Images de page
PDF

Archives

[ocr errors]
[ocr errors]

D E L A N O T I C E

[merged small][ocr errors]

BAINVILLE ou ABIENvILLE , A Abani-Villa, village à droite de l'Ornain, une demi-lieue au dessous de Gondrecourt-le-Château, diocese de Toul, bailliage de la Marche, présidial de Chalons, parlement de Paris. Le Roi en est seul seigneur. La paroisse a pour patron saint Martin. Le Chapitre de la cathédrale de Toul nomme à la cure. Décimateur , le même Chapitre pour le tout, en payant la pension du Curé. On compte en ce lieu environ soixante habitans. Il est fait mention d'Abainville dans

[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors]

En 1487. & 151o. Jean-Antoine de Bilistein écuyer, demeurant à Abienville, reprit du Duc de Bar ce qu'il avoit au même lieu. Je trouve encore le dénombrement donné par François de Bilistein seigneur en partie d'Abienville , le 9 février 1564. Claude d'Augy écuyer, seigneur de Bouch en partie, demeurant à Abienville, rend ses foi & hommage en 1574. au Duc de Lorraine, pour la maison & héritages qu'il a audit Abienville au devant du petit pont, pour les† il promet faire les services & obéisances, ainsi que le requiert ledit fief. Le duc Charles III. vendit à Charles Coirenot écuyer apostolique, demeurant en cour de Rome, à charge de réachat, la seigneurie d'Abienville, avec la haute, moyenne & basse justice, pour la somme de neuf mille sept cens trois francs Barrois, que ledit Coirenot a remis entre les mains du sieur Jean Vincent trésorier général des finances dudit Seigneur Duc. Ladite vente est du 1o décembre 1588. Il y a au même lieu un fief appartenant aux héritiers de M. de Circourt de Girauvilliers. Entre le village d'Abainville & la ville de Gondrecourt il y a une forge avec un hameau du même nom d'Abainville, située sur l'Ornain. Cette forge appartient aux héritiers de M. le Comte Dessalles. A B AU C O U R T, ou ABoCoURT sUR SEILLE. ABAUcoURT , ou ABOCOURT SUR SEILLE, village du diocese de Metz, de l'archiprêtré de Nomeny , dont la A

[graphic]

Archives de Lorr. Layette cottée Bitche.

Ibidem.

[ocr errors]

cure est de la collation du chapitre de Fenetrange, situé à gauche de la Seille, trois quarts de lieue au dessus de Nomeny. On le distingue en grand ban, qui est du marquisat de Nomeny, & ban de Chatemagne, qui dépendoit autrefois d'Amance. Il y avoit dans cette derniere partie une seigneurie, appellée Vintremont, dont il est parlé dans un titre de l'abbaye de Neuviller en Alsace, de l'an 1224. A C H E N.

AcHEN, village, mairie sur l'Eiguel, situé dans le comté de Bitche, à cinq lieues de Bitche, trois de Sarguemines, de Saralbe & de Bouquenom, diocese de Metz, bailliage de Sarguemines, parlement de Nanci. Ce lieu est régi par la coutume générale de LorIalIlC.

En 1246. Mathieu duc de Lorraine échangea avec Hugues comte de Ribaupierre la ville de Guersling avec ses dépendances, de même que les possédoit Simon comte de Sarrebruche, contre la ville d'Achen, & la forêt & ses dépendances, à condition qu'il lui en feroit hommage-lige après les Evêques de Metz & de Strasbourg, reconnoissant ledit Duc que ni lui ni ses hoirs ne doivent retenir aucuns des sujets de Guersling en aucun lieu de ses terres, & que si cette ville revient au Duc ou à ses successeurs , il rendroit audit Huart celle d'Achen. L'acte est passé après la fête de l'Invention de S. Etienne.

[merged small][ocr errors]

| ner leurs lettres reversales & obli

[blocks in formation]

Saint Vincent, sauf le droit qui peut leur écheoir de dame Béatrix mere dudit Vichard, après son décès, pour une somme de trente livres de bons Toulois. Ledit Vichard s'engage en outre de desservir le fief & hommage de ladite engagere envers ledit Comte, de même que s'il tenoit ledit héritage. L'acte est du mercredi après les octaves de la Trinité 1314. Perrin de Haraucourt seigneur de Chambly, Magnieres, Bayon,Gremilly & Létricourt en partie, baillif de Hatton - Chatel, fit ses reprises en 1568. de ce quiluiappartenoità cause de sa femme Eve de Lucy, au village d'Acregnes, à elle échu par le trépas de Vary de Lucy sieur de Dombâle. Ces lettres sont scellées du sceau de Louis de Lucy. En 1573. le 7 septembre, Jean de Beaufort seigneur de Puligny & Ceintrey, & en partie d'Acraignes, grand veneur de Lorraine & Barrois, recon

noît tenir du Duc de Lorraine une par-Layette tie de la seigneurie d'Acraignes. Le 15 Foug,&c.

décembre même année Henri de Joinville écuyer donne son dénombrement pour la portion du fief qu'il possede audit Acraignes en 1572. Jean Berman, demeurant à S. Nicolas-de-Port, reprend la moitié de la seigneurie, appellée Boulac, au lieu d'Acraignes, partageant avec Jean de Beaufort, à lui, échue par la mort de Jacques du Bourg son beau-pere, & par § à lui faite par Dame Béatix du Bourg sa femme. -

Nicolas de Neuflotte fait ses reprises le 25 octobre 1576. de la portion de seigneurie qu'il tient à Acraignes, dite

[ocr errors]

tageable avec les Seigneurs de Bassompierre & de Haraucourt, laquelle portion il avoit acquise de Valentin de Lundres seigneur de Morthon. o En 1612. Alexandre d'Aurillot écuyer rend ses foi & hommage au nom de Claude Berman sa femme pour la part qu'il tient en la seigneurie d'Acraignes. La même année, le 18 mai, Philippe Otho comte sauvage du Rhin & de Salm, baron de Fénetrange, donne son dénombrement au nom & comme administrateur de l'hoirie & succession universelle de Frideric aussi comte sauvage du Rhin & de Salm, de tout ce

qu'il a aux ban & finage d'Acraignes,

tant de la seigneurie dite ancienne, que d'une autre † de Boulac & de Passagard, nuement à lui appartenantes, † font les deux sixiemes en la totalité des seigneuries dudit Acraignes & d'une autre, appellée de Passagard, encore à ui appartenante, pour les trois quarts par indivis, avec l'autre quart appartenant à M. le Marquis d'Avrey, qui fait aussi le sixieme en la totalité desdites seigneuries mouvantes en fief des château & châtellenie de Foug. En 1625. le 3 juillet, autre dénombrement donné par Elisée de Haraucourt baron de Faulquemont, seigneur d'Acraignes &c. à Charles & Nicole duc & duchesse de Lorraine, pour la seigneurie d'Acraignes.Autre, de Charles de Haraucourt marquis de Faulquemont, baron de Lorquin, donné en 1661. de la même seigneurie. A F F L É V I L L E. AFFLÉvILLE, village du diocese de Verdun, annexe de la paroisse d'Aix ou Aisches, dont l'église a pour patron saint Barthelemi , situé entre l'Ottain & Norroy-le-sec, à deux lieues & demie d'Etain & de Briey.Collateurs, les dames bénédictines de l'abbaye de saint Maur de Verdun. Décimateurs, les mêmes avec le Curé. Seigneurs, madame la Marquise de Gournay, M. de Nevron & les héritiers de M. du Moulin, connu sous le nom d'Affléville, bailliage d'Etain, cour souveraine de Lorraine & Barrois. On compte en ce lieu environ soixante & dix habitans. Il est fait mention d'Affléville dans un titre de l'an 1245. par lequel Jean de Briey chevalier déclare tenir en fief & hommage de Gobert sire d'Apremont ce qu'il a à Affléville, qu'il tient du seigneur de Nonsart, & en devoir deux mois de garde à Apremont. En 1377. Gobert seigneur d'Apremont céda à TKobert duc de Bar le fief des villes d'Affléville , Aix & Gondrecourt , mouvant de sa seigneurie d'Apremont, & transporte audit Duc les foi & hommage qui lui étoient dus pour ce fief. En 1463. Guillaume de Lioncourt écuyer, à cause d'Alix Desarmoise sa femme, avoue tenir en fief & hommage-lige de René roi de Sicile, la forteresse , terre & ville d'Affléville. En 1497. Philippe Desarmoise écuyer, seineur de Guixainville ou Gussainville § son dénombrement au Duc de

[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

Archives de Lorr. Layette Apremont 2.

Layette cot.Briey. Ibidem.

Ibidem.

Ibidem.

[ocr errors]

d'Affléville en partie au duc Charles III. · de tous les droits, rentes & revenus qu'il tient de lui en fief au lieu d'Asfléville, par lui acquis de Jacques de Condé sieur de Clevant, de Thieri de Noire-Fontaine écuyer, sieur du Buisson, & de Jeanne de Condé sa femme, de George de Tournebul écuyer, sieur de Lumier, & Claude de Riaucourt sa femme. Les lettres d'acquêt sont du 16 juillet 157 I. La mêmeannnée, le 1oavril, le même Humbert de Custine & Marguerite Boudet son épouse avoient acquis de Louis Desarmoise sieur d'Autrey, &c. & d'Anne de Bardet sa femme, un huitieme & un quart en un autre huitieme en la haute justice, & autres parts qu'ils avoient en la seigneurie d'Affléville, pour la somme de quatre mille sept cens francs de principal. Item, le 26 juin suivant, Jacques de Condé seigneur de Clevant, Xivry en partie, & Claudine de Paradis sa femme, vendirent au même Humbert de Custine la moitié en un huitieme, & un trentedeuxieme en la totalité de la seigneurie d'Affléville, moitié partageable à l'encontre de Thieri de Noire-Fontaine sieur du Buisson, à cause de Jeanne de Condé sa femme, George de Tournebul écuyer, sieur de Lumier, à cause de dame Claude de Riaucourt son épousè, de Fleuri de Condé fils mineur de feû Louis de Condé, pour l'autre moitié : encore le cinquieme sur le quart dudit Fleuri de Condé, qui lui étoit échu par le décès de dame Claude | Desarmoise sa grand'mere : item, la moitié d'un vieux château sis audit Affléville, pour la somme de trois mille cent nonante-deux francs & demi. Ibidem. Lettres de reprises faites au duc RoLayette bert de Bar le 24 mai I386. par Jean de Fiefs mé- Buxieres écuyer & baillif de Nanci, langer de la tour de Gondrecourt en Voivre, des villes, terres & dépendances, & de tout ce qu'il tient & peut écheoir de Jeanne Desarmoise sa mere, fille de feû Jean Desarmoise, ès villes d'Aix , d'Affléville & autres , pour lesquelles il est devenu homme-lige dudit Robert après le Duc de Lorraine, déclarant ledit Duc de Bar, que si aucun vouloit débattre ledit fief, il promet le soutenir jusqu'à droit. En I6I 6. le 2 avril, Jean Thieri licentié en droit, avocat en la cour souveraine de S. Mihiel, reprit de Henri

duc de Lorraine ce qu'il tenoit en la seigneurie d'Affléville & de Domery, qu'il avoit acquis de damoiselle Antoinette de la Cour, veuve du sieur Hercules de la Forêt, demeurant à Bessing, le 22 décembre 1615. S A I N T A G N A N. SAINT AGNAN ou Saint Aignan , Sanctus Anianus, village du diocese de Verdun, doyenné d'Hatton-Chatel, bailliage de Saint Mihiel, parlement de Nanci. Saint Agnan étoit anciennement la paroisse d'Apremont ; mais depuis l'union des chapitres d'HattonChatel & d'Apremont , transférés à Saint Mihiel par M. Hyppolite de Bethune évêque de Verdun, en 17o7. Saint Agnan n'est plus qu'une annexe. Nous rapportons ici les termes de l'union de ces deux chapitres : » Comme » le lieu d'Apremont est le principal » & chef-lieu de la prevôté, ayant un » nombre plus considérable d'habitans, » nous avons transféré & transférons » la cure matrice de Saint Aignan au » lieu d'Apremont, qui demeurera tou» jours à † nomination & présentation » dudit chapitre ( de Saint Mihiel), » dont le curé aura pareillement trois » cens livres pour préciput, à prendre » sur lesdits revenus, & son vicaire, » que nous avons ordonné être établi » & faire sa résidence à Saint Aignan, » pour desservir l'église dudit lieu & » de Marbotte , celle de deux cens » livres; au moyen de quoi les habitans » desdits lieux de Saint Aignan & de » Marbotte demeureront déchargés de » l'entretien de l'église & maison cu» riale d'Apremont, aussi bien que de » la fourniture des ornemens de ladite » église. « Saint Agnan fait partie de la baro- Archives nie ou comté d'Apremont, dont il n'est de Lorr. éloigné que d'une demi-lieue , & à Layette une lieue & demie de Saint Mihiel. oPro En 1357. les habitans de S. Agnan s'étant plaint à Geofroi sire d'Apremont , leur seigneur , que la permission qu'il leur avoit donnée d'établir un four bannal dans le lieu, leur étoit plus préjudiciable qu'avantageuse, le « même Geofroi leur permit d'avoir , comme d'ancienneté, chacun leur four, à condition néanmoins que chaque conduit ou habitant lui paiera annuellement un setier d'avoine au jour de l'an, & qu'on lui donnera la place du· dit

dit four, qu'il avoit construit , pour en faire à sa volonté ; & qu'ils ne pourront prendre affouage dans ses bois pour leurs fours, qu'en payant. Je trouve une lettre de l'an 1358. le 2 juillet, faite par Pinsart fils de Pierre de Malon de Saumure, diocese de Rennes, portant qu'il se reconnoît être homme-lige de Geofroi d'Apremont, & avoir repris de lui tout ce · qu'il tient en la mairie de Saint Aignan. La famille de messieurs de Sarrazin possede à Saint Aignan une maisonfief, dont Claude Sarrazin conseiller du Duc de Lorraine en sa cour souveraine des grands jours de S. Mihiel, fit ses reprises le 24 janvier 1586. Charles Sarrazin conseiller en la cour souveraine de Lorraine & Barrois, fit de même ses reprises le 3 janvier 1664. pour le même fief. L'église de Saint Agnan est dédiée à S. Anian , & desservie par un vicaire résident. Les seigneurs sont le Roi & M. de Givrecourt. Pour la page 4, article Aigremont, ajoutez : AIGREMoNT est situé enChampagne, chef-lieu d'une baronie, environ à six lieues au couchant de Darney , & à deux au sud-ouest de la Marche. L'A IN E riviere. La riviere d'AINE ou AISNE , en latin Axona ou Auxuenna , prend sa source dans la Champagne , sur les frontieres du Barrois : elle sort de deux sources; l'une à Beaulieu en Argonne, au dessus de la ville de Sainte-Menehoud , où elle passe ; l'autre au dessus de Clermont. Ces deux sources se joignent à Mouzon. L'Aine passe ensuite à Rethel, Château-Porcien, & Soissons, qu'elle divise en deux parties inégales. Elle se joint ensuite à la riviere d'Oyse, un peu au delà de la ville de Compiegne. Elle ne devient navigable qu'au Pont-à-Vesle. Elle reçoit encore d'autres petites rivieres. On a parlé depuis long-tems de la joindre avec la Meuse par la petite riviere de Bar, qui est entre deux ; mais les guerres qui sont survenues depuis ce projet formé par M. de Louvois, , en ont retardé l'exécution. Voyez le Diction. Géog. de la Martiniere. A IN G ERAY & MO LZ EY. AINGERAY ou AINGEREz , Angeriacus , village sur la Moselle, deux

[ocr errors]
[ocr errors]

l'invocation de saint Médard. Décimateurs, l'abbaye de Bouxieres-aux-Dames pour les deux tiers, le Curé de Sexey pour l'autre tiers. Un ancien poulié de Toul de 1587. donne le sixieme des grosses dîmes au Chapitre de Liverdun sur le tiers du Curé, à qui il donne toute la menue dîme , en vin, en foin, &c. sauf les fours, qu'il donne à l'abbaye de Bouxieres. Aingeray est du diocese de Toul, bailliage de Nanci, cour souveraine de Lorraine. Dépend Molgey, où il y a une chapelle dédiée à S. Jean-Baptiste. Pepin donna ce village à Borno évêque de Toul , mort en 794. Ce lieu fut dans la suite engagé aux Comtes de Chaumontois, & fut retiré par l'évêque S. Gerard , qui le céda aux religieux de S. Mansui-les-Toul. P. Benoit capucin, Hist. de Toul, p. 28o. A I N V E L L E. AINvELLE , village du diocese de Besançon, à deux lieues de la Marche, une de Chatillon sur Saone. La paroisse a pour patron saint Pierre ès liens ; le Prieur de Fouchécourt est collateur de la cure, & seul décimateur : Sei† M. le Baron de Saraucourt ; ailliage de la Marche, présidial de Langres , parlement de Paris. Le lieu est du Barrois mouvant. On y compte environ quatre-vingts habitans. Le duc René, pour témoigner aux habitans d'Ainvelle sa reconnoissance de leur attachement à sa personne, & pour les dédommager des pertes qu'ils avoient souffertes pendant la guerre #! eut à soutenir contre Charles duc e Bourgogne , il les affranchit & exempta , eux & leurs successeurs, pendant vingt ans de toutes tailles, aides & subsides, qui pourroient être imposés sur ses † du duché de Bar, en payant seulement chacun cinq sols de cens annuel pendant l'espace desdites vingt années. Les lettres d'exemption sont du 2o mai 1477. A J O N C O U R T. AJoNCoURT, village à droite de la Seille, une lieue & demie au dessus de Nomeny, à trois de Château-Salins , du diocese de Metz. Ce lieu est du bailliage de Nomeny, & est le seul B

« PrécédentContinuer »