Images de page
PDF
ePub

rit pour aller trouver Monseigneur.

Les Genois ont vendu au Roy une grande quantité de poudre.

Vous verrez par la suscription de ma lettre que je l'avois écrite pour Madame de Guise, & que n'ayant pas le loisir d'en écrire deux, j'ay effacé son nom , pour mettre le vôtre, & vous préferera la petite-fille d'Henry le Grand.

XCIÍ. LETTRE.

Du Comte de BuíTy à l'Abbé
de Choisy.

À Chaseu , ce ic Septembre 1690.

T A petite-fille d'Henry IV. est de meil* l»ure Maison que moi, Monsieur j mais assurément je vous aime plus qu'elle ne vous aime: ainsi vous avez fait justice quand vous m'avez écrit préferablement à elle.

Comme Dieu est d'ordinaire pour les gros Escadrons contre les petks , dix mille hommes de plus dans une plaine emportent la balance; de sorte que Monseigneur étant le plus foible a fait sagement de prendre un poste avantageux. Tant que Monsieur deSavoye aura une Armée, nous ne prendrons point de Qanrtiers en Piedmont , il faudroit pour cela y avoir gagné une Bataille.

Un Religieux de la Trappe pourroic n'avoir pas tant de regret de mourir que Monsieur de Seignelay. Nos Peres disoient qu'il falloit faire cent lieues pour se trouver à une Batailles, & fuir de cent lieues un Siége. Je pense que le Comte d'Etrées qui a fait cent lieues pour la Bataille , en feroit bien autant pour se trou, ver à un Siége que feroit Monseigneur.

XCIII. LETTRE.

De l'Abbé de Choisy au Comte de Bussy.

A Paris , ce ij. Septembre 1690.

ON mand« du Camp de Monseigneur , qui étoit à Edlinghen , le S. de ce ir.ois qu'il a approché son Camp d'un bois pour gagner jusqu'au Rhin. La droite de son aru.ée ne pour, va plus être incommodée d'une petite hauteur où le3 Ennemis auroiem pú mettre du Canon,

Uri rendu sorti du Camp des Ennemis le 8. dit à Monseigneur qu'ils étoient encore à OfFembourg. I1 assuroit que Monsieur de Saxe descendoit le Rhin;que Meilleurs les Electeurs étoienc fort brouillés; que leur armée avoit été sept jours sans pain & vivoit de racines & de fruits. Les Lettres du 9. difoient que Monsieur de Baviere s'étoic avancé à Loor.

Le Tekely à la tête de quinze mille hommes Turcs a forcé le passage de Transilvanie & taillé en pieces quatre régimens Imperiaux. Le Général Heuíler à eu peine à se sauver»

Monsieur de Luxemboug qui ávoit envoyé a Monsieur l'Electeur de Brandebourg quatre cens bouteilles de vin de Reims & deux cens bouteilles de liqueurs, en a receu deux beaux chevaux Polonois, & Fa prié de monter â la premiere bataille celui qui a le poil extraordinaire , 8c l'on dit qu'il a défendu de tirer fur celui qui le montera.

Tirconel a défait trois mille Anglois, & tous les jours il leur enleve des convois. On croit que le Prince d'Orange sera obligé de lever le siege de Limerick. Boistelot a répondu à la sommation qu'on lui a faite de se rendre > qu'il vouloit meriter lestime du Prince d'Orange.

L'Evêque de Viviers de la Maison de Suze est mort , il avoit été nommé Evêque ea 1613, .

Nos Habitations de la nouvelle France ont besoin de secours. L'Evêque de Quebec en faisant ses visites a trouvé un Peuple dont tous les hommes sont bossus 8c toutes les femmes boiteuses , & dont les cheveax reísemblent au plumage des perroquets.

Monleigneur a détaché quatre ou cinq régitnelis pour aller fur la Moselle joindre Monsieur de BoufTlers qui doit s'opposer au Lantgrave de Heste.

Le Nonce du Pape qui va en Portugal eut hier une audience particuliere du Roy.

Monsieur de Catinat a pris Villefranche où il a trouvé quatre milliers de poudre & beaucoup de provisions. Caftanaga va être Gouverneur de Milan..

XCIV. LETTRE.

Du Comte de Bussy à l'Abbé de Choisy.

'A Chaseu , ce 15. Septembre iíjo.

IL faut que Monsieur de Bousiers ait paru bien pressé à Monseigneur pour l'obliger à se défaire de quatre ou cinq Régimens en présence de Monsieur de Baviere, qui est déja plus fort .que lui. Je me défie des Relations des rendus. TimeoGermanos numia ferintes. Il y a des Sinons en Allemagne aussi-bien qu'en Gréce. Par cette même raison je ne monterois pas le cheval Polonois à poil extraordinaire le jour d'une Bataille , si j'étois à la place de Monsieur de Luxembourg

L'Evêque de Viviers nommé en 161 j. & mort en 1690. avoit plus de cent ans: j'espere que l'autre ira aussi loin. Cela est plaisant que dans le Diocése de Quebec les hommes & les femmes "bien- faites passeroient pour des monstres ; les étrangers sont chastes à bon marche en ce païs-là.

« PrécédentContinuer »