Correspondance de Henri d'Escoubleau de Sourdis: augmentée des ordres, instructions, et lettres de Louis XIII et du Cardinal de Richelieu a M. de Sourdis concernant les opérations des flottes françaises de 1636 a 1642, et accompagnée d'un texte historique, de notes, et d'une introduction sur l'état de la Marine en France sous le ministère du Cardinal de Richelieu, par Eugène Sue, Volume 1

Couverture
Crapelet, 1839 - 1259 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page v - ... galères pouvant demeurer en corps, soit à Marseille, soit à Toulon, elles seront toujours en état de s'opposer à la jonction de celles d'Espagne, tellement séparées par la situation de ce royaume, qu'elles ne peuvent s'assembler sans passer à la vue des ports et des rades de Provence, et même sans y mouiller quelquefois, à cause des tempêtes qui les surprennent à demi-canal, et que ces vaisseaux légers ne peuvent supporter sans grand hasard dans un trajet fâcheux où elles sont...
Page iii - Enfin, la situation du pays natal de cette nation orgueilleuse lui ôtant tout lieu de craindre les plus grandes puissances de la terre, l'ancienne envie qu'elle a contre ce royaume lui donnerait apparemment lieu de tout oser, lorsque notre faiblesse nous ôterait tout moyen de rien entreprendre à son préjudice.
Page xxiv - Richelieu, grand-maître, chef et surintendant général de la navigation et commerce de France ayant pouvoir de ce.
Page 6 - SM , lorsqu'il ne la pouvait recevoir de l'empereur ni d'aucun autre prince, et que, contre la dignité de l'empire et le droit des gens...
Page ii - mer est celui de tous les héritages sur lequel tous les sou« verains prétendent plus de part, et cependant c'est celui « sur lequel les droits d'un chacun sont moins éclaircis ; en « un mot, les vieux titres de cette domination sont la force « et non la raison : il faut être puissant pour prétendre à cet
Page 509 - Bioule ; apres marchoit le sieur de Clermont-Sessac à la tête de cinquante ou soixante gentilshommes de qualité, volontaires, soutenus par le sieur de Magalasse. A la main droite de Saint-André donna le régiment de Castelan, soutenu par un bataillon des communes de Montpellier et un de celles de Carcassonne , soutenues par le comte d'Aubijoux qui...
Page v - Si votre majesté a toujours dans ses ports quarante bons vaisseaux bien outillés et bien équipés prêts à mettre en mer aux premières occasions, elle en aura suffisamment pour se garantir de toute injure et se faire craindre dans toutes les mers par ceux qui jusqu'à présent y ont méprisé ses forces. « Avec trente galères, votre majesté ne balancera pas seulement la puissance...
Page 536 - Car tel est notre plaisir, en témoin de quoi nous avons fait mettre notre scel à ces présentes. Donné à Versailles, le septième jour du mois de février, l'an de grâce mil sept cent soixante-trois , et de notre règne le quarante-huitième.
Page 28 - ... aucune chose possible pour empêcher que lesdites îles fussent secourues. Mais s'il se trouvoit auxdites îles de Sainte-Marguerite et de Saint-Honorat si grand nombre de galères et de vaisseaux des ennemis, que par là on jugeât...
Page 510 - ... lesquels marchoit le marquis de Mirepoix avec quelque cinquante de ses amis , les sieurs de Monssolens. avec même nombre de leurs parens et amis , et après le sieur de Mauléon avec même nombre. A la main droite de Castelan donna le régiment de Vitry, à la tête duquel étoit le sieur de ClermontVerpilliard, mestre de camp d'un régiment, et six officiers de La Tour qui...

Informations bibliographiques