Le cabinet des fées, ou Collection choisies des contes des fées et autres contes merveilleux, Volume 15

Couverture
Charles-Joseph Mayer
Barde, Manget, 1787
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 79 - Seigneur, puifque vous le fouhaitez, je vais vous découvrir mes véritables fentimens : je ne fuis point heureux , non plus que mes compagnons ; fi vous m'avez tantôt entendu vanter mon bonheur au peuple , ne vous imaginez point pour cela que je fois fatisfait de ma condition. Si j'ai parlé contre- tes richeffes . ta vous affute que je n'avois pas d'autre deffein que d'exciter la charité de ceux qui m'écoutoient.
Page 62 - Cacem doit nous attaquer , je crains qu'il ne force nos retranchemens ; je viens ici prier Mahomet de nous fecourir. Employez tout le ; crédit que vous avez fur lui pour l'engager à prendre notre défenfe.
Page 543 - Symorgue , at-elle répondu , eft - ce vous que je vois ? Quel mauvais génie vous a ramené ici ! Hélas ! vous ferez bientôt la victime de ma cruelle fœur. Elle s'eft apperçue que je vous ai délivré ; & pour m'en punir , elle me retient dans les chaînes : j'y fuis déjà depuis long-temps; mais ce qui m'afflige plus que tout le refte , c'eft le périt où vous venez vous jeter.
Page 114 - ... pas de lui dire qu'il s'en acquittoit fort bien. Il fe montra fenfible à cette louange ; & me mettant le tambour entre les mains : tiens , mon fils , me dit-il , joue un peu à ton tour j voyons comme tu t'en tireras.
Page 144 - Je le relevai moi - même , & lui fis un accueil gracieux. Alors cet homme , charmé de la réception que je lui faifois , fe mit à relever mes louanges , & fe répandit en difcours fi éloquens , qu'il excita mon admiration & celle de tous mes courtifans. .Son entretien étoit fi agréable , & j'y prenois tant de plaifir j que je ne penfois plus au fujet pour lequel je l'avois envoyé chercher. Je m'en reffouvins toutefois , & je lui dis : grand philofophe , car il n'eft pa...
Page 74 - Damas & fes ennemis j & bientôt on la publia. Peu de temps après ce monarque dit à fon vifir : à préfent que je ne fuis plus en guerre , il faut que je voyage ; j'y fuis réfolu, & je ne reviendrai point à Damas que je n'aie rencontré un homme content. Sire , lui répondit...
Page 91 - ... bientôt de la manière fuivante. Une nuit , lorfque tout fut tranquille dans le palais , il les envoya chercher par un eunuque qui les introduifit dans l'appartement des femmes. Le roi fans chagrin fe trouva dans la première chambre , & leur dit : enfin , je vais dégager ma parole ; vous...
Page 516 - Hé comment puis-je , dit- elle ? foulager le jeune prince > fi j'ignore qui il eft ? Kefaya , répondit le grand prêtre > m'a dit que c'eft le prince de Perfe ; qu'il fe nomme Farrukfchad ; qu'il eft fi beau , fi charmant , que jamais mère n'a mis au monde un homme fi parfait. O père, répliqua Farrukhnaz , ce difcours me furprend ; un jeune prince qui ne m'a point vue peut -il être amoureux de moi! Je vais » repartit le derviche > vous dire de quelle manière cela...
Page 203 - Danifchmende , & l'efclave lui ôta fon turban : elles le dépouillèrent enfuite toutes deux de fa robe ; de manière qu'il demeura en vefte & la tête nue. Commençons , lui dit alors la jeune marchande , par les...
Page 328 - ... puifque vous m'ouvrez une porte pour en fortir ! Grand prophète des mufulmans , vous qui fans doute avez beaucoup de part à. la nouvelle grâce que je reçois du très-haut, continuez de me protéger : je me fuis tiré par votre fecours du puits où le perfide Hyzoum m'avoit laiffé , ne m'abandonnez point dans les périls où je vais me jeter.

Informations bibliographiques