Chronique protestante de l'Angoumois: 16e, 17e et 18e siècles

Couverture
Meyrueis, 1860 - 394 pages
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 357 - Quoique vous soyez dans l'erreur, je ne vous traiterai pas moins comme mes enfants. Soyez soumis aux lois, continuez d'être utiles à l'Etat, et vous trouverez en moi la même protection que mes autres sujets.
Page 386 - On vous dira peutêtre que M. le légat nous a donné l'absolution, que la preuve en est dans les registres de la légation : vous direz avec moi que M. le légat, au mépris des règles usitées dans l'administration du
Page 386 - Dernier à quelques-uns d'entre nous, ils en ont fait justice en le jetant au feu, en présence de celui de qui ils l'avaient reçu, sous les yeux du citoyen Portails,
Page 386 - direz, de plus, que le constitutionnel Lacombe n'a pas été gratifié de ce decretum. Sans doute qu'on a craint qu'il fût moins patient que les autres ; qu'après avoir déclaré hautement qu'il en ferait plainte à qui de droit, il le renverrait, bien et dûment conditionné, à son auteur, avec une lettre bien propre à attester que , s'il est plein de respect pour le
Page 274 - J'ai reçu la lettre que vous avez pris la peine de m'écrire le 10 de ce mois,
Page 386 - Si quelqu'un ose vous dire que nous nous sommes rétractés, ne craignez pas de lui dire : Mentiris impudentissimè. On vous dira peutêtre que M. le légat nous a donné l'absolution, que la preuve en est dans les
Page 263 - de Maintenon écrivit à son frère, le 19 mai 1681 : « Je crois qu'il ne demeurera de Huguenots en Poitou que nos parents; il me paraît que tout le peuple se convertit, bientôt il sera ridicule d'être de cette religion-là.
Page 93 - de nul effet et valeur, comme faits au préjudice de la loi salique et des lois fondamentales du royaume.
Page 148 - la continuation des places de sûreté. La cour refusa de rien entendre en dehors du cahier général. On rédigea et l'on envoya le cahier: mais on annonça qu'on ne se séparerait pas, que le cahier n'eût obtenu réponse.
Page 11 - Poitou qu'il ait à, diligemment et secrètement, s'informer qui sont les dessus dits et contre ceux qu'il en trouvera chargés fasse procéder à les prendre, châtier et punir si étroitement et rigoureusement que ce soit exemple et terreur à tous

Informations bibliographiques