Oeuvres complètes d'Étienne Jouy ...: avec des éclaircissements et des notes ...

Couverture
J. Didot aîn, 1823 - 27 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 24 - ... vous voulez que j'aime encore, Rendez-moi l'âge des amours ; Au crépuscule de mes jours Rejoignez, s'il se peut, l'aurore. Des beaux lieux où le dieu du vin Avec l'Amour tient son empire, Le Temps, qui me prend par la main, M'avertit que je me retire. De son inflexible rigueur Tirons au moins quelque avantage. Qui n'a pas l'esprit de son âge De son âge a tout le malheur.
Page 24 - Quoi ! pour toujours vous me fuyez, Tendresse, illusion, folie, Dons du ciel, qui me consoliez Des amertumes de la vie ! On meurt deux fois, je le vois bien : Cesser d'aimer et d'être aimable, C'est une mort insupportable ; Cesser de vivre, ce n'est rien.
Page 42 - Et bonne vieille', au coin d'un feu paisible, De votre ami répétez les, chansons.
Page 32 - D'ailleurs il ne levait de ban Que pour tirer quatre fois l'an Au blanc. Oh! oh! oh! oh! ah! ah! ah! ah! &c. La, la. Il n'agrandit point ses états, Fut un voisin commode, Et, modèle des potentats, Prit le plaisir pour code. Ce n'est que lorsqu'il expira, Que le peuple qui l'enterra Pleura.
Page 36 - ... Le vin charme tous les esprits : Qu'on le donne Par tonne ! Que le vin pleuve dans Paris , Pour voir les gens les plus aigris Gris!
Page 25 - Ici près j'ai vu Judas, J'ai vu Judas, j'ai vu Judas. LE DIEU DES BONNES GENS. Air : Veudeville de h Pertie arrâ. II est un Dieu ; devant lui je m'incline, Pauvre et content, sans lui demander rien. De l'univers observant la machine, J'y vois du mal, et n'aime que le bien. Mais le plaisir à ma philosophie Révèle assez des cieux intelligents. Le verre en main, gaîment je me confie Au Dieu des bonnes gens.
Page 54 - Gai / Gai / serrons nos rangs. Espérance De la France, Gai ! Gai ! serrons nos rangs. En avant, Gaulois et Francs...
Page 26 - D'un trait de ce poème en bons mots si fertile, Le Français, né malin, forma le Vaudeville?*, Agréable indiscret, qui, conduit par le chant, Passe de bouche en bouche, et s'accroît en marchant.
Page 32 - On conserve encor le portrait De ce digne et bon prince; C'est l'enseigne d'un cabaret Fameux dans la province. Les jours de fête, bien souvent, La foule s'écrie en buvant Devant: Oh! oh! oh! oh! ah! ah! ah! ah!
Page 32 - Fut un voisin commode, Et, modèle des potentats, Prit le plaisir pour code. Ce n'est que lorsqu'il expira Que le peuple qui l'enterra Pleura. Oh! oh! oh! oh! ah! ah! ah! ah!

Informations bibliographiques