ce tems le réverend Pere Abbé a encore bâti une Chapelle audit Ménil , dans laquclle les Rcligieux font leur Office. Tels ont été les commenccmens de ce Monastere du Ménil, dédié à la sainte Vierge en son Annonciation.

[ocr errors][ocr errors][merged small]
[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

re, avec esperance, si leur nombre s'augmentoit , & si les revenus du Prieuré le demandoient , d'y établir une Communauté , & d'y élire un Abbé de leur Corps. Le Prieuré, ou la Prevôté, est demeuré dans son etat primitif, le Prieur est Curé de Mertzkirck, & ses Confreres déservent les Cures qui en dépendent. Il y a aussi un Hôpital avec sa Chapelle.

En 1 3 32. Louis IV. Empereur, confirme Mertzkirck à l'Archevêque de Tréves.

Et en 1 3 34. Raoul Duc de Lorraine, reprend de l'Archevêque de Tréves, Sierk & Mertzkirck; & les Empereurs en divers tems, confirment cette Terre à l'Archevêque de Tréves.

En 1346. Jacques de Montclaire céde à l'Archevêque de Tréves, tout le droit qu'il avoit à Mertzkirck , sous certaines conditions. Voyez de Honthem, Tom. 2.pag. 158. Hist. Trevir.

M E R V A V I L L E.

Le Prieuré de Mervaville dont on a parlé sous Glonville, n'est qu'environ à une lieuë de Moyen, vers le nord; il fut fondé avant l'an 12 24. & même environ l'an 1 1 24. il étoit accompagné d'un Village , & l'Eglise dédiée à la sainte Vierge, étoit fort fréquentée, à cause des grands miracles qui s'y faisoient journellement. L'Eglise étoit belle & grande , la nef tomba de pure caducité, le vingt-huit Janvier 1738 ; le chœur & la croisée qui sont bien voûtés , & de fort bon goût, subsistent encore aujourd'hui. Le Village de Mervaville est entiérement ruinê; on n'y voit plus que le logement du Prieur, une tuillerie abandonnée, & quelques maisons pour des Fermiers • • * - On dit que le nom de Mervaville lui à été donne à cause des merveilles qui s'y opéroient par l'intercession de la sainte Vierge. Ce benéfice a toujours été possedé en titre, par un Religieux nommé par l'Abbé de Senes. Voyez Glonville, où nous rapportons ce qui concerne Mervaville. | Le Village de Mervaville subsistoit encore en 1 61 5. & il y a apparence qu'il ne fut ruiné que pendant les guerres de Lorraine, sous le Duc Charles IV. durant les siéges du Château de Moyen, en 1 635. & 1639. En 1 61 5. il y avoit difficulté entre les Officiers du Duc de Lorraine , & ceux de l'Evêque de Metz, savoir : auqucl des deux appartenoit la Souveraineté du Prieuré & du

Village de Mervaville , mais après avoir oui

[ocr errors]
« PrécédentContinuer »