Images de page
PDF
ePub

PREFACE.

Le présent volume est un peu en retard, et la cause n'en est pas au Secrétaire de l'Académie. Celui-ci presse l'imprimeur, et l'imprimeur réclame des épreuves qui se font attendre par l'éloignement des auteurs, souvent par leur négligence, quelquefois par leur oubli. On écrit, on réveille le souvenir; mais de nouvelles épreuves sont demandées, et les délais succèdent aux délais, et voilà comme on ne publie qu'au mois d'août un volume qui devait paraitre avant le 1er avril.

L'année dernière, à pareille époque, trois concours étaient ouverts : l'un pour le prix Le SAUVAGE, le second pour le prix Lair, le troisième pour le prix DE LA CODRE. Un seul de ces prix a été décerné, le prix Lair, qui élait de mille francs. Il a été remporté par M. René DELORME, de Paris, dont le remarquable travail sera probablement imprimé par l'Académie avec le rapport sur le concours par M. Eugène de Robillard de Beaurepaire.

Dix-huit concurrents se sont disputé le prix DE LA CODRE. Tous ont échoué dans un sujet qui semblait facile et qui les a complètement déçus par cette ap

parence. Le rapport de M. Denis indiquera la voie qu'il fallait suivre, et sans doute il étonnera quelques-uns de ceux qui se sont jetés indiscrètement sur une matière au-dessus de leurs forces. Un seul concurrent a fait preuve d'un vrai talent de style ; il a mérité une mention très-honorable, et 400 fr. sur les 500 du prix. C'est M. l'abbé LE CACHEUX, professeur au petit-séminaire de Montebourg.

Quant au concours ouvert pour la troisième fois sur le rôle des feuilles dans la végétation des plantes , il n'a produit qu'un mémoire fort insuffisant. Ce résultat n'a pas découragé l'Académie : craignant d'avoir trop resserré les limites dans lesquelles les mémoires devaient parvenir au secrétariat, elles les a étendues en ouvrant de nouveau l'arène. Elle espère qu'en accordant plus de cinq années aux concurrents , ils pourront faire leurs expériences sans trop de hâte et les vérifier à loisir. La lice ne sera fermée

que

le 31 décembre 1875. En attendant ce terme éloigné, l'Académie propose d'autres prix sur la fondation LE SAUVAGE : le premier pour l'année 1872, le second pour l'année 1873; le concours pour celui-là se fermera le 31 décembre 1871, et pour celui-ci le 31 décembre 1872.

Caen, le 20 juillet 1870.

Julien TRAVERS.

[blocks in formation]

Étudier l'ensemble des faits qui se rattachent à cet état d'insensibilité aux impressions douloureuses, au point de vue de la physiologie, de la pathologie et de l'histoire.

Le prix est de SIX CENTS francs.

Les concurrents devront adresser leurs mémoires franco à M. Julien Travers, secrétaire de l'Académie, pour le 31 décembre 1871, terme de rigueur.

II.

Sujet,

DE L’ACTION PHYSIOLOGIQUE ET THÉRAPEUTIQUE DES

ALCOOLIQUES.

Le prix est de SIX CENTS francs.

Les concurrents devront adresser leurs mémoires frunco à M. Julien Travers, secrétaire de l'Académie,. pour le 31 décembre 1872, terme de rigueur.

III.

Sujet.

DU POLE DES FEUILLES DANS LA VÉGÉTATION DES PLANTES.

Le prix est de QUATRE MILLE francs.

L'Académie ne demande pas seulement un exposé de l'état actuel de la science sur cette importante question; elle demande. encore aux concurrents des expériences précises qui leur soient personnelles et des faits nouveaux propres à éclairer, infirmer, confirmer, modifier des points douteux dans les théories actuellement admises.

Les concurrents devront adresser leurs mémoires franco à M. le Secrétaire de l'Académie, avant le jer janvier 1876.

DISPOSITIONS APPLICABLES AUX TROIS CONCOURS.

Les membres titulaires de la Compagnie sont exclus des trois concours.

Chaque mémoire devra porter une devise ou épigraphe, répétée sur un billet cacheté contenant le nom et l'adresse de l'auteur.

« PrécédentContinuer »