Images de page
PDF
ePub

mort de Schomberg, & la blessure du Prince d'Orange.

N admirez-vous pas la bonne fortune du Roy > il a toute l'Europe sur les bras, en trois mois il gagne deux batailles , & il perd deux des plus redoutables Capitaines de ses Ennemis , le Duc de Lorraine & Scomberg.

LXXV. LETTRE.

De la Marquise de *** au
Comte de Bussy.

A Paris, ce 3 o. Juillet 169 0.

T Es nouvelles d'Irlande sont bien changées depuis que vous êtes psrty d'icy, Moniteur. Le 10. de Juillet le Prince d'Orange aïant fait passer la riviere de Boine à son armée, dont nos troupes croyaient être à couvert sur ce qu'elles en avoient fait rompre les ponts , vint en pleine bataille à l'armée du Roy d'Angleterre. L'aîle droite toute composée d'Irlandois plia , les François firent un peu mieux leur devoir, Sc se retirerent sans être suivis , ce qui les surprit; cependant Tirconel & Lausun, voïant la Bataille perdue, trouverent a propos que le Roy revint en France, ce qu'il fit, & nous apporta la nouvelle de ce combat. Il ne íiçavoit pas que ses Ennemis avoient plus perdu que lui ; car Schomberg avoit été tué de deux coups de sabre sur la tête , & d'un coup de mousquet à la gorge , & le Prince d'Orange blessé à l'épaule.

LXXVI. LETTRE.

De l'Abbc de Brosse avj Comté) de Bussy.

A Paris , « t. Août i<?o.

JE vous envoye, Monsieur , une Relation de la Bataille de Boine, envoyée par le Comte de Benthen à la Princesse d'Orange, vous la trouvere* bien écrite.

Relation de la Bataille de
Boine.

LE dixiéme de Juillet le Roy Guillaume s'avança avec toute son armée vers Drogeda , & comme il étoic trop tard pour rien entreprendre contre l'Armée du Roy Jacques qui étoit en Bataille de l'autre côté de la riviére de Boine, Sa Majesté passa le reste du jour à reconnoître les Ennemis , & les chemins par où on les pouvoit attaquer , & s'avança à la portée du canon, ce qui pensa nous porter le plus funeste coup que nous puissions jamais recevoir ; car Sa Majesté fut atteinte d'un boulet de canon, qui lui effleura la peau de l'épaule droite, & lui fit une plaie tres peu profonde. Sa Majesté se fit panser à la tête de ses Troupes , & fut encore quatre heures à cheval ce soir là. Le lendemain le Roy envoïa le Duc de Schomberg avec l'aîle droite de sa Cavalerie', deux Régimens de Dragons de l'aîle gauche, la Brigade d'Infanterie de Trelamy , & cinq petites piéces de canon , à un gué à trois mille au-dessus duCamp. Il se trouva défendu par huit Escadrons, qui firent assez de résistance ; & le Duc de Schomberg les ayant forcez, il se mit en Bataille de l'autre côté vis-à-vis de l'Enncmy. Le Roy Guillaume averti du succès avec lequel le Duc de Schomberg avoit passé la riviére , fit passer le refte de son Armée à trois gués disserens j cc

lui du milieu qui répondoit à un village étoit allez bon ; les chevaux nageaient à celui qui étoit plus bas , & l'Infantcrie en avoit jusqu'à la ceinture à celui du dessus. Le Régiment desGardes Flamandes passa au gué de la gauche,la Brigade de Tamarie & celle de la Melloniere à la droite. Comme les Ennemis avoient mis beaucoup d'Infanterie & de Dragons dnns le Village , le combat y fut assea opiniâcre; mais enfin ils furent forcez , & nous y fìmes quantité de Prisonniers. Trente Officiers" ou Gardes du Corps des Ennemis, étant revenus à la charge, & poussant avec fureur jusqu'au bout du Village, il y en eut vingt-cinq de tuez , &" ce fut dans cette occasion que le Duc de Schomberg fut tué. Sans cette perte notre victoire ne nous auroit presque rien coûté. Cependant le Roy avoit passé la riviére à la tête de quelque Cavalerie qu'il avoit gardée auprés de lui, avec dix-sept Bataillons ; &croïantque son aîle droite auroit peine à soutenir le nombre des Ennemis qui lui étoit opposé , il la renforça de douze Bataillons; mais auffi-tôt toute l'aîle gauche des Ennemis jetta les armes bas sans combattre.

Le Roy marcha sur une hauteur pour Voir ce qui se pastoit à l'aîle gauche, niais à peine l'Ennemi l'y eut ilapperçû, que tout prit la fuite dans un extrême désordre. On suivitJ'Infanterie jusqu'à Dulech , mais comme ce pais est plein de défilez , & que les Iilandois vont . bien du pied , ils se sont facilement sauvez. Le Roy fit revenir celles de ses Troupes qui s'étoient le plus avancées^ Sc les remena à Drogeda, où étoit le reste de son Armée.

LXXVII. LETTRE.

Du Comte de Bussy à Monsieur de Benserade.

A Bussy , ce 10. Aoust i69o.

JE ne sçai, Monsieur , si vous avez reçu un billet que je vous écrivisSen partant de Paris , par lequel je vous disois encore adieu. Mandez-moi quelquefois des nouvelles de votre santé , car Jfc vous assure que personne ne s'y intéresse plus vivement que moi. Mandezmoi aussi des nouvelles de la Guerre, si le Prince d'Orange est aussi bien mort

« PrécédentContinuer »