Images de page
PDF

de ce bailliage, qui soit gouverné par la coutume de Lorraine. Archives Le duc Charles II. de Lorraine, à de Lorr. la priere des habitans d'Ajoncourt & Laye. cot. de noble demoiselle Catherine de Vauo bécourt & de Jean d'Aunoy écuyer,

[ocr errors]

tie dudit lieu d'Ajoncourt, accorde ses lettres, par lesquelles il les prend sous sa sauvegarde & protection, de même que ses autres sujets, à charge que chaque feu seroit tenu de payer annuellement au Cellerier d'Amance un resal d'avoine & une poule. Les lettres de sauvegarde sont du 13 mai I4I I. Le 19 février 1663. Christophe du Buchet seigneur d'Ajoncourt rendit au duc Charles IV. de Lorraine ses foi & hommage pour ladite seigneurie. A I R E , riviere. La riviere d'AIRE , en latin Aria , prend sa source au village de Saint Aubin , entre Ligni & Void, passe à Domremi-au-Bois, Ernecourt , Triconville, Dagonville, Pierre-Fitte, Lonchamp, Chaumont sur Aire, Courcelles , traverse le Clermontois , & tombe dans l'Aine au dessous de GrandPré. L'A L B E, riviere. La riviere d'ALBE , en latin Albe, Alba, ou Alve, prend sa source au village de Lhor, entre les bailliages de Dieuze & de Fenetrange : elle passe dans la châtellenie d'Alberstroff, reçoit la Zelle à Eisch, & entre dans la Sare peu au dessous de Saralbe. Le pays arrosé par cette riviere , se nommoit anciennement Albechauva ; il en est fait mention dans le partage du Royaume de Lothaire , fait en 87o. entre les rois Louis & Charles le chauve. A L B E R S T R O F F. Ajoutez à cet article ce qui suit : ALBERsTRoFF, par corruption d'Albesdorff; car les noms de lieux terminés en troff, viennent du mot allemand dorff, qui signifie village. Alberstroff est le ches-lieu d'une des châtellenies du temporel de l'évêché de Metz, & qui ressortissent au bailliage épiscopal de Vic. Les villages qui dépendent de cette châtellenie, sont : Alberstroff, bourg de septante feux; la Valrade, cense ; Quitteville, moulin, la tuilerie; Givricourt, village de quarante feux, établi par le Cardinal de Givry évêque de Metz ; Heylimer ,

village de septante feux, dont dix sont
de la châtellenie d'Alberstroff; le sur-
plus est Lorraine, suivant la convention
faite entre les Commissaires du Duc de
Lorraine & de l'Evêque de Metz en
1615. Hazembourg , Kiwiller, Kapel-
kingue, village de quarante feux , de
la châtellenie pour un huitieme ; le sur-
plus est de la seigneurie de Hingue-
zange; la Hampatte hameau , avec une
maison franche; le Val de Gueblange,
composé des villages de Gueblange, de
cinquante feux, Audeville, Steinbach,
Schweix & Henriville.
A L L A M O N T.
Pour la page 5 , article Allamont ,
ajoute7 :

Jean d'Allamont seigneur dudit lieu, Archives Malandry, Quincy, &c. gouverneur de Lorr. pour Sa Majesté catholique à Mont-o médy, rendit ses devoirs au Duc de ** Lorraine le 8 août 16o9. pour le sixieme & un huitieme de sixieme en toute jurisdiction dans la seigneurie d'Allamont, qu'il avoit acquisde Louis, Jean & Catherine de Lopès-Gallo , enfans de défunt Jean Lopès-Gallo & de Diane d'Apremont son épouse.

Le 2 mai 1625. Antoine d'Allamont chanoine de l'église primatiale de Nanci , tant en son nom que comme procureur du précedent, & de Bernardin d'Allamont seigneur dudit lieu & de Dampierre en Voivre, grand-prieur d'Ardennes & lieutenant de la compagnie des pays de Luxembourg , & de Theodore d'Allamont , seigneur de Brandeville , capitaine d'une compa

nie de hauts Allemands pour le service de Sa Majesté catholique, ses freres , reprit du duc Charles IV. & de la duchesse Nicole la même terre d'Allamont.

En 1665. Louis Bourgeois seigneur de Villers & Brainville, possédoit le quart de la seigneurie d'Allamont , contre le Comte de Merode pour les trois autres quarts , comme il paroît par leur dénombrement donné le 12 mars de cette année. .

Pour la page 5 , article Altheim ,

ajoute; :

Le village est situé à quatre lieues Archives de Bitche, une & demie de Deux- de Lorr. Ponts, une de la riviere de Blise. Le Laye.BitNeuf-Altheim ou Wintzrode est un ha-co» o" meau tout près d'Altheim. 772(llll6'.

En 16o1. il s'éleva entre le Duc de

[ocr errors]
[graphic]

Lorraine & Jean comte palatin du Rhin des contestations au sujet des limites du bailliage de Deux-Ponts & des terres en dépendantes, de celles de l'abbaye d'Hornbach & du comté de Bitche, qui ne furent terminées qu'en 1617. par une transaction comme s'ensuit : Que le village d'Altheim & tous les habitans , & le ban commun de Bettweiller, demeureront au Duc de Lorraine en tous droits de souveraineté , de haute, moyenne & basse justice, à condition ue le village de Bettweiller y enclos § au Comte Palatin en tous droits de régale, haute , moyenne & basse justice pour les maisons & adjacens, selon les anciens pourpris, appellés en allemand dorffader, qui seront abornés dans l'état où ils sont ; que les officiers dudit Comte pourront arrêter & transporter les malfaiteurs pris audit village, sans en demander permission ; U1Go # création des maire & échevins 'Altheim appartiendra, comme d'ancienneté, à l'abbaye d'Hornbach pour toutes les causes de justice fonciere, sauf l'appellation pardevant les juges du comté de Bitche, &c. Ce traité fut passé à Deux-Ponts le premier février 1617. Encore aujourd'hui le village d'Altheim avec le hameau de Waldtzheim est mi - parti avec le duché de Deux-Ponts. A L T R O F F. *

[ocr errors][ocr errors]

de France , sur une hauteur à droite de la petite riviere d'Alzeitte. Il y a en ce lieu six voueries qui dépendent de la seigneurie de § & mairie d'Esperange, & huit autres de la province de Luxembourg. La maison cu

[ocr errors]

territoire ; à six lieues de Thionville, dix de Metz, trois de Rodemach , & une de Luxembourg ; de la jurisdiction de Thionville, diocese de Metz. A L Z E Y. Ajoutez à cet article ce qui suit : ALzEY ou LEzEY ; ce lieu n'est connu que sous le dernier nom. Il est à une lieue au midi de Marsal & de Moyenvic, & deux de Vic. Ce village étoit autrefois Lorraine, & de la prevôté d'Einville-au-Jard. Il a été cédé à la France par le duc Charles IV. en I66I. avec d'autres lieux , pour former la route Françoise de Metz à Strasbourg; & depuis ce tems il est du bailliage de Sar-Louis , parlement de Metz. · La dîme & la collation de la cure appartiennent à l'abbaye de Salival. Les Seigneurs haut-justiciers sont la même abbaye pour deux tiers, M. de Drouart de Vic pour l'autre tiers, qui est en même tems seigneur voué pour le tout. A quelque § de ce village & au levant on voit une élevation de terre, † couvre un puits d'eau salée. La traition porte qu'il y avoit anciennement en ce lieu une saline. Il n'en est cependant parlé dans aucun des monumens & actes qui parlent des salines. Ce qui pourroit autoriser cette tradition, † que dans le terrein, appellé salées-eaux , outre le puits , qui est revêtu en bois jusqu'au fond , on apperçoit les vestiges § enceinte, qui a pu renfermer les salines, & des restes de fondations de murs , formant des espaces quarrés-longs, tels que sont les bâtimens où l'on place des poeles à sel. L'abbaye de Salival jouit du terrein des salées-eaux, avec haute-justice, à l'exception du puits, que le Roi fit garder par un détachement de la garnison de Marsal, lorsqu'il fut en 1751. pour faire des épreuves des eaux. Il y a sur la paroisse de Lezey un autre ban séparé avec deux fermes , la haute & la basse Recour, & le moulin de Recour, qui composent une

[blocks in formation]

Ibidem.

haute-justice particuliere, appartenante à l'abbaye de Salival. A M A N C E.

A la page 7, ajoutez à l'article Amance :

En 1375. Jean duc de Lorraine, pour reconnoître les bons services que lui avoit rendus M. Albert bâtard de Lorraine , & pour ce que par raison & par nature il est obligé de l'avancer, aider & accroître , il lui donne pour lui & ses hoirs par donation entre vifs son affouage en tous ses bois de la ville d'Amance pour son hôtel d'Essey près Nanci, où lui & ses hoirs demeureront, ou en quelque endroit où ils demeurent, pour eux & leur famille.

La terre d'Amance avec sa châtellenie fut donnée pour douaire à Marguerite comtesse de Vaudémont, épouse en premieres nôces de Jean de Bourgogne seigneur de Montagu , & en secondes nôces de Ferri de Lorraine

[ocr errors]

comte de Vaudémont, à compte de 5oo livrées de terre : mais comme les revenus d'Amance n'équivaloient pas cette somme, Jean de Neufchatel seigneur de Montagu, qui avoit hérité des terres de Montagu, d'Amance & autres par la mort de Marguerite de Bourgogne sa mere, sœur de Jean de Bourgogne » en vertu du partage fait avec ses freres, fit un accord avec le Comte & la Comtesse de Vaudémont, par lequel ces derniers lui rendirent les château, ville & châtellenie d'Amance, ensemble les 3o fiorinées de terre que ladite Dame avoit données à vie à demoiselle Isabelle de Mongeville femme de Henri de Grenant ; & ledit de Neufchatel promet leur payer la somme de 3oo francs , du coin du Roi de France , en la ville de Vezelize. L'accord est du

[ocr errors]

de Cusance, de Gui de Mongeville, de Ferri de Lignéville, de Renaud du Châtelet, de Philibert de Montjustin & plusieurs autres chevaliers. Je lis dans un titre de Charles II. duc de Lorraine, une ville ou village de Magervelles sous Amance, dont les habitans étoient obligés de garder les portes de la ville d'Amance, quand la banniere étoit dehors. Les habitans s'étant mis sous la protection & sauvegarde particuliere du Duc, il les reçut, & promit de les garder de toute force & dommage, excepté contre les

religieux de la commanderie de ViezAitre ou Vieil-Atre, aujourd'hui la commanderie de S. Jean près de Nanci, ne voulant, dit le Duc, que par cette garde le droit de l'Eglise soit diminué ; à charge de la part des habitans de payer audit Duc par chacun feu au Cellerier de Nanci, aux termes de saint Martin & de Noel , un resal d'avoine & une poule, & les veuves un demi-resal & une poule. Ces lettres sont du 8 avril 141 I. On croit qu'en ce lieu il y avoit autrefois un hôpital de magels, où l'on devoit recevoir tous les magels & lépreux d'Amance, & les y entretenir jusqu'à leur mort. Voyez l'article Amance dans la Notice. La maison de Fenetrange possédoit anciennement plusieurs § à Amance. On trouve un ascensement fait par Henri de Fenetrange, se faisant fort de Jacques & Henri ses fils damoiseaux, à Jean Gracieux d'Amance & à Marie sa femme, d'un journal & demi de terres sis à Amance , pour trois gros de cens, de l'an 1423Barbe de Fenetrange comtesse de Moers & de § ascense le 23 juillet 1481. une masure avec ses usuaires séant au bourg d'Amance, à Jean Gerlet échevin d'Amance & à Agnès sa femme. La même Comtesse ascense la même année une piece de terre au ban d'Amance à Jacquemin fils de George Boulanger de Laitre pour deux chapons de cens. Barbe de Fenetrange étoit fille de Jean de Fenetrange, & avoit épousé Nicolas comte de Moers & de Sarwerden. Elle eut en partage à la mort de son pere la maison avec ses appartenances , sise au château d'Amance. Elle eut une sœur, nommée Magdeleine, mariée à Fernand de Neufchatel seigneur de Marnay. Les comtes Rhingrave ont possédé pendant quelque tems la seigneurie d'Amance, ainsi qu'il paroît par un accord fait entre Adrien l'écuyer, châtelain d'Amance, au nom de dame Anne d'Iembourg veuve de Jean comte Rhingraff seigneur de Morhange & d'Amance, & Nicolas Villaume tabellion au même lieu , au sujet d'un cens de seize francs onze gros, que ledit Villaume & ses hoirs doivent payer annuellement entre les mains du Châtelain d'Amance ; & par une quittance donnée par André Malroy châtelain - d'Amance, d'Amance , au nom d'Otho comte sauvage du Rhin , de la somme de 167 francs , un gros, qui font la moitié de 335 francs , 1o gros , dus par Jean Maugray maréchal à Amance , pour ladite censive. La quittance est du 2o février 1577.

décret de desunion dota la cure d'Amanty des deux tiers dans les grosses & menues dîmes avec les novales, & ue le Chapitre de Liverdun & l'Abbé † S. Leon de Toul, auparavant décimateurs chacun pour un sixieme, n'ont plus rien dans la dîme.

En 16o7. le 24 avril , Otho comte La seigneurie d'Amanty appartenoit Archives sauvage du Rhin & de Salm , seigneur en 1332. à Guillaume de Gondrecourt de Lorr. de Fenetrange, vendit au grand - duc & à Edeline sa sœur, comme il paroît Laye. Gon

Ibidem. Layette Bouconville.

Charles le château , pourpris & édi- par les lettres de reprises † en donna drecourt.

fices en dépendans, terres , prés, & tout ce qu'il avoit à Amance, sans en rien réserver, pour la somme de 19ooo francs, monnoie de Lorraine. Je trouve en 1372. que Jacques d'Amance chevalier & Henri son frere, fils de feû Vichart d'Amance, s'accordent avec Jean d'Apremont seigneur de Forpach, au sujet de 2o livres à petits tournois de terre , † devoient percevoir chacun an sur les terrages, fours & bourgeoisies de Seicheprey. Le même Jacques d'Amance vendit à Edouard comte de Bar ce qu'il avoit à Voinville, Varneville , Buxerulle & Loumont. L'AMANCIEULE ou AMESULE, riviere. L'AMANCIEULE ou AMESULE , en latin Asmantiola ou Amantiola, est un ruisseau , qui a deux branches , qui embrassent la montagne d'Amance, ancienne ville de Lorraine. Ce ruisseau ou petite riviere joint la Meurthe au dessous du village de Lay - SaintChristophe, à une § au dessous de Nanci. A M A N T Y. AMANTY, village à une lieue de Gondrecourt, du diocese de Toul , bailliage de la Marche, présidial de Chalons , parlement de Paris. La paroisse a pour patron S. Martin. La cure est à la nomination de l'ordinaire. Amanty fut érigé en cure en 17o7. Décimateurs, le Curé & les Sei† Il y a dans l'église paroissiale a chapelle dédiée à S. Martin , dont le Curé est collateur , & la chapelle

[ocr errors][ocr errors]

cette année au Comte de Bar. Jean Thirion écuyer dudit Gondrecourt fit ses reprises pour la même terre en 1397. Autre dénombrement donné à René duc d'Anjou & de Bar par Jean d'Ourches seigneur de Villers & de Rougeville, pour la part qu'il avoit en § eigneurie , tant d'acquêt par lui fait , qu'à cause d'Isabelle de Foug sa femme, le 24 août 144I. Autre fourni par Aubert d'Ourches chevalier, seigneur dudit lieu , en 1446. Autre de Geofroi de Verrieres de 1456. de Jean du Menil seigneur d'Amanty en partie, de 1458. de Jean de Verrieres écuyer , seigneur de Demange-aux-Aulx , de 1487. de Jean de Marcheville écuyer, demeurant à Gondrecourt, de ce qu'il tient à Amanty , de 1487. On trouve encore d'autres dénombremens de la même seigneurie depuis

[ocr errors]

de Nicolas de Verrieres seigneur d'Ourches en partie, de 15o5. d'Aubert d'Ourches pour le quart d'un cin† , dont les quatre quarts & demi ont le tout, ledit cinquieme & la moitié d'un demi-quart en l'autre moitié en toute la terre & seigneurie d'Amanty, du 4 janvier 151O. de Gaspard de Verrieres seigneur d'Amanty & Goussaincourt en partie, du 29 juillet 1547. de Geofroi de Verrieres, de 1551. de Claude de Verrieres seigneur d'Amanty , Pargney & Maxey sur Vaize, du 13 † 1556. du même de l'an 1574. Les armes de Verrieres sont une étoile en chef, chargée de ITO1S aIlIlCallX. A M B L E V E ou A M B L E F. AMBLEvE , Amblava , lieu & riviere célebre dans l'histoire, par la victoire que Charles Martel remporta en 7o7. ou en 717. sur les Neustriens dans le Luxembourg. La petite riviere d'Amblef passoit près l'abbaye de Stavelot , à l'extrémité du duché de L#og.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]

de Lorr. Layette ChâteauSalins.

du consentement de ses religieux, vendit au grand-duc Charles en 1573. le premier de juin , la moitié des grosses & menues dîmes d'Amelécourt , de Couture & de Lebécourt, avec le droit de patronage audit Amelécourt, pour une somme de cinq mille francs, monnoie de Lorraine. Le même Prince acquit en 1582. de Claude de la Ferté écuyer , capitaine de Bouconville, toute la part qu'il pouvoit avoir en la terre & seigneurie d'Amelécourt, pour une somme de 14oo. francs. L'acte est du 23 février. Il avoit acquis le 14 du même mois de Guyon de Lucy sieur de Taisey, &c. baron de Conflans, maréchal héréditaire de Champagne, du consentement de Catherine de Boulon sa femme , tout ce

avoit en ladite seigneurie, pour

ouze mille francs. . La seigneurie d'Amelécourt a été # autrefois par une maison.nole de même nom. On trouve Jean d'Amelécourt chevalier, dans un accord fait entre lui, Jean de Lesse, à

[ocr errors][ocr errors]

encore par moitié à frais & profits communs. L'acte est signé de Thomas de Bourlémont évêque de Toul, de Henri comte de Vaudémont & de Thiebaut sire de Blamont, le samedi devant la mi-carême au mois de mars. Il paroît qu'Amelécourt est beaucoup plus ancien que Château-Salins, & que les salines de ce lieu étoient autrefois appellées salines d'Amelécourt, comme étant situées sur le finage d'Amelécourt. En 1277. Ferri duc de Lorraine donna à Thiebaut comte de Bar le tiers dans les salines & la seigneurie d'Amelécourt. Voyez l'article Château-Salins. Conrard abbé de Metloc donna commission en I2 16. à Pierre Ciclert clerc du diocese de Metz, d'agir en son nom dans l'affaire au sujet de la présentation à la cure d'Amelécourt , qui lui étoit contestée par Colin & Isambard d'Amelécourt freres , enfans de feû Ferri d'Amelécourt , Reinier & Colin fils de feû Androuin d'Amelécourt. Brocard de Fenetrange écuyer déclare le 11 juin 1346. qu'il est devenu homme-lige de Raoul duc de Lorraine, pour 5o livres de terre à tournois qu'il lui a assignées sur son fiefd'Amelécourt, qui lui étoit nouvellement échu ; en outre le Duc lui promet de lui donner encore 5oo livres tournois, lorsqu'il commencera à bâtir au même lieu une maison forte, laquelle il tiendra, lui & ses hoirs, pour toujours en foi & hommage dudit Duc. En 1385. Colin d'Attienville écuyer, fils de Simon d'Attienville, vendit au Duc de Lorraine les deux tiers & au Duc de Bar le tiers de ce qu'il avoit au quart du château, salines, fossés, fontaines, &c. à Château-Salins & au ban d'Amelécourt , pour la somme de quatre - vingts petits florins de bon or,

Ibidem.

« PrécédentContinuer »