Histoire philosophique et littéraire du théatre français depuis son origine jusqu'à nos jours, Volume 2

Couverture
A. Lacroix, Verboeckhoven et cie, 1862
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 145 - Trahi de toutes parts, accablé d'injustices, Je vais sortir d'un gouffre où triomphent les vices, Et chercher sur la terre un endroit écarté Où d'être homme d'honneur on ait la liberté.
Page 27 - Les prêtres ne sont pas ce qu'un vain peuple pense ; Notre crédulité fait toute leur science.
Page 90 - Shakespeare ; c'est moi qui le premier montrai aux Français quelques perles que j'avais trouvées dans son énorme fumier. Je ne m'attendais pas que je servirais un jour à fouler aux pieds les couronnes de Racine et de Corneille, pour en orner le front d'un histrion barbare.
Page 18 - ... feignant de tuer un rat, et l'héroïne se jette dans la rivière. On fait sa fosse sur le théâtre; des fossoyeurs disent des quolibets...
Page 272 - Aime celui qui t'aime, et sois heureuse en lui. Adieu ! sois son trésor, ô toi qui fus le nôtre ! Va, mon enfant béni, d'une famille à l'autre Emporte le bonheur et laisse-nous l'ennui.
Page 23 - Rien ne peut l'excuser.... Quand l'univers entier m'accuserait d'un crime : Sur son jugement seul un grand homme appuyé A l'univers séduit oppose son estime. Il aura donc pour moi combattu par pitié!
Page 186 - ... située à mi-côte, une rivière baigne ses murs, et coule ensuite dans une belle prairie : elle a une forêt épaisse qui la couvre des vents froids et de l'aquilon. Je la vois dans un jour si favorable, que je compte ses tours et ses clochers : elle me paraît peinte sur le penchant de la colline.
Page 13 - Il ya beaucoup de très bonnes pièces où il ne règne que de la ga!té; d'autres toutes sérieuses, d'autres mélangées, d'autres où l'attendrissement va jusqu'aux larmes. Il ne faut donner l'exclusion à aucun genre ; et si l'on me demandait quel genre est le meilleur, je répondrais : « Celui qui est le mieux traité.
Page 263 - L'homme de Marignan , lui , qui , toute une nuit , Poussa des bataillons l'un sur l'autre à grand bruit , Et qui, quand le jour vint, les mains de sang trempées , N'avait plus qu'un tronçon de trois grandes épées , Ce roi!
Page 150 - Oui , je suis Fabre, m'at-il dit; mais toi ici! la contre-révolution est donc faite? » Nous n'osons cependant nous parler, de peur que la haine ne nous envie cette faible consolation, et que, si on venait à nous entendre, nous ne fussions séparés et resserrés plus...

Informations bibliographiques